Cette semaine en histoire

Archives

Combattre à Ristigouche

Semaine du lundi le 1er juillet 2013

Le 3 juillet 1760, le navire britannique Fame détruit le dernier canon de Pointe-à-la-Batterie située sur la côte nord de l’estuaire de la Ristigouche, au fond de la baie des Chaleurs, sur l'actuel territoire du Québec. Cinq jours plus tard, le dernier engagement naval de l’histoire de la Nouvelle-France débute.

Montage à l'extérieur du centre d'accueil de la Bataille-de-la-Ristigouche
© Parcs Canada / J.F. Bergeron / 2001
La ville de Québec a été prise par les forces britanniques en 1759, mais le sort de la Nouvelle-France n’est pas encore joué. Ailleurs dans la colonie, les Français continuent de résister alors même que l’étau militaire se resserre autour d’eux. Le 10 avril 1760, la France dépêche cinq navires marchands faiblement armés et une frégate d’escorte, le Machault, pour secourir la colonie. Cependant, avant de remplir sa mission, la mince flottille doit forcer le blocus exercé par la marine anglaise près des côtes françaises.

Réduite au Machault et à deux navires, l’expédition de secours dirigée par François Chénard de la Giraudais atteint le golfe Saint-Laurent à la mi-mai et s’empare d’un voilier anglais. Ainsi informée que des bâtiments britanniques l'a précédée dans le fleuve, la flottille se réfugie dans la baie des Chaleurs. C’est là qu'elle trouve des familles mi’kmaq et plus d’un millier d’Acadiens qui ont fui la Déportation. Les Français leur accordent une ration quotidienne de nourriture et la population se prépare à livrer bataille avec eux.

La maquette de la frégate Le Machault
© Parcs Canada / G. Vandervlugt

Les Français installent des batteries sur les côtes de la baie et les berges de la rivère et obstruent le chenal entre les deux de bateaux. Cependant, cinq vaisseaux anglais les repèrent. La flottille française se replie vers l’estuaire de la Ristigouche.

Sur le rivage, les Français, avec l’aide de leurs alliés acadiens et mi’kmaq, font feu sur les soldats britanniques pour les empêcher d’atteindre le rivage et ralentissent la progression de la flottille britannique qui se fraie un chemin parmi les épaves. Cependant, les Britanniques incendient des habitations, dominent des batteries, et gagnent la rivière. Le 8, la bataille navale s’engage. À court de munitions, le commandant du Machault fait sauter son bâtiment à 10 heures. Une heure plus tard, celui du Bienfaisant l’imite. Les secours tant attendus par la Nouvelle-France sombrent au fond de la Ristigouche.

La Bataille-de-la-Ristigouche est désignée lieu historique national parce qu'elle constitue la dernière bataille navale en eaux coloniales de la Guerre de Sept ans. Cette bataille a joué le sort de la Nouvelle-France, car sans ravitaillement et renfort possible, la colonie capitule.

Pour en savoir plus sur la fin de la Nouvelle-France, veuillez consulter le Lieu historique de la Bataille-de-la-Rigtigouche et les pages suivantes dans les archives de Cette semaine en histoireLa capitulation de la Nouvelle-France , Les Britanniques capturent le fort Frontenac, Les Britanniques débarquent à Louisbourg et Le retour des Acadiens.

Date de modification :