Bannière de Parcs Canada
 English Contactez-nous Aide Recherche Site du Canada
 À propos de l'Agence Parcs Canada Parcs nationaux du Canada Lieux historiques nationaux du Canada Aires marines nationales de conservation du Canada Patrimoine culturel
Patrimoine naturel
Page d'accueil de Parcs Canada
Recherche
Entrer un mot-clé :

Aires marines nationales de conservation du Canada

Cette page a été archivée.

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette information dans tout autre format de rechange à la page « Contactez-nous ».

Le Plan de réseau des aires marines nationales de conservation du Canada

Bancs de la Madeleine

Milieu marin

La région correspond à une mer semi-enclavée peu profonde qui recouvre une superficie de 79 350 km2. La plate-forme continentale atteint jusqu'à 150 km de largeur, présentant une topographie de fond irrégulière, caractérisée par plusieurs dépressions, bancs et hauts-fonds. La profondeur est de moins de 80 m en moyenne, les dépressions atteignant 200 m. Une importante masse d'eau douce provenant de l'estuaire du Saint-Laurent est entraînée vers la région par le courant de Gaspé qui contourne la péninsule gaspésienne. En outre, comme l'eau y est peu profonde, cela en fait la région océanique la plus chaude de l'est canadien. Entièrement recouverte de glace l'hiver, l'eau en surface peut atteindre entre 16 °C et 20 °C l'été et même jusqu'à 25 °C dans les baies peu profondes. Cependant, la température de l'eau à 20 ou 30 m de profondeur, demeure entre 0 °C et 5 °C.

Profil littoral

Le littoral est découpé par des promontoires et des baies. Les falaises peu élevées et les pentes douces y prédominent. Les larges plages de sable et les petites plages de sable et de gravier sont abondantes. L'érosion par les vents, les vagues et les courants sont les phénomènes dominants et ceux-ci ont créé des cordons de sable, des îles-barrières, des flèches littorales, des dunes littorales, des tombolos, des cuestas, des grottes littorales, des arches marines et des éperons d'érosion. On trouve çà et là des marais salés, des lagunes, des estuaires et des estrans.

Flore et faune

L'environnement marin relativement chaud de la région favorise la présence de plusieurs espèces qui n'existent pas ou qui sont extrêmement rares au nord du Massachusetts, dont une population relique d'huître. La mousse d'Irlande, le crabe des neiges, le homard, le pétoncle sont courants dans tout le sud du golfe du Saint-Laurent. On y trouve aussi d'importants rassemblements de morue franche, de plie canadienne, de merluche blanche, de lançon, de flétan atlantique, de maquereau, de capelan, et de hareng. Plusieurs cours d'eau servant au frai d'espèces anadromes, telles le saumon atlantique, l'éperlan arc-en-ciel, le gaspareau et l'alose savoureuse, sont également présentes dans la région. Même si la région abrite moins de 2,5 pour cent des oiseaux de mer nicheurs de l'est canadien, bon nombre des colonies revêtent une importance nationale. L'île Bonaventure et les rochers aux Oiseaux près des Îles de la Madeleine abritent la plus grande partie de la population nord-américaine de fous de Bassan, soit plus de 25 000 couples. La région s'avère vitale au pluvier siffleur, en voie de disparition, puisque plus de 70 pour cent de la population du Canada atlantique y niche. Des oies, des canards de mer et des oiseaux de rivage font escale sur la côte au printemps et à l'automne. Des phoques du Groenland et des phoques à capuchon mettent bas au début du printemps sur les glaces au large des îles de la Madeleine. Ces deux espèces de phoques migrent ensuite vers le Nord; ils suivent le retrait des glaces et les phoques du Groenland nagent au-delà de 3200 km avant d'atteindre leur aire d'estivage. Les phoques gris accouchent sur les glaces nouvellement formées à l'est du détroit de Northumberland et le long de la côte ouest de l'île du Cap-Breton. Après la débâcle des glaces, les phoques gris errent çà et là mais, généralement, demeurent dans les Maritimes, alors que les phoques communs résident dans la région. Les cétacés sont généralement peu communs sauf à la périphérie de la région où l'eau devient plus profonde.

État actuel de la planification

Cette région n'est pas encore représentée dans le réseau des aires marines nationales de conservation. Trois aires marines représentatives ont été identifiées : les îles de la Madeleine, la baie de Gaspé et la baie Kouchibouguac. La sélection de l'aire privilégiée pour considération aux fins d'une aire marine nationale de conservation possible est la prochaine étape. (Pour plus de détails sur le processus d'établissement, voir le programme AMNC.)


Dernière mise à jour : 2013-05-10 Haut de la page
Haut de la page
Avis importants