Sources thermales Upper Hot Springs de Banff

La physe des fontaines de Banff menacée

L’espèce la plus à risque dans le parc

Dans quelques sources thermales du parc national Banff (PNB) vit un petit escargot inoffensif unique au monde. En avril 1997, la physe des fontaines de Banff (Physella johnsoni) - une espèce d’escargot - a été qualifiée de « menacée » par le Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada (CSEMDC). En 2000 on l’a reclassifiée comme étant en péril. Cela signifie que l'espèce est menacée d'une extinction imminente.

Ce petit escargot est l'espèce animale la plus en péril du PNB. Les autres espèces en danger à Banff sont le grizzli (espèce préoccupante), le caribou des bois (menacé) et le carcajou (préoccupant). La physe est de plus passée à l'histoire en devenant le premier mollusque vivant (escargots et myes) et parmi les premiers invertébrés à être répertoriés par le CSEMDC.

Escargots dans l'eau chaude

Ce n'est que récemment que nous en avons appris davantage sur cette espèce unique. Il a fallu soixante-dix ans entre la première description de l'escargot en 1926 et le début de la première étude scientifique à son sujet. Il n'existait aucune donnée sur les populations de physes ou sur leur histoire naturelle, leur biologie ou leur rôle dans l'écosystème.

Nous avons commencé en janvier 1996 à préciser le statut et la répartition de l'espèce; des études biologiques et écologiques ont suivi. Pour mener ces études à bien, il nous a fallu passer une grande partie de notre temps à genoux, à la recherche de ces escargots. La plus grosse physe des fontaines est de la grandeur de l’ongle du petit doigt; la majorité n’est que la moitié de cette taille. La plupart des escargots se trouvent juste à la surface de l'eau, s'accrochant aux algues et aux tapis de bactéries, qui constituent probablement leur source de nourriture.

Nous avons malheureusement découvert que les physes ont disparu de quatre de ces endroits de prédilection. En novembre 2002, nous avons réintroduit la physe dans l’un de ses milieux d’origine, notamment dans les sources thermals Upper Middle Springs et en novembre 2003, dans la source Kidney Spring. En plus, on trouve la physe dans cinq autres sources thermales. Quatre de ces dernières se trouvent dans le lieu historique national Cave and Basin, qui est très fréquenté par les visiteurs.

Des sondages ont démontré que les populations fluctuent de façon marquée : ainsi, les nombres les plus faibles sont observés juste avant l'arrivée massive des visiteurs à Banff en été. Dans les deux cas les plus graves, moins de 50 physes ont été dénombrées dans deux sources thermales différentes. C'est à ce moment que l'espèce est le plus à risque par rapport aux perturbations naturelles et humaines.

C'est le cas de dire que ces escargots se retrouvent dans l'eau chaude! Ils semblent préférer l'eau à une température allant de 30 o à 36 oC, soit une température un peu plus basse que la température moyenne d'un bain relaxant, qui se situe entre 38 o et 40 oC. Dans certaines sources thermales, leurs nombres semblent suivre les variations de température saisonnières - le nombre d'escargots diminuant à mesure que les températures diminuent et augmentant quand l'eau devient plus chaude. La plupart des physes des fontaines se trouvent tout près de l'endroit où les sources jaillissent de la terre. Leur nombre diminue de façon importante après 5 à 10 mètres en aval.

Quelle est l'importance de la physe?

Est-ce qu'on peut dire que la physe est aussi importante que le grizzli? Sans aucun doute. Tout comme il est juste de dire qu'une population saine de grands carnivores, comme le grizzli, sert à mesurer la santé ou l'intégrité d'un grand écosystème, les populations de physes des fontaines de Banff sont un signe de l'intégrité de nos écosystèmes uniques des sources thermales. Ce n'est qu'une question d'échelle.

C'est également une question de biodiversité ou de variété d'espèces. Chaque espèce vivant sur la Terre a son importance et est interdépendante. La physe des fontaines de Banff et son cousin éloigné observé dans les sources thermales de Liard, au nord de la Colombie-Britannique, peuvent nous offrir une dernière chance d'en apprendre davantage sur les caractéristiques particulières des escargots qui vivent dans les sources thermales au Canada. Ces milieux de vie constituent des environnements difficiles et il faut avoir des capacités d'adaptation spéciales pour survivre et se multiplier dans de l'eau chaude sans oxygène ou presque, qui contient de grands volumes de minéraux dissous, ainsi que des bactéries et des algues particulières.

La planète est en train de perdre des espèces à un rythme alarmant, plus rapide que jamais dans l'histoire. Les dirigeants du monde entier ont officiellement exprimé leur préoccupation pour la diversité de la vie sur la planète en adoptant la Convention sur la diversité biologique à Rio de Janeiro en 1992. Il est essentiel que le parc national Banff soit à l'avant-garde pour protéger des espèces comme la physe des fontaines de Banff.

Menaces

Comme la population entière de cette espèce vit dans les sources thermales du parc national Banff, Parcs Canada se doit d'assurer la survie de cette espèce unique. Les perturbations et la destruction de l'habitat fragile de la physe par l’être humain constituent de graves menaces à la survie de l'espèce.

Nous augmentons la protection offerte à la physe et à son habitat contre les dérangements et la destruction par l’être humain. Depuis février 2002, un ordre d’activité restreinte interdit l’accès à ces sources et aux eaux qui en découlent. Il est également interdit de toucher à toute matière organique ou aux organismes aquatiques dans ces sources. On a clôturé la source Kidney et des appareils de surveillance y ont été installés ainsi qu’aux sources Middle et Basin.

Les activités illégales peuvent influer de différentes façons sur la physe et sur son habitat. Les escargots peuvent être tués par l'entrée et la sortie de personnes dans la piscine des sources thermales, les vagues dérangent et déplacent les tapis d'algues, et l'agitation de l'eau soulève les algues qui finissent par bloquer les tuyaux. Le déplacement des tapis d'algues est particulièrement nuisible car ces tapis constituent l'un des deux seuls endroits où on trouve les oeufs de cette espèce d'escargot. Les produits chimiques, les désodorisants et les chasse-moustiques sur la peau des baigneurs illégaux ou des personnes qui trempent leur main peuvent également nuire aux physes et à leur habitat.

Et maintenant ?

L’objectif à long terme de Parcs Canada est de rétablir les populations dans toutes les sources thermales où l’espèce a déjà été observée, tout en maintenant les populations actuelles. Le plan de rétablissement est axé sur la communication, la protection et la recherche scientifique. Les efforts de rétablissement comprennent la protection contre les perturbations causées par l’être humain, l’interdiction d’accès public à certains sites, la surveillance rehaussée, l’application de la loi et l’imposition d’amendes. À l’heure actuelle, le parc en est à l’élaboration d’initiatives pour sensibiliser et informer les résidents, le personnel du parc et les visiteurs sur la physe. Des recherches sont présentement en cours pour documenter les fluctuations de population, la micro-distribution, l’inluence de la chimie aquatique et la biologie reproductive. Les chercheurs ont également commencé à étudier les bactéries, algues, plantes et autres animaux de l’écosystème des sources thermales.

Comment vous pouvez nous aider

Nous sollicitons votre aide pour protéger la physe des fontaines de Banff. Nous sommes tous les gardiens des sources thermales dans lesquelles se trouve la population entière de cet escargot. Si vous êtes témoin de vandalisme, de perturbations involontaires et de menaces à la physe ou à son habitat, veuillez communiquer avec le Service de gardes de parc au 762.1470 . Pour de plus amples renseignements,consultez : Espèces en péril