Patrimoine mondial : Canada

Gwaii Haanas

Colombie-Britannique


 

Nom du pays : CANADA

Liste établie par :
Agence Parcs Canada
25, rue Eddy
Gatineau (Québec) K1A 0M5

Date : Mars 2004

NOM DU BIEN

GWAII HAANAS

SITUATION GÉOGRAPHIQUE

COLOMBIE-BRITANNIQUE 52° N – 131° O

DESCRIPTION

La réserve de parc national et le site du patrimoine haïda Gwaii Haanas couvrent environ 15 p. 100 des îles de la Reine-Charlotte, un archipel situé à 80 kilomètres au large de la côte nord-ouest de la partie continentale de la Colombie-Britannique et séparant le détroit d’Hecate de l’océan Pacifique. La superficie du secteur terrestre, qui se compose de 138 îles, est de 1 495 km2, et ce dernier est entouré d’une aire marine de conservation (proposée) de 3 400 km2. La réserve de parc englobe le Site du patrimoine mondial SGaang Gwaii, une île de 3 km2 inscrite en 1981 en fonction du critère culturel (iii). Deux autres villages haïdas anciens d’une qualité remarquable - Tanu et Skedans – se trouvent dans cette réserve de parc. En outre, dans ce dernier, plus de 600 vestiges archéologiques témoignent de l’occupation et des activités des Haïdas dans la région. Les récits, les chants, la langue et les noms de lieu traditionnels créent un lien intime entre la réserve de parc et l’histoire et le mode de vie des Haïdas. La culture riche et vivante de ce peuple imprègne toute la région, dont les ressources naturelles, qui abondent en éléments essentiels à la subsistance et à la croissance, font partie intégrante de la culture traditionnelle des Haïdas, ainsi que de la vie en milieu terrestre et maritime. Les caractéristiques naturelles de Gwaii Haanas vont des monts San Christoval fort découpés, formant l’épine dorsale de la région, jusqu’à des fjords, 40 lacs d’eau douce et de forêts ombrophiles anciennes tempérées, en passant par une faune très diversifiée et abondante. L’aire marine de conservation qu’il est proposé d’établir s’étend le long d’une section de la plaque tectonique de la Reine-Charlotte et abrite des communautés marines intertidales et subtidales vivantes des plus diversifiées. Elle est également située à un endroit stratégique, le long de la voie migratoire du Pacifique, et accueille ainsi de gigantesques colonies de nidification d’oiseaux de mer, en plus de constituer une importante halte migratoire. L’aire de conservation recèle aussi des mammifères marins, dont des lions de mer, des marsouins, des épaulards et des baleines grises migratrices.

JUSTIFICATION DE LA « VALEUR UNIVERSELLE EXCEPTIONNELLE » DU BIEN

Critères auxquels satisfait le bien

(iii) La terre natale des Haïdas est représentée par l’ensemble de la région Gwaii Haanas et non seulement par l’île de SGaang Gwaii, avec ses vestiges d’habitation et ses mâts funéraires et commémoratifs sculptés. Cette terre natale est décrite dans la tradition orale et dans les ressources archéologiques de ce peuple et elle est riche en valeurs culturelles associatives;

(v) il s’agit d’un exemple éminent d’occupation du territoire et d’utilisation de la mer, qui est représentatif d’une culture et de l’interaction humaine avec l’environnement;

(vi) le bien évoque la relation cosmologique des Haïdas avec ce lieu;

(vii) il présente une beauté naturelle exceptionnelle et contient des phénomènes naturels remarquables, axés sur le paysage qui s’étend des montagnes jusqu’à la mer et caractérisés par ses îles recouvertes de forêts anciennes, par sa zone côtière et par sa vie sous-marine;

(ix) il offre un superbe exemple de processus écologiques en cours dans les forêts ombrophiles anciennes tempérées et du rôle que jouent les îles dans l’évolution de la flore et de la faune;

(x) la diversité des espèces et la présence d’espèces endémiques présentent un caractère exceptionnel.

Garanties d’authenticité et/ou d’intégrité

La réserve de parc national et le site du patrimoine haïda Gwaii Haanas sont gérés conjointement par Parcs Canada et les représentants haïdas du Council of the Haida Nation. Un plan directeur a été approuvé pour le parc en 2003.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Au point de vue des valeurs culturelles, la culture haïda est unique au monde. [TRADUCTION] « L’art du peuple haïda, qu’illustrent spécialement les mâts totémiques et mortuaires, est reconnu par les anthropologues du monde entier comme l’un des plus beaux exemples d’art primitif au monde » (document de proposition d’inscription concernant SGaang Gwaii). Au point de vue des valeurs naturelles, il existe un Site du patrimoine mondial naturel dans la province biogéographique de Sitkan : le « complexe St. Elias » (le Site du patrimoine mondial Kluane/Wrangell-St. Elias/Glacier Bay/Tatshenshini-Alsek); ce dernier est situé à une distance d’environ 800 kilomètres au nord, sur la frontière de l’Alaska, de la Colombie-Britannique et du Yukon. On relève des caractéristiques côtières naturelles du Pacifique dans le « complexe St. Elias » ainsi que dans d’autres îles côtières du nord-ouest du Pacifique, de même que dans le Site du patrimoine mondial Olympic National Park, aux États-Unis. Toutefois, en tant qu’archipel, Gwaii Haanas présente un caractère distinctif et est l’un des rares lieux à avoir servi de refuge au Pléistocène.

La diversité de la vie dans ces deux zones de marées contrastantes (l’océan Pacifique et le passage intérieur) est supérieure à tout ce que l’on peut trouver ailleurs. L’empreinte marquée de la culture haïda vivante et la relation étroite entre cette dernière et le milieu naturel ne se retrouvent pas non plus ailleurs dans la province biogéographique.