Parcs nationaux

Études de cas de restauration

Restauration du bassin versant Kennedy Flats (Réserve de parc national Pacific Rim)

Direction du projet : Central Westcoast Forest Society (en anglais seulement)

Partenaires principaux : (consulter la liste ci-dessous)

Endroit : Bassin versant Kennedy Flats (y compris la réserve de parc national Pacific Rim), île de Vancouver, Colombie Britannique (consulter la carte interactive)

Région naturelle : Chaîne côtière du Pacifique (consulter la description du plan de réseau des parcs nationaux)

Écozone : Maritime du Pacifique (consulter la carte et la description de l'écozone)

Période d’exécution : De 1994 à 2009; en cours

Entendue de projet : En 2009, le projet comptait plus de 10,1 ha sur lesquels le terrain avait été stabilisé, 114 km de chemins forestiers mis hors service, 66 ha d’habitat riverain et 78 km de cours d’eau avaient été restaurés.

Liens rapides :
Aperçu du projet - Valeurs du patrimoine naturel et culturel - Description du problème - Buts et objectifs - Activités du projet - Surveillance - Leçons apprises - Prochaines étapes - Pour plus de renseignements - Personnes-ressources - Partenaires principaux
Rainforest near Long Beach, Pacific Rim National Park Reserve Forêt pluviale près de la plage Long, réserve de parc national Pacific Rim
© Parcs Canada / 10.104.03.05(102)

Retourner au haut de la page

Aperçu du projet

La Central Westcoast Forest Society (CWFS) (en anglais seulement) dirigé la restauration du bassin versant Kennedy Flats sur la côte Ouest de l’île de Vancouver. L’équipe de projet s’est concentrée sur la restauration des dommages causés par l’exploitation forestière antérieure dans les cours d’eau et les écosystèmes du bassin versant. Le nombre de saumons et de truites arc en ciel avait considérablement diminué dans les cours d’eau et les affluents de la région en raison des pratiques forestières antérieures. La restauration a commencé en 1994 et a consisté à stabiliser les pentes en surplomb des cours d’eau, à fermer des chemins forestiers, à enlever des débris de bois et des embâcles dans les cours d’eau, et à étendre du gravier sur le lit des cours d’eau pour rétablir des frayères.

En 2001, Parcs Canada s’est associé à la CWFS, à l’International Forest Products (Interfor) et à d’autres partenaires pour restaurer le grand écosystème à l’intérieur et à l’extérieur des limites du parc. La réserve de parc national Pacific Rim, une longue bande côtière de plages et de forêts, fait partie du bassin versant Kennedy Flats et compte plusieurs cours d’eau dont certains traversent la région de Kennedy Flats.

Des partenariats novateurs, une vision commune et des communautés engagées ont permis la restauration d’un élément essentiel de l’écologie et de la culture de la côte ouest canadienne. Les régimes d’écoulement naturel des cours d’eau ont été rétablis et la restauration dans ces derniers pour améliorer l’habitat du poisson a fait en sorte que le saumon est revenu en grands nombres frayer dans les aires restaurées.

Les mesures prises par l’équipe de restauration de Kennedy Flats illustrent les pratiques exemplaires décrites dans les Principes et lignes directrices pour la restauration écologique dans les aires naturelles protégées du Canada. Le processus de restauration écologique, selon cette approche, repose sur trois principes directeurs, à savoir que la restauration doit être :

  • efficace, pour restaurer et maintenir l’intégrité écologique;
  • efficiente, par l’emploi de méthodes pratiques et économiques permettant la réussite fonctionnelle;
  • engageante, par la mise en œuvre de processus inclusifs et par la reconnaissance et la valorisation de l’interrelation entre culture et nature.

Retourner au haut de la page

Valeurs du patrimoine naturel et culturel

La région appelée Kennedy Flats, située entre le lac Kennedy et l’océan Pacifique sur l’île de Vancouver, est une région exceptionnelle de la côte Ouest du Canada. La forêt pluviale tempérée regorge de vie et a déjà été considérée comme l’une des régions les plus productives sur le plan écologique de la côte Ouest. Le saumon vient tous les ans frayer dans ses cours d’eau et il est devenu le symbole de cet écosystème. La région comprend 18 bassins secondaires dont certains traversent la réserve de parc national Pacific Rim. Le parc, lui même, protège une longue bande de forêt pluviale tempérée côtière et un environnement marin.

Les Premières nations locales y accordent une grande importance culturelle et les liens écologiques et culturels sont indissociables. Depuis des millénaires, les Premières nations reconnaissent le saumon comme un lien important entre l’océan et la terre ferme. Pour elles, le saumon est une composante spirituelle et cérémonielle fondamentale de leurs sociétés. Le saumon frais et séché a également été pour elles une source alimentaire importante.

Retourner au haut de la page

Description du problème

Les pratiques d’exploitation forestière des années 1950 jusqu’à la fin des années 1980 ont gravement détérioré les écosystèmes des cours d’eau et des forêts du bassin versant Kennedy Flats inférieur. Pour cette raison, le nombre de saumons et de truites arc en ciel qui revenaient y frayer avait grandement diminué. Les résidus d’exploitation avaient bloqué de nombreux cours d’eau, et des embâcles s’étaient formés sur 1,5 km de long, empêchant ainsi le passage du poisson.

Des chemins forestiers hors norme avaient été construits sur des pentes abruptes et dans des plaines d’inondation fragiles, ce qui avait dégradé l’habitat de frai du poisson. Des sédiments et des débris de bois provenant des surfaces des chemins et des glissements de terrain causés par la déstabilisation des pentes s’étaient retrouvés dans les cours d’eau. Aux endroits abrupts, des torrents de débris avaient détruit sur leur passage des bassins, des rapides et d’autres éléments essentiels d’un bon habitat de frai. Des digues de rondins effondrées, d’autres mal situées et des chemins aménagés dans des plaines d’inondation avaient partiellement bloqué des cours d’eau et détourné des tronçons de ces derniers.

Les anciennes pratiques d’exploitation forestière avaient autorisé la coupe jusqu’aux rives des cours d’eau, ce qui a fait disparaître l’habitat riverain. Même si dans de nombreux cas, de petits aulnes et des broussailles avaient repoussé, leur couvert ne suffisait pas à protéger les cours d’eau. Il fallait le couvert de gros arbres au dessus du cours d’eau pour donner aux poissons juvéniles et adultes l’ombre et la protection dont ils ont besoin contre les prédateurs.

Les pratiques forestières des années 1950 jusqu’au milieu des années 1970 ont également permis d’enlever du gravier du lit des cours d’eau de la région pour construire les chemins forestiers. Ce gravier était indispensable au frai des saumons. Sa disparition avait fait diminuer le nombre d’endroits propices au frai.

Retourner au haut de la page

Buts et objectifs

On a dressé un plan complet de la restauration du bassin versant dans lequel on a évalué les besoins pour réparer les dommages subis par les cours d’eau principaux de la région. Ce plan prévoyait aussi la restauration des chemins forestiers inactifs et portait sur toute la région de Kennedy Flats, qui comprend 18 bassins secondaires. Une évaluation environnementale (EE) a facilité la planification et la fixation des objectifs. Une EE a été réalisée tous les ans au cours desquelles des activités de restauration ont été menées.

Pour restaurer les cours d’eau côtiers touchés, il a fallu procéder du haut vers le bas pour résoudre le problème des sources de sédiments et garantir l’efficacité des efforts de restauration dans les cours d’eau. Le projet a donc été axé sur trois zones principales : les pentes montantes (les versants entourant les cours d’eau), l’intérieur des cours d’eau et les habitats riverains.

Le programme de restauration des pentes montantes avait pour objet de stabiliser les chemins forestiers abandonnés sur les versants de même que les ponts. Les chemins forestiers, inutilisés ou autres, sont la cause de la plupart des mouvements de pente sur la côte Ouest. Ces mouvements créent souvent des torrents de débris d’eau, de sol, de roches et de bois dans des cours d’eau fréquentés par des poissons, créant de graves perturbations environnementales, entre autres la destruction de l’habitat piscicole.

Les objectifs de la restauration dans les cours d’eau ont été axés sur l’enlèvement de petits débris de bois trop nombreux et de certains débris ligneux grossiers et le repositionnement d’autres grosses billes et d’amas de racines pour retenir les berges et créer un habitat pour les organismes vivant dans les cours d’eau. Une fois les débris excédentaires enlevés ou arrimés, il a fallu améliorer l’habitat de frai dans les cours d’eau en ajoutant du gravier propre à des endroits stratégiques.

Pour restaurer les berges, on s’est efforcé d’accélérer le processus de récupération et d’améliorer l’habitat le long des rives.

Retourner au haut de la page

Activités du projet

Efficace, pour restaurer et maintenir l’intégrité écologique
Up-slope logging roads showing landslide areas Chemins forestiers sur une pente montante où le terrain s’est affaissé par endroits
© Central Westcoast Forest Society

Pour restaurer les chemins forestiers et les pentes montantes où il y avait eu glissement de terrain, on a ensemencé les pentes dégagées avec un mélange de graminées (indigènes si possible), on y a épandu un engrais à libération lente et on les a recouvertes de paillis. L’ensemencement et les autres techniques ont permis de prévenir le glissement de sédiments fins dans les ruisseaux en aval.



Ruisseau avant le nettoyage des débris Ruisseau avant le nettoyage des débris
© Central Westcoast Forest Society

La restauration dans les cours d’eau a commencé par l’enlèvement des petits débris de bois. Pour atténuer l’impact sur le site, on a souvent utilisé des hélicoptères pour soulever des élingues chargées de débris.



Ruisseau après le nettoyage et la mise en place de débris ligneux grossiers Ruisseau après le nettoyage et la mise en place de débris ligneux grossiers
© Central Westcoast Forest Society

Pour restaurer le débit naturel des cours d’eau, de débris ligneux grossiers de bois ont parfois été laissés dans le cours d’eau ou transportés par hélicoptère et arrimés aux berges.



Saumon coho reproducteur dans un cours d’eau restauré Saumon coho reproducteur dans un cours d’eau restauré
© Parcs Canada

Une fois le débit du cours d’eau rétabli, on a ajouté du gravier pour le frai. On a soigneusement choisi la taille et le mélange des roches de façon à créer le substrat le plus propice au frai et à la stabilisation du lit du cours d’eau.



Restauration des berges et des zones riveraines d’un cours d’eau Restauration des berges et des zones riveraines d’un cours d’eau
© Central Westcoast Forest Society

L’une des techniques utilisées pour la restauration riveraine (berges des cours d’eau) a consisté à enlever les plantes concurrentes comme les saules et les aulnes autour des jeunes épinettes de Sitka, des pruches de l’Ouest et autres espèces de conifères souhaitables. On a déterminé quelle était la végétation riveraine à l’origine au moyen de photographies aériennes de 1937 qui ont permis aux chercheurs de voir la composition des espèces dans la région en question.



Efficiente, par l’emploi de méthodes pratiques et économiques permettant la réussite fonctionnelle
La mise hors service et la stabilisation d’anciens chemins forestiers sur des pentes montantes La mise hors service et la stabilisation d’anciens chemins forestiers sur des pentes montantes
© Central Westcoast Forest Society

Les programmes de restauration des pentes montantes étaient indispensables à la réussite des efforts de restauration dans les cours d’eau. On a utilisé des techniques comme l’ensemencement hydraulique et le « génie biologique » (utilisation de matières végétales vivantes ou non). Les travaux de restauration dans les cours d’eau n’ont pu se faire qu’une fois résolu le problème des pentes montantes à haut risque.



Dans les cours d’eau, de grosses billes et des amas de racines ont été laissés sur place et fixés à l’aide de câbles d’acier et de roches. Ces mesures ont amélioré l’habitat des poissons en fournissant un couvert et en améliorant l’écoulement naturel de l’eau. Les grosses billes ont également protégé les berges de l’érosion aux endroits où l’ancienne végétation riveraine avait été enlevée et remplacée par une végétation moins souhaitable.

Berges de cours d’eau abîmées par l’érosion en raison de la disparition de la végétation riveraine Berges de cours d’eau abîmées par l’érosion en raison de la disparition de la végétation riveraine
© Parcs Canada / B. Redhead
Berge stabilisée à l’aide de débris ligneux grossiers Berge stabilisée à l’aide de débris ligneux grossiers
© Parcs Canada / B. Redhead


Tronçon après la restauration Tronçon après la restauration
© Central Westcoast Forest Society

En raison de l’ampleur du tronçon dégradé du cours d’eau dans la région de Kennedy Flats, il a fallu trouver une méthode pour définir les priorités afin d’évaluer objectivement et de résumer les priorités du traitement du cours d’eau. L’équipe de restauration a défini, dans le plan, l’efficacité et la rentabilité de tous les traitements des chemins, des cours d’eau et des zones riveraines pour fixer les priorités.



Engageante, par la mise en œuvre de processus inclusifs et par la reconnaissance et la valorisation de l’interrelation entre culture et nature.
Des membres des communautés des Premières nations ont participé à la planification de la restauration et aux travaux connexes Des membres des communautés des Premières nations ont participé à la planification de la restauration et aux travaux connexes
© Central Westcoast Forest Society

Les Premières nations Ucluelet et Tla-o-qui-aht ont toutes deux participé à la planification initiale de la restauration. Les efforts de restauration dans le bassin versant du lac Kennedy ont été concentrés sur les systèmes écologiques de la région importants pour les liens culturels et spirituels que les Premières nations entretiennent avec le paysage. Le saumon, par exemple, est un élément spirituel et cérémoniel important des sociétés des Premières nations.



Équipe de travail de la CWFS Équipe de travail de la CWFS
© Central Westcoast Forest Society

La communauté locale a profité des emplois et de la formation que ces efforts de restauration lui ont fournis. On a encouragé les partenariats entre les divers groupes communautaires et les groupes d’intervenants et tous en ont tiré profit.



La CWFS et la réserve de parc national Pacific Rim ont organisé le festival qui célèbre le retour du saumon et les réussites des travaux de restauration. Le public a été invité au festival organisé dans le parc pour participer à une activité divertissante et informative et voir le saumon sauvage remonter le cours d’eau pour frayer.

Activités d’apprentissage au Festival du saumon Activités d’apprentissage au Festival du saumon
© Central Westcoast Forest Society
Le kiosque du bassin versant Kennedy au Festival du saumon Le kiosque du bassin versant Kennedy au Festival du saumon
© Central Westcoast Forest Society


Retourner au haut de la page

Surveillance

La surveillance est un aspect clé de la restauration des cours d’eau si l’on veut s’assurer de l’efficacité des structures aménagées dans les cours d’eau et observer les changements ou les problèmes découlant des inondations hivernales. Il y a surveillance annuelle pendant les trois premières années qui suivent la restauration d’un tronçon de cours d’eau, puis une surveillance quinquennale jusqu’à ce qu’il soit jugé inutile de poursuivre. La surveillance de l’efficacité vient compléter celle de la conformité et les inspections pour s’assurer que les efforts de restauration améliorent l’intégrité écologique à long terme.

Les résultats montrent une amélioration de la santé des cours d’eau et des zones riveraines et une augmentation correspondante de l’intégrité écologique. On a surveillé le nombre de saumons revenus frayer dans l’un des six principaux cours d’eau restaurés dans la région et observé que ce nombre avait au minimum quintuplé. Les résultats de la surveillance ont également indiqué une forte utilisation du gravier récemment ajouté dans le secteur, de même qu’un taux très élevé de survie des alevins (petites larves de poisson) dans les sites où le gravier de frai a été remplacé.

Dans la réserve de parc national Pacific Rim, les projets actifs de restauration des cours d’eau, tant dans le parc que dans les environs immédiats, ont eu des effets positifs sur la connectivité de ces derniers.

Retourner au haut de la page

Leçons apprises

  • La promotion des valeurs de l’intendance locale est essentielle à la réussite à long terme de tout projet de restauration de cette nature. Les questions de nature écologique, y compris la restauration, doivent être communiquées à tous les groupes dans un langage facile à comprendre.
  • La restauration des écosystèmes doit être considérée comme un effort communautaire et ne doit pas être restreinte par des limites artificielles.
  • La restauration des cours d’eau côtiers dégradés a nécessité une approche descendante (c’est à dire d’amont en aval) pour éliminer les sources de sédiments et s’assurer de l’efficacité des efforts de restauration dans les cours d’eau.
  • Le remplacement judicieux du gravier de frai, chaque fois que possible, a aidé à améliorer la réussite du frai du saumon de retour et à accroître les populations des espèces indigènes.
  • Le projet a montré qu’une planification et un engagement à long terme permettent de restaurer efficacement des bassins versants endommagés. On a beaucoup accompli et la longévité du projet témoigne du grand nombre de groupes dévoués qui ont participé au partenariat.

Retourner au haut de la page

Prochaines étapes

Les zones qui présentaient les plus grands risques et les plus rentables ont été restaurées en premier. L’entretien et la surveillance à long terme doivent se poursuivre et il reste encore de nombreux travaux de restauration riveraine. Des travaux de restauration viennent tout juste de commencer dans quelques bassins secondaires.

Parcs Canada a signé un accord de contribution de cinq ans avec la CWFS en vue de la poursuite des travaux de restauration du ruisseau Lostshoe, situé en partie dans le parc. De plus, le personnel de Parcs Canada entreprendra des sondages de sensibilisation de base des auditoires, des programmes de diffusion externe et d’éducation dans les écoles, des festivals et des activités, et créera un site Web, préparera des articles dans les journaux, des panneaux d’interprétation dans les sentiers, et une exposition au centre d’interprétation sur la restauration.

L’exploitation forestière actuelle dans la majeure partie de la région de Kennedy Flats est conforme aux recommandations du comité d’experts scientifiques de Clayoquot Sound, elles-mêmes conformes aux pratiques d’aménagement fondées sur l’écosystème. Ces pratiques comprennent des mesures additionnelles de protection telles que des réserves agrandies de zones riveraines (en particulier pour les cours d’eau fragiles), la représentation des vieux peuplements, les plans de réseau de réserves, de même que la protection des espèces et des communautés végétales protégées.

Retourner au haut de la page

Pour plus de renseignements

Les études de cas ont pour objet de renseigner de manière générale sur les projets de restauration écologique dans les aires naturelles protégées du Canada. Pour obtenir des renseignements détaillés ou techniques sur le projet de restauration du bassin versant Kennedy Flats, veuillez consulter les sites Internet ou les personnes-ressources précisés ci dessous.

Les travaux de restauration du bassin versant Kennedy Flats ont été documentés dans les rapports de fin d’exercice préparés par les biologistes responsables. Ces rapports décrivent les travaux terminés, les objectifs, les prescriptions de restauration, des comparaisons avant et après, et certains résultats de surveillance. On peut se procurer ces rapports à la CWFS ou au bureau de la conservation des ressources de la réserve de parc national Pacific Rim.

Retourner au haut de la page

Personnes-ressources

Pour obtenir des renseignements détaillés ou techniques au sujet de ce projet de restauration, veuillez communiquer avec :

Bob Redhead
Réserve de parc national Pacific Rim
C.P. 280
Ucluelet (Colombie Britannique)
V0R 3A0
Tél. : 250 726-7165, poste 235
bob.redhead@pc.gc.ca

Dave Clough, R.P.Bio
D.R. Clough Consulting
6966 Leland Road
Lantzville (Colombie Britannique)
V0R 2H0
Tél. : 250 390 2901
drclough@shaw.ca

Warren Warttig, R.P.Bio
International Forest Products
311–1180 Ironwood Road
Campbell River (Colombie Britannique)
V9W 5P7
Tél. : 250 286 5168
warren.warttig@interfor.com

Jessica Hutchinson
Directrice générale
Central Westcoast Forest Society
C.P. 405
Ucluelet (Colombie Britannique)
V0R 3A0
Tél. : 250 266 0113 (cell.)
jessicajhutchinson@gmail.com

Retourner au haut de la page

Partenaires principaux

  • Première nation Ahousaht
  • District régional d’Alberni-Clayoquot
  • Ministère des Parcs de la Colombie Britannique
  • Ministère de l’Environnement de la Colombie Britannique
  • Ministère des Forêts et des Parcours de la Colombie Britannique
  • Ministère des Pêches et Océans
  • District de Tofino
  • District d’Ucluelet
  • DR Clough
  • Premières nations Hesquiat
  • Iisaak Forest Products
  • International Forest Products Limited (Interfor) (en anglais seulement)
  • IWA Canada
  • Looker Industries
  • MacMillan Bloedel
  • Northwest Ecosystem Institute
  • Steelhead Society (en anglais seulement)
  • Thornton Creek Salmon Enhancement Society
  • Première nation Tla-o-qui-aht
  • Tofino Salmon Enhancement Society
  • Première nation Toquaht
  • Première nation Ucluelet
  • Weyerhaeuser
  • Wickaninnish Inn-Point Restaurant

Si vous souhaitez commenter la présente étude de cas, veuillez écrire à Parcs Canada, à restauration.restoration@pc.gc.ca