Le gouvernement du Canada annonce le transfert des premières terres destinées au parc urbain national de la Rouge dans la région du Grand Toronto

Farm-Ferme
Agriculture au parc national de la Rouge
© Parks Canada. Scott Munn
Le premier parc urbain national du Canada sur le point de voir le jour

Le 31 mars 2015 Toronto (Ontario) Parcs Canada

L'honorable Leona Aglukkaq, ministre de l'Environnement et ministre responsable de Parcs Canada, et l'honorable Lisa Raitt, ministre des Transports, ont annoncé aujourd'hui que Transports Canada avait procédé au transfert officiel de 4 722 acres (19,1 km2) de terres à Parcs Canada. Il s'agit des toutes premières terres qui formeront le parc urbain national de la Rouge dans la région du Grand Toronto.

Ces terres nouvellement transférées, situées dans la partie nord du futur parc, à l'ouest de la ligne de démarcation des municipalités régionales d’York et de Durham, sont en grande partie des terres agricoles de classe 1 – les terres agricoles les plus rares, les plus fertiles et les plus menacées du pays. L’une des principales raisons de l’établissement du parc urbain national est la promotion d'une communauté agricole dynamique. Le parc permettra en outre de préserver le patrimoine naturel et culturel de la vallée de la Rouge et de rapprocher les Canadiens et les Canadiennes de leurs aires patrimoniales protégées. Grâce aux soins dispensés par l’Agence Parcs Canada, ces terres bénéficieront désormais de la plus haute protection qu'elles aient connue jusqu'alors et ce, pour toujours.

Le transfert des terres annoncé aujourd'hui est le premier réalisé dans le cadre de l'entente de transfert de terres conclue entre l'Agence et divers propriétaires fonciers en vue de la création du parc urbain national de la Rouge. D’autres ententes ayant force obligatoire ont été conclues avec l'Office de protection de la nature de Toronto et de la région, la province de l'Ontario, la ville de Toronto, la ville de Markham et la ville de Pickering ainsi que les municipalités régionales d’York et de Durham.

Le parc urbain national de la Rouge devrait permettre à la population canadienne de découvrir son patrimoine naturel, culturel et agricole protégé. Parcs Canada, en collaboration avec des agriculteurs locaux et des groupes de conservation, commencera dès maintenant à restaurer ces terres afin de fortifier la santé des écosystèmes du parc, de prévenir la prolifération des espèces envahissantes et de rétablir des espèces en voie de disparition. L'Agence commencera également à aménager des sentiers pour relier les terres au reste du réseau de sentiers de la Rouge.

Le parc urbain national de la Rouge est situé à proximité des endroits où habite 20 % de la population du Canada et il vient en appui au Plan de conservation national du Canada en offrant des occasions nouvelles à une grande diversité de Canadiennes et de Canadiens qui pourra en apprendre davantage sur le patrimoine naturel, culturel et agricole du parc et s’en rapprocher. Le parc servira par ailleurs à favoriser la découverte par les visiteurs du fantastique réseau d’aires protégées du Canada.

Les faits en bref

  • Le gouvernement du Canada a pris un engagement financier important à l’égard de l’établissement du parc urbain national de la Rouge en mettant en place un fonds de 143,7 millions de dollars sur dix ans pour la protection, le développement et le fonctionnement provisoire du parc ainsi que de 7,6 millions de dollars par année subséquente pour continuer de le protéger de l’exploiter. Les activités de conservation et de restauration prévues pour le parc urbain national de la Rouge se concentrent sur de nouvelles mesures réalisables visant à maintenir et restaurer la santé de l’écosystème.

  • Parcs Canada travaillera de concert avec les agriculteurs afin de préserver les terres agricoles du parc, de valoriser le patrimoine agricole de la région vieux de 200 ans et d'encourager les pratiques agricoles durables

  • Le transfert de terres opéré aujourd'hui par Transports Canada permettra de protéger de vastes étendues de terres agricoles de classe 1 du parc urbain national de la Rouge. Leur protection est essentielle, car les terres agricoles de classe 1 représentent seulement 1 % de toutes les terres agricoles du Canada. Le transfert entre en vigueur le 1er avril 2015.

  • Le projet de loi sur le parc urbain national de la Rouge permettra à Parcs Canada d’assurer la plus grande protection dont bénéficieront les écosystèmes, la faune, la flore, les fossiles, les artéfacts et les autres ressources naturelles et culturelles de la vallée de la Rouge tout en faisant la promotion d’une communauté agricole dynamique.

  • Le niveau de protection des terres du parc urbain national de la Rouge sera plus rigoureux que les mesures de protection disparates actuelles offertes par le gouvernement de l’Ontario sur les terres provinciales.

  • Le parc urbain national de la Rouge est bon pour la population de l’Ontario. Il signifie que l’environnement de la région et son patrimoine culturel sont protégés, que l’agriculture et la production alimentaire locales sont importants, que des emplois sont créés et surtout que cet endroit spécial sera préservé pour les générations d’aujourd’hui et de demain.