Archéologie dans les aires marines nationales de conservation du Canada

Entre terre et mer : Des vestiges archéologiques remontant à 13 000 ans révèlent l’histoire des habitants de Haida Gwaii

Les recherches archéologiques de Parcs Canada dans la réserve d’aire marine nationale de conservation (AMNC) et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas permettent d’en apprendre davantage sur la première période d’occupation de la région par les ancêtres des Haïdas d’aujourd’hui.

Le riche patrimoine archéologique d’Haida Gwaii remonte à plus de 13 000 ans, ce qui confirme la théorie selon laquelle la région a été l’un des premiers arrêts des populations migrant vers le sud à partir de l’Alaska. Les zones archéologiques marines englobent plus de 600 sites côtiers répertoriés, où l’on trouve entre autres des amas de coquillages, qui ont une grande importance culturelle et spirituelle pour les Haïdas. On compte également dans ces zones des sites postérieurs à l’arrivée des Européens, où reposent notamment des épaves historiques.

Fouilles de la grotte Gaadu Din Fouilles de la grotte Gaadu Din dans la Réserve de Parc national Gwaii Haanas et lieu patrimonial haïda
© Parcs Canada

En collaboration avec la Nation haïda, le service d’archéologie subaquatique de Parcs Canada et des chercheurs universitaires, les archéologues Daryl Fedje et Nicole Smith retracent l’histoire de la zone qui forme aujourd’hui la réserve d’AMNC et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas.

Les plus grands pans de l’histoire des premiers habitants d’Haïda Gwaii se trouvent maintenant dans les profondeurs du détroit d’Hécate, par suite de changements rapides du niveau de la mer entre 13 000 et 9 000 ans avant J.-C. Fedje, Smith et leurs collaborateurs ont procédé à une reconstitution topographique selon l’ancien niveau de la mer afin de trouver, entre autres, des sites archéologiques côtiers submergés et des grottes dans la zone sèche.

Enregistrement cartographique de fascines à Matheson Inlet Enregistrement cartographique de fascines à Matheson Inlet, Réserve de Parc national de Gwaii Haanas et lieu patrimonial haïda
© Parcs Canada


Les vestiges les plus complets et les plus anciens se trouvent dans les sites de la zone intertidale. À Kilgii Gwaay, il y a environ 10 600 ans, les changements du niveau de la mer ont entraîné l’inondation d’un ancien campement. Comme ce site est demeuré sous l’eau jusqu’à une époque récente, les os, les outils en bois et les fragments de paniers ont été bien conservés, ce qui représente une occasion inespérée. Les restes d’animaux marins – albatros, phoque, otarie, morue-lingue, sébaste et flétan –montrent qu’il y a 10 700 ans, les habitants d’Haida Gwaii étaient déjà des marins expérimentés adeptes de la pêche en eau profonde. Ce n’est qu’au cours des dernières décennies que l’on a rejeté l’idée reçue voulant que les peuples des Amériques n’aient pleinement commencé à exploiter les ressources marines qu’il y a environ 5 000 ans. Ces découvertes montrent que la tradition légendaire de la pêche à Haida Gwaii a des racines bien plus anciennes qu’on le croyait auparavant, et confirment les théories voulant que les premiers habitants des Amériques aient migré vers le sud en longeant le Pacifique.

Sur l’île Richardson, des recherches concernant l’élévation du niveau de la mer et le soulèvement continental ont permis de découvrir des artéfacts en pierre et en os enfouis dans des dépôts archéologiques atteignant jusqu’à 5 m d’épaisseur. La plupart de ces artéfacts, qui ont entre 9 500 et 10 500 ans, remontent à une époque où les habitants de la côte ouest pourraient bien avoir vu le niveau de la mer augmenter de près de 5 m durant leur vie. Ces changements rapides ont forcé un déplacement fréquent des campements le long de la côte. De plus, le déplacement de la zone intertidale a continuellement exposé de nouvelles sources de matières brutes pour fabriquer des outils en pierre. Le niveau de la mer s’est stabilisé il y a environ 10 000 ans et n’a pas changé pendant à peu près 4 000 ans, avant de commencer graduellement à descendre jusqu’à nos jours.

Récemment, les archéologues ont concentré leurs recherches sur la zone intertidale, qu’ils ratissent afin de repérer les vestiges archéologiques menacés par l’érosion côtière et l’élévation du niveau de la mer. Il s’agit notamment d’anciens villages, de fascines, de parcs intertidaux et d’éclats lithiques. Ce qui reste aujourd’hui des fascines, soit des rangées de pieux pointus, montre que les Haïdas s’adonnaient à la pêche intensive du saumon à une époque très reculée. Par ailleurs, les Haïdas sont susceptibles d’avoir utilisé les parcs intertidaux pour l’élevage des mollusques et des crustacés. Même si aucune preuve archéologique de la culture de végétaux dans les estuaires n’a été trouvée sur Haida Gwaii, les archéologues sont intrigués par des observations ethnographiques de Charles Newcombe, qui a décrit, à la fin du XIXe siècle, comment les Haïdas enlevaient les pierres de leurs jardins de trèfle et délimitaient ces derniers à l’aide de clôtures. Ailleurs sur la côte, des parcs intertidaux étaient entre autres utilisés pour l’élevage de la palourde et la culture du trèfle de Wormskjöld et de la potentille des rivages. Ces recherches passionnantes, qui permettent de réécrire l’histoire de l’arrivée des Premières nations sur la côte du Pacifique, remettent en question l’idée voulant que les premières populations côtières ne fussent que des chasseurs cueilleurs.

Liens

Council of the Haida Nation (en anglais seulement)

Gwaii Haanas Marine: Introduction (vidéo sur YouTube, en anglais seulement)

Gwaii Haanas marin - Voyage du sommet des montagnes aux profondeurs de la mer (vidéo sur YouTube)

Réserve d’aire marine nationale de conservation et site du patrimoine haïda Gwaii Haanas : Plan directeur provisoire et plan de zonage (PDF, 1,5 Mo)

University of Victoria: 10,000 Years Ago in Haida Gwaii (en anglais seulement)

Musée d'archéologie et d'ethnologie de l’Université Simon Fraser. Retrouver les anciennes lignes de rivage

Stories from Gwaii Haanas - Daryl Fedje & Nicole Smith: Finding Ancient Shorelines (vidéo sur YouTube)
Part 1 (en anglais seulement)
Part 2 (en anglais seulement)

Bibliographie

Fedje, Daryl W. et Rolf W. Mathewes (éd.). 2005. Haida Gwaii: Human History and Environment from the Time of Loon to the Time of the Iron People, Vancouver, UBC Press. (Pacific Rim archaeology) (en anglais seulement)

Horwood, Dennis. 2009. Haida Gwaii: the Queen Charlotte Islands, 3e éd., Surrey, Colombie Britannique, Heritage House Pub (en anglais seulement).