Étude de faisabilité du projet de réserve d'aire marine nationale de conservation du Détroit-de-Georgia-Sud

Région à l’étude

Les limites proposées, annoncée en octobre 2011, permettrait de protéger une vaste zone (environ 1 400 km2). Cette aire proposée s’étendrait de la pointe sud de l’île Gabriola jusqu’à l’Inlet Saanich et à la baie Cordova située juste au nord de Victoria.

Les régions estuariennes, tel le détroit de Georgia, sont parmi les écosystèmes marins les plus productifs au monde. Cette forte productivité est liée à la combinaison de l’eau douce et de l’eau océanique, et la remontée d’eau qui l’accompagne, créant un environnement marin riche en nutriments. La partie sud du détroit de Georgia est particulièrement importante et caractérise l’ensemble de la région marine. Elle compte aussi parmi les plus beaux endroits au monde pour la plongée autonome, l’observation des baleines, le kayak de mer et la navigation de plaisance côtière. L’aire d’étude a été choisie pour ces raisons.

Lever du soleil sur les îles Gulf Sud Lever du soleil sur les îles Gulf Sud
© Parcs Canada

Depuis des temps immémoriaux, ces eaux alimentent les communautés côtières et les peuples autochtones de la région. L’établissement d’une réserve d’aire marine nationale de conservation dans le détroit de Georgia Sud aiderait à conserver cet écosystème marin essentiel tout en permettant les activités humaines de s’y poursuivre d’une manière écologiquement viable. Les avantages et les défis ne manquent pas, sans compter qu’il s’agit d’une occasion incroyable de laisser un héritage aux générations à venir, à savoir des écosystèmes marins productifs et de qualité dont tireront profit les résidents locaux et les visiteurs. 

Valeurs marines de l’aire d’étude