Parc national et réserve de parc national du Canada Kluane

Patrimoine naturel

Cottonwood Pass
Col Cottonwood 
© Parcs Canada / S. Donker


Intégrité écologique

Un des aspects essentiels du mandat des parcs nationaux du Canada est de préserver l’intégrité écologique, c’est-à-dire de voir à ce que la structure et la fonction des écosystèmes ne soient pas altérées par l’activité humaine et à ce qu’elles soient susceptibles de persister. À Kluane, le personnel, les partenaires et les bénévoles surveillent les écosystèmes du parc pour y déceler les changements qui s’opèrent. De cette manière, Parcs Canada peut évaluer de façon continue la santé de Kluane et, le cas échéant, intervenir pour régler les problèmes.

Végétaux

River Beauty (Epilobian latifolium)
Épilobe à feuilles larges Epilobium latifolium
© Parcs Canada / D. Marois

Le chevauchement climatique des masses d'air du Pacifique et de l'Arctique au-dessus de Kluane a donné naissance à une flore et à une faune parmi les plus variées du Nord du Canada. La majeure partie des vallées et des avant-monts sont couverts d'une forêt montagnarde d'épinettes blanches, de peupliers faux-trembles et de peupliers baumiers. La limite forestière se situe entre 1 050 et 1 200 m d'altitude, selon les conditions météorologiques. Des arbustes à croissance lente ou rabougris (saules, bouleaux glanduleux et aulnes) poussent dans la zone de transition et protègent les plantes plus petites. L'été transforme la toundra alpine (habituellement au-dessus de 1 400 m) en une féérie de couleurs : on y dénombre plus de 200 variétés de fleurs alpines.

Faune

Mammifères

Kluane offre un habitat de choix à de nombreuses espèces fauniques et particulièrement au mouflon de Dall, le gros mammifère le plus abondant du parc. On peut souvent le voir brouter sur les pentes balayées par le vent du Tachal Dhal, au printemps, à l'automne et en hiver. Des chèvres de montagne escaladent les falaises et les corniches rocheuses dans le sud, alors qu'une petite harde de caribous s'aventure parfois près de la rivière Duke. Kluane abrite également la plus grosse sous-espèce d'orignal d'Amérique du Nord.

Un grizzli traverse un ruisseau peu profond
Ours grizzli Ursus arctos
© Parcs Canada /J. Butterall

Des populations de grizzlis se déplacent entre les prés alpins et les vallées, au rythme des saisons. Les ours noirs, qui préfèrent les régions boisées, sont également répandus à Kluane. Les visiteurs doivent comprendre que les ours sont chez eux dans le parc. Nous ne faisons qu'y passer, c'est leur demeure.

Kluane abrite en outre une population nomade de loups et une variété de mammifères plus petits : carcajou, rat musqué, vison, marmotte, renard roux, lynx, loutre, coyote, castor, lièvre d'Amérique et spermophile arctique.

Avifaune

Pluvier doré américain
Pluvier doré américain Pluvialis dominica
© Parcs Canada

Le Sud-Ouest du Yukon accueille une grande diversité d'oiseaux. Des quelque 150 espèces observées dans le parc, 118 y nichent. Au printemps, on peut y voir une variété de grives, la paruline à croupion jaune et le merle-bleu azuré. Le parc sert également de refuge à divers rapaces : on peut en effet y admirer le vol rapide du faucon, ainsi que le vol plané du pygargue à tête blanche et de l'aigle royal.


Pêche et Amphibiens

Saumons kokanis Oncorhynchus nerka
Saumons kokanis Oncorhynchus nerka
© Parcs Canada
  • Enregistrement des grenouilles (anglais seulement)
    Découvrez comment les écologistes dénombrent les grenouilles du parc national et de la réserve de parc national Kluane.
  • Le saumon kokani de Kluane 
    Apprenez-en davantage sur le saumon kokani du parc national Kluane, un spécimen unique!

Géomorphologie

Les monts St. Elias

Le relief du parc national et de la réserve de parc national Kluane est dominé par des montagnes et de la glace qui composent 82 p. 100 de sa superficie. Les monts St. Elias, les montagnes les plus hautes et les plus massives du Canada, comptent deux chaînes séparées par un fossé étroit, la cuvette Duke. Les chaînons de Kluane, dont la hauteur moyenne est de 2 500 m, sont visibles de la route de Haines et de la route de l'Alaska. Au-delà de ces sentinelles de l'intérieur se dressent, à l'ouest, les chaînons escarpés Icefield, dont les pics atteignent en moyenne 5 000 m. Parmi ces géants, on trouve entre autres le mont Logan (5 959 m), la montagne la plus élevée du Canada et la deuxième du continent, le mont St. Elias (5 488 m) et le mont Lucania (5 231 m). Certaines des montagnes les plus élevées ne sont pas visibles de la route, mais il est possible de les repérer à partir de belvédères aménagés près du lac Kathleen ou de la rivière Donjek.

Mount Logan (5959 metres)
Mont Logan (5959 m)
© Parcs Canada / S. Donker

Glaciaires

Ces chaînes de montagnes recèlent les plus grands champs de glace non polaire du monde, un vestige de la dernière période glaciaire. D'énormes quantités de neige continuent de s'y accumuler quand l'air humide du Pacifique passe au-dessus des monts St. Elias. Des glaciers alpins, comme Naludi (glacier Lowell) (65 km de longueur), prolongent les champs de glace. Les mouvements des glaciers sont souvent colossaux et spectaculaires. Les crues glaciaires du Naludi (glacier Lowell) ont déjà obstrué la rivière Alsek, près du mont Goatherd, formant un barrage de glace et créant des lacs glaciaires qui s'étendaient jusqu'à l'emplacement actuel de Haines Junction et parfois le recouvraient.

Un randonneur sur le mont Goatherd, qui domine le glacier Lowell et le lac du même nom (on y voit des icebergs).
Glacier Lowell et lac Lowell
© Parcs Canada /J. Butterall

Vers 1850, le dernier lac Alsek ainsi formé s'est vidé en deux jours après la débâcle; son débit était comparable à celui de l'Amazone. De profondes rides de courant datant de ce débordement, de même que des banquettes d'érosion lacustre, sont encore visibles le long du sentier Alsek, à 10 km au nord de Haines Junction en bordure de la route de l'Alaska. Les inondations produites par les avancées et les reculs de Naludi (glacier Lowell) au cours des âges sont à l'origine de nombreux contes et légendes des Tutchones du Sud.

La rivière Alsek

Randonneur observant la rivière Alsek
Randonneur observent la rivière Alsek
© Parcs Canada

S’élevant à travers les montagnes du parc national et de la réserve de parc national du Canada Kluane, les sinueux cours supérieurs de la rivière Alsek se recueillent dans une vaste vallée et servent d’oasis aux chèvres de montagne, aux mouflons de Dall et à d’autres animaux. Les dunes sabloneuses et le till qui la bordent forment un environnement de contraste pour tout un éventail de végétaux. En aval, des rivières de glace se mêlent à ses eaux chargées de limon y ajoutant des icebergs avant que la rivière ne quitte le parc pour se diriger vers l’océan Pacific et la péninsule de l’Alaska.