Parc national de Prince Albert

Reboisement urbain à Waskesiu : Faits saillants

Le Conseil communautaire de Waskesiu (CCW) et le parc national de Prince Albert (PNPA) collaborent au maintien de la santé et au reboisement de la forêt d'épinettes blanches, qui sont une figure emblématique de Waskesiu.

Une forêt qui évolue

La longue durée de vie des arbres comparée à celles des humains nous mène à croire que la forêt a toujours été telle qu'on la voit aujourd'hui et qu'elle ne changera jamais.
Au cours des dernières décennies, les épinettes blanches ont graduellement remplacé une grande partie des arbres à feuilles caduques. La forêt est en plein cœur d'une transition vers une nouvelle phase, puisque nombreuses sont les épinettes blanches matures au village qui approchent de la fin de leur vie naturelle.
Bon nombre des grandes épinettes blanches du lotissement urbain sont vieilles, sont atteintes de la pourriture de cœur et souffrent des effets de l'exposition des racines et de l'endommagement par les insectes, ce qui les rend dangereuses et susceptibles de tomber lors de gros vents. L'activité humaine a aussi causé du stress à ces arbres, et a eu des répercussions négatives sur leur santé.

Le Plan de gestion de la végétation de Waskesiu

Presque toutes les épinettes de la zone centrale de Waskesiu y ont été plantées. À moins de continuer à gérer notre forêt, notamment en plantant des arbres, on perdra peu à peu la forêt d'épinettes blanches de Waskesiu, comme la forêt de trembles et de bouleaux qu'elle a remplacée.
S'appuyant sur le Plan communautaire de Waskesiu, la Stratégie de gestion de la végétation de Waskesiu a été élaborée en 2003. Compte tenu de l'importance de la forêt d'épinettes blanches pour la communauté, le Plan de gestion de la végétation de Waskesiu mise sur une approche coopérative et consultative avec la collectivité relativement à la gestion des forêts.
Le PNPA surveille la santé des épinettes blanches et présente un rapport au CCW dans lequel il recommande tous les ans diverses options de gestion.
L'objectif principal de toutes les parties est de maintenir un couvert d'épinettes blanches matures.

Mesures prévues en 2013 pour la gestion de la santé des épinettes

  • Il s'agit de la deuxième année d'un programme de deux ans.
  • En 2012, la surveillance a indiqué une diminution de la population des tordeuses de bourgeons de l'épinette ainsi qu'une diminution de la défoliation des épinettes.
  • On effectuera la surveillance de la défoliation des arbres et l'évaluation des répercussions du programme de contrôle de la pulvérisation.
  • On continuera de transplanter des arbres, si les ressources le permettent, la journée de l'arbre.

En 2011, le PNPA et le CCW se sont entendus pour les mesures à prendre en 2012, notamment :

Réduction de la tordeuse des bourgeons de l'épinette :
  • À deux reprises au printemps 2012 et 2013, on pulvérisera de Foray 76B, par voie aérienne, 310 ha du centre du lotissement urbain pour réduire la défoliation des épinettes par la tordeuse des bourgeons et pour améliorer la santé des épinettes.
  • Le produit Foray 76B est composé des sous-espèces kurstaki, Btk de Bacillus thuringiensis, une bactérie qui se trouve naturellement dans le sol. Pendant environ 30 ans, il a été utilisé avec succès, à l'échelle mondiale, comme biopesticide pour combattre une variété d'organismes nuisibles aux forêts et à l'agriculture.
  • Le Btk devient toxique uniquement dans l'intestin alcalin de larves précises de papillon et de papillons nocturnes (phase de chenille). Il n'est pas exclusif à la tordeuse des bourgeons de l'épinette et cible toutes les chenilles qui se nourrissent. Il n'a aucune répercussion sur les papillons et les papillons nocturnes adultes ou sur les autres insectes, abeilles, poissons, oiseaux ou mammifères.
  • Il n'y a aucune inquiétude en ce qui concerne l'infiltration des eaux souterraines étant donné que le Btk ne traverse pas le sol au-delà de 25 cm.
Plantation de jeunes arbres :
  • Planter au moins 30 arbres d'une hauteur de 3 m (10 pieds).
  • Planter, lors de la Journée de l'arbre, un mélange d'arbres à feuilles caduques et de conifères d'une hauteur de 1 à 2 m (de 3 à 5 pieds), et entourer d'une clôture; planter des semis de pins gris et d'arbres à feuilles caduques dans la pépinière, sur l'ancien site de l'enceinte, à côté des 275 semis d'épinettes plantés en août 2011.
  • Surveiller les épinettes blanches et enlever celles situées sur les terres du parc qui représentent un danger pour la sécurité des visiteurs. Il incombe aux résidents d'enlever les arbres jugés dangereux de leur domaine à bail. Le PNPA procède sur demande à une évaluation des arbres qui constituent un danger sur les domaines à bail.
  • Surveiller la santé des épinettes à l'automne 2012. Les résultats seront communiqués au CCW en octobre 2012, et seront ensuite rendus publics.
  • Le PNPA continuera de collaborer avec le CCW à l'élaboration de plans visant à maintenir et à reboiser la splendide forêt d'épinettes blanches de Waskesiu.


Questions et réponses: La tordeuse des bourgeons de l'épinette et la pulvérisation de Foray 76B

Qu'est-ce que la tordeuse des bourgeons de l'épinette?

La tordeuse des bourgeons de l'épinette est un insecte qui vit naturellement dans le Parc national de Prince Albert et qui connait des augmentations subites et cycliques de sa population. En mai et en juin, les chenilles de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sortent de leurs abris de soie hivernaux, qui étaient tissés sous l'écorce des épinettes blanches. Elles se nourrissent des bourgeons des nouvelles pousses de prédilection situés à l'extrémité des branches et se laissent descendre, au moyen de leurs fils de soie, à mesure que le feuillage est consommé, jusqu'aux branches inférieures en vue de continuer leur festin.

Pourquoi la tordeuse des bourgeons de l'épinette pose-t-elle un problème à Waskesiu?

Bien que les populations de tordeuse des bourgeons de l'épinette aient diminué considérablement et atteint des niveaux très bas dans la majeure partie du Parc national de Prince Albert, et ce, sans qu'aucune intervention particulière n'ait été nécessaire, ces insectes indigènes connaissent actuellement une augmentation cyclique de leur population dans le lotissement urbain de Waskesiu. Si on laisse la nature faire son œuvre, plusieurs aires très fréquentées à Waskesiu qui ont des peuplements denses d'épinettes blanches matures souffriront de défoliation modérée ou grave. Ces arbres, déjà affaiblis par l'âge et l'activité humaine, arrivent au terme de leur cycle naturel de vie. La défoliation pourrait accélérer la mort d'environ trente pour cent de ces arbres. De plus, un grand nombre de visiteurs et de résidents saisonniers trouvent la vue des chenilles de la tordeuse des bourgeons de l'épinette très désagréable.

Antécédents de cette situation

Le Conseil de la collectivité de Waskesiu (Waskesiu Community Council) et Parcs Canada ont pulvérisé du Btk, deux fois par printemps en 2003, en 2004 et en 2005, sur plus de 310 ha du lotissement urbain, afin de lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette pendant une infestation à l'échelle provinciale. Le pesticide Foray 48B, une forme un peu moins concentrée que le 76B maintenant communément utilisé, a permis de réduire la population de tordeuses des bourgeons de l'épinette sans toutefois réussir à l'éliminer. Cette pulvérisation a simplement interrompu l'infestation.

Un contrôle annuel effectué sur les épinettes du Parc national de Prince Albert a permis de constater que les populations de tordeuses des bourgeons de l'épinette avaient commencé à réapparaître deux ans après la dernière pulvérisation, que celles-ci atteignaient un niveau élevé et qu'elles causaient encore une défoliation grave dans certains endroits en 2010.

Quelle est la situation actuelle?

Les épinettes blanches matures sont un symbole patrimonial de Waskesiu auquel sont attachés de nombreux visiteurs et résidents saisonniers. Il y a également un enjeu de nature esthétique. Étant l'essence prédominante, l'épinette blanche a une très grande visibilité dans le lotissement et il en va de même pour la défoliation qu'elle subit.

Parcs Canada a présenté son rapport annuel sur l'épinette blanche au Conseil de la collectivité de Waskesiu en octobre 2011 et l'a informé de la situation de l'épinette blanche dans le lotissement urbain; le Ministère prévoit une nouvelle infestation de la tordeuse des bourgeons de l'épinette en 2012 et a recommandé cinq options en vue d'y remédier. Parcs Canada a recommandé un programme de reboisement et d'élimination des arbres à risque.

Le Conseil a délibéré et a recommandé à Parcs Canada, en décembre 2011, un programme de pulvérisation de pesticides en plus des activités de reboisement. Parcs Canada a accepté sous réserve de certaines conditions, soit une évaluation environnementale et une contribution financière de la collectivité aux deux tiers des coûts du contrat de pulvérisation.

Quel est le rôle du Conseil?

Parcs Canada et le Conseil de la collectivité de Waskesiu ont conclu un protocole d'entente qui reconnaît le rôle des membres élus du Conseil à titre de conseillers de Parcs Canada.

Extrait du Protocole d'entente :

« Le pouvoir discrétionnaire du Ministre en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada ne doit pas être entravé par le présent protocole d'entente. Il est convenu que le Ministre délègue une partie de ses pouvoirs en son nom. Toutefois, il est convenu que le directeur va généralement accepter les décisions prises et les avis formulés par le Conseil se rapportant aux préoccupations locales de la communauté et y souscrire. » (traduction)

Ce qu'on propose :

Le Conseil de la collectivité de Waskesiu et Parcs Canada proposent une application de Foray 76B par la voie des airs, un produit plus concentré que le précédent, qui était du Foray 48B, et qui contient un ingrédient actif appelé Btk (Bacillus thuringensis ssp. kurstaki) sur 310 hectares du lotissement urbain de Waskesiu Lake dans le Parc national de Prince Albert. Le coût de cette opération sera partagé selon la méthode convenue entre les deux parties.
Le Foray 76B sera appliqué deux fois, soit une fois à la fin mai ou au début de juin 2012 et une fois en 2013. On continuera d'effectuer le contrôle annuel de la santé des arbres et de présenter le rapport s'y rattachant au Conseil. La zone à traiter représente moins de 1 % de la superficie du Parc national de Prince Albert.

Le traitement aux pesticides permettra-t-il de sauver les vieilles épinettes blanches?
La pulvérisation de Foray 76B peut prolonger la durée de vie des arbres et aider à maintenir leur belle apparence. De nombreux facteurs ont une incidence sur leur santé à Waskesiu, notamment leur âge, le retrait d'arbres aux fins du développement, le pourrissement du cœur, le vent et le manque de diversité du couvert forestier, lequel favorise la propagation des maladies et les infestations d'insectes. La zone qui sera pulvérisée est trop petite pour que l'on puisse empêcher le retour de la tordeuse des bourgeons de l'épinette. L'objectif ici consiste à maintenir la santé et la belle apparence des arbres le temps que la communauté puisse continuer à planter la nouvelle génération d'arbres. La pulvérisation de pesticides ne vise pas à prolonger la vie des arbres indéfiniment, mais elle permettra d'éviter la mort simultanée et imminente de nombreux arbres dans la collectivité.

Les arbres du lotissement urbain sont-ils plus vulnérables à la tordeuse des bourgeons de l'épinette que les autres situés ailleurs dans le parc?

À la lumière des données recueillies depuis le dernier programme de pulvérisation en 2005, les arbres du lotissement urbain ont eu un répit de défoliation d'environ deux à trois ans avant que ne réapparaisse la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Dans la zone développée ouverte et dans des groupements denses d'arbres formés uniquement d'épinettes blanches matures, il y a de fortes chances d'infestations à répétition. Les épinettes vivant dans une forêt mixte continue sont entourées d'une plus grande diversité d'essences et jouissent de conditions environnementales différentes que celles présentes dans le lotissement, ce qui peut aider à une reprise plus rapide après une infestation.

En quoi consiste le plan de reboisement du lotissement urbain de Waskesiu?
La collectivité travaille au reboisement afin de former une forêt mixte en plantant de jeunes arbres qui reflètent davantage le milieu naturel, ce qui créera dans le lotissement urbain une forêt plus forte, plus résistante à la tordeuse des bourgeons de l'épinette et à d'autres maladies ou infestations d'insectes.

Parcs Canada a également commencé à créer ses propres pépinières d'essences diverses qui fourniront un jour tous les arbres devant être replantés autour du lotissement urbain, à mesure des besoins.

Quelle est la politique du parc national concernant la pulvérisation pour contrer la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur ses terres?

Tiré du document « Principes directeurs et politiques de gestion de Parcs Canada »
« 3.2.4
À la condition de ne pas altérer les écosystèmes des parcs, la manipulation des phénomènes naturels comme les incendies, les infestations d'insectes et les maladies peut être autorisée quand aucune solution raisonnable n'existe et lorsque la surveillance a révélé que sans intervention restreinte :
i. des effets désastreux pourraient affecter les terres avoisinantes; ou
ii. cela présenterait des risques pour des aménagements majeurs du parc, la santé ou la sécurité publique; ou
il serait impossible d'atteindre les objectifs d'un plan de gestion de parc préconisant la conservation de certaines caractéristiques naturelles et de certaines ressources culturelles. »

« 3.2.5
Lorsqu'une intervention est nécessaire, elle se fonde sur une recherche scientifique, utilise des techniques reproduisant autant que possible les processus naturels et est surveillée attentivement. »

Pourquoi a-t-on choisi le Btk pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette?
Le Btk est le pesticide couramment utilisé dans l'industrie pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Santé Canada a approuvé son utilisation dans les forêts, les cultures et certains secteurs résidentiels et il a peu de répercussions sur l'environnement. D'autres régions de la Saskatchewan utilisent le Btk, notamment Candle Lake, et il est employé dans le monde entier avec succès. Le Btk est un organisme qui se trouve à l'état naturel dans le sol.

Il existe d'autres pesticides pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette, mais ils ne sont pas sélectifs et pourraient par conséquent tuer d'autres espèces d'insectes. Ils ne sont pas non plus à base de bactéries naturelles comme le Btk.

Qu'est-ce que le Btk et comment agit-il?

Le Bacillus thuringiensis ssp. kurstaki, couramment désigné par son acronyme Btk, est une bactérie qui vit naturellement dans les sols. Le composé à pulvériser est une substance collante qui adhère au feuillage où les chenilles (larves) iront se nourrir. Après l'avoir ingéré, la tordeuse des bourgeons de l'épinette cesse de s'alimenter et meurt au bout de deux à quatre jours.

Le Btk est l'un des rares pesticides acceptés par les agriculteurs biologiques dans le monde entier parce qu'il s'agit d'un organisme naturel et non pas d'un produit chimique synthétique. Dans le cadre de ce programme de pulvérisation, le Btk utilisé porte le nom commercial de Foray 76B. Santé Canada a autorisé l'utilisation de Btk.

Y a-t-il des risques pour la santé des humains ou des mammifères?

Le Btk n'est pas considéré dangereux pour les humains ou les animaux et son utilisation est approuvée un peu partout dans le monde entier, y compris au Canada.

Les composés du Btk sont faits soit à partir de pomme de terre ou de blé et peuvent causer des irritations des voies respiratoires chez certaines personnes. Ces personnes devraient prendre des précautions semblables à celles qu'elles prennent pour éviter d'entrer en contact avec le pollen ou d'autres matières aéroportées les jours où des avertissements relatifs à la qualité de l'air sont émis.

L'activation des toxines du Btk n'est possible que si les conditions d'alcalinité qui règnent dans l'appareil digestif de certains insectes sont présentes. L'acidité de l'estomac chez certaines espèces n'active pas ces toxines et le Btk n'a donc aucun effet chez les poissons, les oiseaux ou les mammifères.

Aucun risque important pour la santé n'est associé à l'un des éléments chimiques présents dans le Btk. Dans des conditions types, les substances inertes des formules de Btk ne nuiront pas aux humains ou aux animaux. Les substances inertes comprennent les composés adhésifs et agglomérants qui permettent au pesticide de demeurer sur la végétation après l'application. Aucun effet nocif sur la santé n'a été rapporté après l'ingestion de Btk.

« Le Btk est un pesticide homologué à usage restreint qui peut être utilisé seulement selon les directives du fabricant et avec un permis par un technicien ayant reçu une formation appropriée. Il n'est pas nécessaire que les personnes demeurent à l'intérieur pendant les pulvérisations, mais si le Btk entre en contact avec le corps, on recommande de nettoyer les vêtements et de prendre une douche pour éviter une éventuelle irritation de la peau. »

Questions et réponses sur le "BTK" et la santé (anglais seulement)

Quelles sont les autres agents chimiques contenus dans le Btk?

Une variété d'autres substances peuvent se trouver dans le mélange, y compris les produits alimentaires qui fournissent aussi des aliments aux bactéries, tels l'amidon de pomme de terre, le glucose ou le saccharose, des protéines à base de maïs ou de soja, et de l'eau. Des ingrédients supplémentaires pourraient également s'y trouver comme de l'hydroxyde de sodium, du phosphate de potassium, et un agent épaississant que l'on trouve dans le fromage en crème et la crème glacée. D'autres ingrédients inertes peuvent être utilisés, mais toujours en quantités beaucoup plus petites que celles mentionnées ci-dessus.

Est-ce que les produits pétroliers sont utilisés comme vecteurs?

Non.

Quels sont les impacts écologiques du Btk?

Le pesticide qui atteint le feuillage évolue en se dégradant par l'exposition au soleil et aux micro-organismes.

Le Btk ne s'infiltre pas dans les eaux souterraines puisqu'il ne va pas plus loin que 25 cm de profondeur.

Le Btk ne doit pas être pulvérisé sur les plans d'eau puisque son effet sur les insectes aquatiques est encore inconnu.

Quels sont les effets sur les autres insectes?

Certaines espèces de papillons qui sont au stade larvaire ou de chenille sont sensibles aux toxines de Btk après une pulvérisation, mais les papillons adultes n'en souffrent pas. Les populations commencent à revenir une à deux années après la pulvérisation.

Il a été constaté dans plusieurs études que l'application de Btk à la surface du sol peut réduire les populations de nématodes (vers ronds) dans l'œuf, au stade larvaire et au stade adulte ainsi que plusieurs espèces de coléoptères. On ne connait pas l'étendue de la mortalité et la façon dont ces espèces réagissent à un traitement de Btk dans la région de Waskesiu.

Les abeilles, moustiques et autres organismes tels que les limaces et les verres de terre ne sont pas menacés.

Qu'en est-il des espèces qui se nourrissent d'insectes?

Les espèces qui se nourrissent d'insectes (oiseaux chanteurs qui se nourrissent de chenilles) peuvent être affectées par une baisse de la nourriture, mais pas par l'ingestion de Btk.

Aucune preuve substantielle n'existe pour conclure que le Btk est toxique ou nocif pour les œufs d'amphibiens ou d'oiseaux.

Qu'en est-il des espèces qui dépendent des papillons pour la pollinisation?

Il n'y a pas d'espèces rares de plantes indigènes dans le lotissement urbain de Waskesiu, et aucune plante indigène ne dépend d'un seul papillon pour sa pollinisation.

Étant donné que la zone traitée est restreinte, des espèces adultes de papillons provenant d'ailleurs dans le parc vont pouvoir assurer la pollinisation des plantes.

Qu'arrive-t-il aux espèces aquatiques lorsque le Btk dérive jusqu'au lac Waskesiu ou aux étangs de castors?

Le Btk n'est pas toxique pour les poissons, les amphibiens ou les plantes aquatiques, ni pour les oiseaux et les animaux qui mangent des espèces aquatiques.
Il n'y a pas de preuve substantielle qui permettrait de conclure que le Btk est toxique ou nocif pour les insectes aquatiques; cependant, on doit suivre les indications inscrites sur l'étiquette du produit et éviter de pulvériser le produit directement sur l'eau. Les conditions météorologiques seront évaluées afin que la pulvérisation se produise dans des conditions optimales pour éviter toute projection directe ou dérivation des pesticides dans les plans d'eau.