Parc national de Prince Albert

Quoi de neuf

Ça sent le printemps!


Avec le printemps, arrivent le temps chaud et les bébés animaux, comme ce faon, au parc national de Prince Albert National Park.
© Parcs Canada

Nouveau directeur de l’unité de gestion du Nord des Prairies


Le directeur David Britton profite du moment sur le mont Sunblood, dans la réserve de parc national Nahanni.
© Parcs Canada

Le 29 février 2016, l’unité de gestion du Nord des Prairies, composée des parcs nationaux de Prince Albert et Elk Island, a officiellement accueilli son nouveau directeur, David Britton.

David a commencé à travailler à Parcs Canada en 1998 comme adjoint législatif au Cabinet du secrétaire d’État (Parcs). Il a ensuite occupé des postes politiques à Agriculture Canada, à Patrimoine canadien et au Bureau du Conseil privé avant de revenir à Parcs Canada en 2007. Depuis, il a occupé plusieurs postes à la Direction générale de la conservation et de la commémoration du patrimoine, notamment comme conseiller principal auprès du vice-président. En 2011, il a terminé une affectation d’un an comme directeur du parc national Wapusk et des lieux historiques nationaux du Fort-Prince-de-Galles et York Factory à Churchill, au Manitoba. Depuis 2013, David était le directeur de la réserve de parc national Nahanni, et travaillait à Fort Simpson, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Joignez-vous à nous pour accueillir David et lui souhaiter le meilleur des succès dans ses nouvelles fonctions.

Projets d’investissement pour les infrastructures fédérales


Les équipes ont terminé les travaux de resurfaçage de Lakeview Drive, à Waskesiu, à l’automne 2015.
© Parcs Canada

En juillet 2015, le gouvernement fédéral a annoncé plusieurs projets d’investissement pour les infrastructures visant à revitaliser une partie de l’infrastructure vieillissante du parc national de Prince Albert. Peu de temps après l’annonce, on a commencé les travaux dans le cadre de certains de ces projets, notamment la réhabilitation de la route 263, de la marina du lac Waskesiu et l’accès au sentier Grey Owl et au lac Kingsmere. En raison de conditions météorologiques clémentes, on a pu poursuivre les travaux dans le cadre de ces projets jusqu’au début de l’hiver avant de devoir arrêter pour la saison.

Avec l’arrivée du printemps, nous avons l’occasion de reprendre les travaux. Si les conditions météorologiques le permettent, nous devrions pouvoir commencer bon nombre des projets d’infrastructure au début mai. Pour savoir dans quelle mesure ces projets influeront sur votre visite, veuillez consulter la page Web sur le Programme d’infrastructure de Parcs Canada.

Revitalisation des terrains de camping de l’avant-pays


Un employé du parc enlève à l’aide d’une scie à chaîne un arbre devenu dangereux au terrain de camping Beaver Glen.
© Parcs Canada

Depuis des générations, les terrains de camping Beaver Glen, NarrowsNamekus et du Lac-Sandy donnent aux visiteurs du parc l’occasion de vivre des expériences mémorables. Avec le temps, la forêt qui se trouve à l’intérieur et autour de nos terrains de camping vieillit et le bois mort commence à s’accumuler dans les zones entre les emplacements. Les arbres morts sont un élément naturel du cycle de vie des forêts et jouent un rôle important dans la régénération de la forêt boréale. Au cours de l’hiver, les employés du parc ont poursuivi l’exécution du programme Prévenir… Un gage d’avenir en retirant les arbres morts et dangereux ainsi en veillant à ce que nos terrains de camping offrent aux visiteurs une expérience sécuritaire.

Le saviez-vous?
Le plus vieil arbre échantillonné sur le terrain de camping Beaver Glen l’hiver dernier était une épinette blanche âgée de plus de 158 ans!


La plupart des arbres dangereux retirés du terrain de camping Beaver Glen et d’autres secteurs retourneront dans les terrains de camping, comme bois à brûler.
© Parcs Canada

Nouvelle passerelle dans le sentier de la Rivière-Waskesiu


La nouvelle passerelle qui enjambe la rivière Waskesiu.
© Parcs Canada

En octobre 2015, on nouvelle passerelle a été installée dans le sentier de la Rivière-Waskesiu. Après avoir facilité la traversée de la rivière Waskesiu pendant des décennies, l’ancienne passerelle devait être remplacée. Grâce à sa superstructure d’acier et ses culées en béton, la nouvelle passerelle sera utilisée par les visiteurs du parc pendant des générations.