Parc national des Prairies

Quoi de neuf


Contribuez à la protection de l’un des oiseaux les plus menacés du Canada : le tétras des armoises.

Pour aider à soutenir le rétablissement et la survie de l’espèce, le gouvernement fédéral a établi un décret d’urgence.

Dans le cadre du décret d’urgence, des restrictions concernent notamment des fermetures de zones et des restrictions liées au bruit entre le 1er avril et le 30 mai, période de reproduction et de nidification très délicate.


Une force primitive forge la prairie indigène des grandes plaines depuis des milliers d’années : le feu. Le 27 avril 2013, un feu de friches qui faisait rage sur des terres agricoles adjacentes s’est propagé au parc national des Prairies (PNP). En raison de forts vents et d’un faible taux d’humidité, l’incendie a parcouru plus de 16 km (10 milles) en moins de 4 heures. En une journée, l’incendie a détruit plus de 4 500 hectares (11 500 acres) de végétation. Heureusement, il n’a fait aucun blessé et n’a causé que peu de dommages aux installations du parc.

En mai et juin 2013, le parc a reçu des précipitations au dessus des normales (environ 230 mm ou 9 po), ce qui a favorisé le rétablissement rapide des végétaux et a donné au parc un aspect de paradis verdoyant.

Les photos ci-dessous présentent des secteurs particuliers du parc au lendemain de l’incendie et quelques mois plus tard, après la pluie et le rétablissement des végétaux.

Aire de fréquentation diurne syrennes

Voyez comme la surface tondue n’a pas été perturbée par le feu, elle avait déjà verdi lors du passage de l’incendie.
© Parcs Canada / le 28 avril 2013

Les arbres n’ont presque pas été touchés par l’incendie puisque leurs feuilles n’étaient pas encore sorties. Ainsi, ils ont pu produire des feuilles au printemps et à l’été. Comme on peut le voir sur la photo, les graminées ont repoussé et recouvrent le sol de façon plus uniforme.
© Parcs Canada / le 14 juillet 2013

Vue de l’aire de fréquentation diurne belza

Le feu a dévoré le combustible forestier dans le haut des berges de la rivière Frenchman.
© Parcs Canada / le 28 avril 2013

Après les précipitations reçues au cours des dernières semaines, il ne reste aucune trace de l’incendie de forêt qui a ravagé le secteur. On y trouve une végétation abondante et verdoyante.
© Parcs Canada / le 15 juillet 2013

Terrain de camping de la vallée-de-la-frenchman

L’entretien régulier des pelouses l’an dernier a permis au terrain de camping de la Vallée de la Frenchman d’échapper aux flammes, comme l’illustre la photo ci-dessus.
© Parcs Canada / le 28 avril 2013

La photo ci-dessus illustre, encore une fois, le rétablissement d’une végétation luxuriante à la suite des précipitations reçues au cours des dernières semaines.
© Parcs Canada / le 15 juillet 2013

Vallée de la rivière frenchman

Comme c’est généralement le cas, l’incendie de forêt n’a pas détruit toute la végétation aérienne; il reste encore du carburant forestier à certains endroits. Le secteur ci-dessus peut avoir été épargné en raison des zones humides qui ont empêché le feu de se propager.
© Parcs Canada / le 28 avril 2013

Dans la photo ci-dessus, il n’existe aucune trace de l’incendie de forêt; les végétaux se sont rétablis et recouvrent uniformément la vallée.
© Parcs Canada / le 15 juillet 2013

Secteur des deux-arbres

On peut observer la limite nord de la zone incendiée dans le secteur des Deux-Arbres.
© Parcs Canada / le 28 avril 2013

La végétation des prairies a pu se rétablir à la suite des précipitations reçues jusqu’à maintenant. Il est désormais difficile de voir où se trouvait la limite de l’incendie.
© Parcs Canada / le 15 juillet 2013


Ouverture du terrain de camping de la Vallée-de-la-Frenchman

créé le: 21 août, 2012


Nouvel abri de cuisine La Coulée.
© Parcs Canada /

Samedi, le 4 août 2012, été l'ouverture du terrain de camping de la Vallée-de-la-Frenchman au parc national des Prairies. Le nouveau terrain de camping et les nouvelles installations destinées à accueillir les visiteurs au parc national des Prairies aideront à établir des liens entre les visiteurs et le parc. Le terrain de camping de la Vallée-de-la-Frenchman comprend 20 emplacements de camping convenables pour le camping en tente ou en véhicule récréatif, y compris quatre emplacements avec électricité. De plus, il y a quatre emplacements de camping à accès piéton, dont deux ont des tipis. Chaque emplacement a des foyers et des tables de pique-nique dont le dessus est en plastique recyclé.

Les nouvelles installations du terrain de camping comprennent un abri-cuisine, une structure emblématique qui met en valeur le caractère du parc et qui sert d'endroit central pour offrir des activités pour les visiteurs et un abri d'urgence en cas de mauvais temps


Le terrain de camping McGowan

créé le: 11 Juillet, 2012

Bloc est. terrain de camping et pont
Pont du ruisseau Rock et abri-cuisine au terrain de camping.
© Parcs Canada /

Le parc national des Prairies a amélioré le terrain de camping McGowan, situé dans le bloc est. Avec ce un joli pont qui enjambera le ruisseau Rock, les visiteurs pourront maintenant accéder au parc de façon sécuritaire à partir des deux côtés de la rivière. N'oubliez pas les buttes rouges!

De plus, la construction d'un abri-cuisine au terrain de camping permet l'utilisation des réchauds de camping lorsqu'il est interdit de faire des feux.

Restez à l'affût pour en savoir davantage! Vous trouverez plus d'information sur le camping au parc national des Prairies içi.


Relâchement de putois d'Amérique, Octobre 2011 (avec vidéo)

créé le: 18 Novembre, 2011

excursion
Des étudiants relâchent des putois d'Amérique dans le parc national des Prairies.
©Parcs Canada

Presque disparu à jamais - Le putois d'Amérique redécouvre les Prairies canadiennes. Voyez l'enthousiasme des étudiants du Centre d'apprentissage des Prairies tandis qu'ils vivent une expérience unique et aident des biologistes de Parcs Canada à lâcher ces « bandits des prairies » dans le parc national des Prairies.

Clickez ici pour plus d'information et une vidéo sur le relâchement (anglais seulement)!


Le point sur les bisons - 2011

créé le: 13 Septembre, 2011

Un veau qui vient de naître Un veau qui vient de naître
© Johane Janelle

La population du bison des plaines du parc national du Canada des Prairies est ressortie de l'un des hivers les plus rudes jamais vus en excellent état. La période de mise bas a commencé avec la naissance du premier bisonneau le 25 avril 2011, soit deux jours plus tôt qu'en 2010. En juillet, le nombre de naissances avait atteint au moins soixante. Par ailleurs, la population n'a cessé de croître et de dépasser les attentes liées à sa croissance. Il est possible que la population soit en train de se fragmenter, en passant d'un grand troupeau maternel à trois sous-troupeaux formés après la période de rut et avant l'arrivée de l'hiver. La progression naturelle vers de plus petits troupeaux est le résultat attendu de l'augmentation de la population, ce qui entraînera le bison à occuper éventuellement davantage de place dans le bloc Ouest. Après la saison de mise bas de 2011, la population se situe à environ 250 animaux. On s'attend à ce que le nombre de bisonneaux nés en 2012 s'élève à 76, ce qui portera à environ 326 le nombre de bêtes au sein du troupeau d'ici l'automne 2012.

Grâce à la technologie GPS, nous pouvons déterminer avec exactitude où se trouvent les bisons! Arrêtez-vous au centre d'accueil à Val Marie pour savoir où ils sont rendus. Visitez notre page sur les précautions à prendre avec les bisons.

Premiers putois d'Amérique nés à l'état sauvage

Deux putois d'Amérique Deux putois d'Amérique
© Mike Lockhart/ US Fish and Wildlife

Le gouvernement du Canada célèbre la naissance des premiers putois d'Amérique à l'état sauvage dans le parc national du Canada des Prairies. Apprendre plus