Réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de- Mingan

Résultats d'études

Suivi du cypripède œuf-de-passereau
Cypripède œuf-de-passereau
Cypripède œuf-de-passereau
© Parcs Canada / M. Boulianne / G 117 05 31 , 1989

Au Québec, le cypripède œuf-de-passereau ( Cypripedium passerinum ) est présent à un endroit à la Baie James et dans l'archipel de Mingan. Cette espèce est désignée menacée au Québec par le ministère de l'Environnement du Québec et fait partie des plantes d'intérêt de la réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan.

De 1995 à 1997, une étude a été réalisée par Patrick Nantel et Danielle Cantin afin de dénombrer les colonies, d'évaluer leurs chances de survie à long terme, d'identifier les sources de perturbations et de proposer des recommandations pour protéger ces colonies. En 1997, dans le parc, 2440 plants étaient regroupés en douze colonies réparties sur cinq îles. Les plants se répartissaient à peu près également dans la lande et l'herbaçaie. Les prévisions démographiques sur dix ans montrent une augmentation rapide du nombre de plants dans l'herbaçaie et une lente diminution dans la lande. Les colonies de la lande sont plus susceptibles au déclin à cause des conditions difficiles dues à la forte exposition au vent, à la sécheresse, au froid et à la faible couverture de neige.
En 1997, la tendance pour la population totale du parc est une augmentation de 3%. Par contre, huit des douze colonies étaient sous le seuil minimum nécessaire pour assurer leur survie à long terme, soit de 35 plants. Suite à cette étude, il est recommandé de suivre ces huit colonies à tous les trois ans et les quatre autres aux cinq ans. Un suivi annuel nécessiterait trop de temps et risquerait d'endommager de façon importante un habitat fragile. Le suivi des colonies se poursuit tel que recommandé. Les colonies inventoriées en 2000 montrent une baisse de 17% du nombre d'individus. Il ne faut pas en déduire une tendance pour la population totale car seules les colonies les plus précaires ont alors été visitées. Elles représentent moins de 5% de la population totale.

Comme cette espèce croît dans un milieu particulièrement fragile, votre collaboration est nécessaire. Lors de vos déplacements, évitez de marcher dans les landes, demeurez plutôt sur le littoral, dans la zone sans végétation. Si vous voyez des cypripèdes oeuf-de-passereau, éloignez-vous de ce secteur en prenant soin de ne pas piétiner les plants. La plupart sont très petits et n'ont pas de fleur.