Réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de- Mingan

La recherche

Projets en cours
Vélar à petites fleurs
Vélar à petites fleurs
© Parcs Canada / J. Audet / G 41 01 26 , 1988
Plan de gestion des plantes d'intérêt

Parmi les quelques 450 plantes vasculaires de la réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan ( RPNCAM ), certaines espèces ont été jugées d'intérêt. La réalisation du plan de gestion des plantes d'intérêt fait partie des moyens mis en place au parc pour protéger ces espèces.

Pour réaliser ce plan de gestion, il fallait d'abord dresser la liste des plantes d'intérêt, identifier les principales préoccupations et déterminer les mesures de gestion appropriées. Une analyse a permis d'identifier 103 espèces de plantes d'intérêt pour l'archipel. Les critères ayant servi à produire cette liste sont les suivants :

  • Rareté géographique
  • Taille des colonies
  • Sensibilité au piétinement
  • Habitat(s) où l'espèce est présente
  • Stabilité et fragilité de l'habitat
  • Représentativité de l'habitat dans l'archipel
  • Désignation par le ministère de l'Environnement du Québec
  • Désignation par le COSEPAC (Comité sur la situation des espèces en péril au Canada)

Par la suite, les principales menaces pour ces espèces ont été identifiées. Parmi les préoccupations concernant les espèces d'intérêt, on retrouve :

  • Développement du parc
  • Activités humaines
  • Petite taille des populations
  • Agents naturels de perturbation (feu, chablis, éboulis, oiseaux marins, insectes ravageurs, etc.)
  • exotic species introduced into the park
  • Broutage
  • Pollution
  • Récolte

Le développement du parc et les activités humaines sont les préoccupations les plus importantes pour nous.

Des moyens ont été mis en place afin de protéger ces espèces fragiles des différentes menaces identifiées. On retrouve entre autre la sensibilisation auprès des visiteurs, un programme de suivi des populations, la fermeture de certains secteurs, l'encadrement des activités touristiques, la recherche scientifique, l'évaluation environnementale pour les nouveaux projets, etc.

Le plan de gestion est sans cesse remis à jour pour s'adapter aux nouvelles réalités du milieu. L'évaluation périodique de l'impact de chaque mesure de gestion et l'analyse des données récoltées permettent d'émettre des recommandations visant la protection des espèces d'intérêt et leur habitat.

Suivi des plantes d'intérêt
Colonie de cypripèdes œuf-de-passereau
Cypripèdes œuf-de-passereau
© Parcs Canada / M. Boulianne / G 117 05 33 , 1989

Le suivi de quelques colonies de plantes d'intérêt a été réalisé de 1993 à 1995. En 1999, un programme de suivi plus complet, avec des objectifs à long terme, a été amorcé. Le but était de mettre en place une méthode permettant de détecter les changements dans la distribution et l'abondance de ces plantes en accordant une attention particulière à celles qui sont le plus susceptibles d'être affectées par des menaces. Les données ainsi recueillies serviront d'indicateurs de l'état de santé des colonies et permettront de mettre en place des programmes de suivi plus spécifiques lorsque des problèmes seront détectés.

Le suivi des plantes d'intérêt se poursuit donc d'année en année. La fréquence et la méthode de suivi utilisée varient en fonction du rang qu'occupe l'espèce dans la liste des plantes d'intérêt du parc, du type de menaces auxquelles elle fait face, du nombre de colonies dans l'archipel et de la taille de ces colonies.

Étude du lièvre d'Amérique et de l'activité traditionnelle de colletage

Depuis la création de la réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan ( RPNCAM ) en 1984, peu d'informations scientifiques sont disponibles sur les mammifères moyens tels le lièvre d'Amérique ( Lepus americanus ), le Renard roux ( Vulpes vulpes ) ou la Martre d'Amérique ( Martes americana ). Une étude sur les petits mammifères décrit bien cette micro-faune et trace un portrait préliminaire de la distribution des autres mammifères. De plus, un ensemble de connaissances traditionnelles a été acquis durant des générations par les communautés locales en Minganie. Cependant, aucune étude n'a été effectuée spécifiquement sur le lièvre.

Récemment, suite à des revendications des communautés locales en 1999, un amendement a été porté à la Loi sur les parcs nationaux du Canada en vue de permettre aux résidants de la région d'exercer certaines activités traditionnelles comme le colletage du lièvre. Un règlement est en cours d'approbation.

Lièvre d'Amérique
Lièvre d'Amérique
© Parcs Canada / M. Boulianne / M 01 57

Dans ce contexte, une étude sur le lièvre d'Amérique et sur l'activité de colletage devient nécessaire afin de mieux connaître l'écologie du lièvre à la RPNCAM , d'assurer la conservation de l'espèce dans le temps et de favoriser la continuité de l'activité de colletage par les résidants de la Minganie.

Depuis l'automne 2001, un projet d'étude s'effectue en collaboration avec l'Association Chasse et Pêche de Havre-Saint-Pierre, l'Université du Québec à Rimouski et l'Agence Parcs Canada avec la participation des colleteurs résidant en Minganie.

L'étude d'une durée de 5 ans se déroule sur 10 sites expérimentaux sur les îles et 2 sites sur le continent. À partir des données de colletage, d'inventaire des populations, et de productivité de levrauts, il sera possible d'établir si les populations sont à la hausse, stables ou en décroissance et cela pour chacune des îles. De plus, un inventaire de broutage réalisé au début de l'étude, permettra de mesurer le régime alimentaire du lièvre, la disponibilité de la nourriture dans le milieu ainsi que l'impact du lièvre sur la végétation. Il sera également possible d'établir si le lièvre est sujet ou non à des variations cycliques d'abondance en milieu insulaire.

M. Jean Ferron, professeur de Biologie à l'Université du Québec à Rimouski agira à titre de conseiller scientifique et fournira, suite aux travaux réalisés, les recommandations sur la gestion du lièvre et l'activité de colletage de lièvres. Un étudiant à la maîtrise en gestion de la faune et de ses habitats, M. Marc-André Roy effectue les recherches.

Plan de gestion de l'avifaune marine
Macareux moines et Petits pingouins sur le dessus d'une falaise rocheuse
Macareux moines et Petits pingouins
© Parcs Canada / É. Le Bel / L 31 04 73, 1996

L'avifaune marine de la réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan ( RPNCAM ), constituée de 12 espèces et près de 35 000 couples, revêt un rôle important sur le plan social, touristique et environnemental en Minganie. Toutefois, les oiseaux marins de la RPNCAM demeurent vulnérables aux nombreux facteurs de stress de la région (dérangements, développement du territoire, braconnage, déversements d'hydrocarbures etc.). Depuis 1984, un programme de suivi des oiseaux marins est réalisé à la RPNCAM par Parcs Canada en plus des inventaires quinquennaux dans les refuges d'oiseaux migrateurs du Service canadien de la faune. Cependant, il devient nécessaire d'encadrer au sein d'un plan de gestion, les connaissances acquises, les programmes de suivi et les mesures de gestion pour assurer la protection de l'avifaune marine.

Depuis l'an 2000, Parcs Canada a amorcé la rédaction du plan de gestion de l'avifaune marine de la RPNCAM en vue d'orienter les actions de protection et d'acquisition de données. Diverses thématiques importantes sont abordées telles la synthèse des connaissances sur les espèces, le programme de surveillance, les mesures de gestion, les besoins en matière de recherche, les possibilités de collaboration avec les organismes et les modalités d'utilisation de cette ressource.

Énoncé d'intégrité écologique du parc

Parcs Canada a l'obligation juridique de préserver l'intégrité écologique des parcs par une gestion axée sur les écosystèmes. Le Plan d'affaires national de Parcs Canada prévoit la rédaction d'énoncés de référence au sujet de l'intégrité écologique. Ces énoncés d'intégrité écologique ( ÉIÉ ) sont des cadres synthèses pour guider la planification de la gestion d'un parc national. Ils font partie intégrante du Plan directeur du parc ainsi que du Plan d'affaires.

La rédaction de l'énoncé d'intégrité écologique du parc est en cours depuis 2001. L'énoncé d'intégrité écologique pour la réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan ( RPNCAM ) a pour but de présenter les valeurs écologiques, de décrire les facteurs de stress affectant les écosystèmes et les conditions qui garantissent leur état et leur évolution naturelle. Ce document confirme les obligations de Parcs Canada en regard de la protection des écosystèmes de la RPNCAM tout en tenant compte des valeurs humaines qui y sont associées. L' ÉIÉ s'adresse à tous les intervenants impliqués dans la protection, la gestion et la mise en valeur de la RPNCAM . Le document pourrait être disponible à la fin de l'année 2002.

Numérisation du territoire du parc
Deux chercheurs équipés de matériel de recherche GPS
Numérisation du territoire du parc
© Parcs Canada / B. Roberge, 2001

La réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan ( RPNCAM ) regroupe près de 2000 îles, îlots, cayes et récifs qui actuellement ne sont pas tous identifiés et numérisés précisément sur support informatique. L'identification et la numérisation des composantes du territoire de la RPNCAM permet d'obtenir un système de référence fiable pour créer des cartes précises et pour emmagasiner des informations sur les ressources naturelles du parc, la gestion, le suivi et la protection. Ce besoin est encore plus criant dans le contexte de la révision du Plan directeur notamment pour permettre le zonage, la protection et la mise en valeur du secteur est du parc qui sont actuellement inexistants. Dans le cadre de ce projet, des travaux de positionnement des îles et îlots avec un DGPS (Système de positionnement globale avec correction différentielle) ont été effectués à l'été 2001. Le projet se poursuit en 2002.