Réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de- Mingan

La recherche

Les parcs nationaux jouent un rôle-clé à titre de foyers de savoir et d'éducation sur l'environnement naturel du Canada, notamment en contribuant au maintien de la biodiversité de toutes les aires protégées.

À ce titre, la science est un élément essentiel dans la gestion visant à assurer l' intégrité écologique des parcs nationaux au Canada.

Étudiante effectuant des mesures sur le chardon de Mingan
Étude sur le chardon de Mingan
© Parcs Canada / N. Dénommée, 2000
Programme de gestion de la flore

Depuis plus d'un siècle, la flore de l'archipel de Mingan suscite un grand intérêt. Sa richesse exceptionnelle pour un si petit territoire y est sûrement pour quelque chose: plus de 450 espèces de plantes vasculaires,190 espèces de lichens et plus de 300 espèces de mousses. En plus des plantes uniques au golfe du Saint-Laurent, certaines espèces retrouvées dans l'archipel poussent généralement plus au nord, plus au sud ou parfois même dans les Rocheuses. Le calcaire, le vent, le froid et le climat maritime contribuent à fournir à chacune ce dont elle a besoin pour s'épanouir.

Reconnaissant l'importance de la flore de l'archipel, on a identifié 103 espèces de plantes d'intérêt, notamment à cause de leur rareté dans la réserve de parc ou au Québec. Différents projets ont été mis en place pour mieux les connaître et mieux les protéger :

  • Plan de gestion des plantes d'intérêt.
  • Suivi des plantes d'intérêt de façon à détecter les changements dans les populations.
  • Suivi spécifique et programme de rétablissement des colonies de chardon de Mingan ( Cirsium scariosum ).
  • Suivi spécifique des colonies de cypripède œuf-de-passereau ( Cypripedium passerinum ).
  • Description et cartographie des écosystèmes terrestres.
  • Inventaire des plantes introduites du parc.
  • Dépistage de l'arpenteuse de la pruche.
Programme de gestion de la faune
Garde de parc récoltant des échantillons à l'aide d'un filet sur le bord d'un lac
Inventaire de l'herpétofaune
© Parcs Canada / B. Roberge / W 01 56, 1997

Depuis des générations, la faune des îles de Mingan suscite beaucoup d'intérêt auprès des communautés locales et des scientifiques par sa diversité et son abondance. Le parc abrite en effet, malgré sa superficie réduite, une grande variété faunique avec plus de 10 espèces d'amphibiens et reptiles, 200 espèces d'oiseaux, 20 espèces de mammifères terrestres et près 15 espèces de mammifères marins dans les eaux marines adjacentes.

Une faune terrestre variée réside sur les îles du parc malgré leur isolement du continent et leur capacité de support limitée par leur dimension restreinte. Des mammifères herbivores tels l'orignal, le lièvre et le castor y trouvent abris et nourriture. Quelques mammifères carnivores comme le renard, la martre ou l'hermine résident en permanence sur les plus grandes îles.

Diverses espèces d'oiseaux forestiers et même des espèces vulnérables comme le Pygargue à tête blanche viennent s'y abriter. La faune du parc s'avère particulièrement abondante en ce qui a trait aux oiseaux marins avec près de 35 000 couples nicheurs. L'avifaune marine du parc compte les plus grandes concentrations d'eiders et de sternes du golfe du Saint-Laurent. Par ailleurs, des grands groupes de phoques sont aussi observés dans la zone littorale du parc.

Dans la perspective de connaître, de bien gérer et de protéger cette richesse faunique remarquable, Parcs Canada poursuit le programme de gestion de la faune depuis près de 20 ans. Plusieurs mesures de gestion sont ainsi mises de l'avant comme la sensibilisation, l'éducation, la signalisation, les évaluations environnementales, la collaboration avec les communautés locales et les gestionnaires des ressources. De plus, divers travaux scientifiques sont réalisés par Parcs Canada, notamment des études et des suivis de populations, ainsi que la coordination de recherches avec des chercheurs.