Institutional links

Sternes : la colonie reprend des plumes

Parcs Canada et ses partenaires font appel à la collaboration des citoyens de la région de Gaspé

Gaspé (Québec), le 11 juillet 2013 – Le Groupe de travail sur la réhabilitation de la colonie de sternes pierregarins de Sandy Beach a effectué, le 21 juin dernier, un décompte des nids de sternes sur la barre de Sandy Beach, à Gaspé. L’opération a permis de confirmer que cette colonie, de loin la plus importante colonie de sternes en Gaspésie, demeure en voie de rétablissement. Or, de grands défis restent à relever pour cette belle « hirondelle des mers ». À titre de partenaire de ce projet, Parcs Canada joint sa voix à celle du Groupe de travail pour inviter la population à contribuer à cet effort collectif en évitant de circuler sur l’îlot de Sandy Beach (au bout de la barre de sable) au cours des prochaines semaines.

Attention, fragile!

Sterne Pierregarin Sterne Pierregarin
© Parcs Canada / Antoine Haimeur

La sterne pierregarin, qu’on appelle parfois hirondelle de mer, fait son nid dans les herbes hautes ou directement sur la plage des îles et des presqu’îles. Dans les années 1980, la barre de sable de Sandy Beach abrite près d’un millier de nids de sternes. Or, à la fin des années 1990, le Club des ornithologues de la Gaspésie constate que les sternes ont pratiquement déserté le site.

Devant cette situation alarmante, un groupe de travail est créé pour mettre sur pied un projet de restauration de la colonie de sternes pierregarins de Sandy Beach. En 2005, après cinq années d’interventions, on constate un premier véritable succès de nidification; on compte alors 165 nids de sternes, ainsi que plusieurs poussins et jeunes sternes. En 2009, elle devient la plus importante colonie de sternes pierregarins en Gaspésie. La colonie poursuit sa progression, atteignant 685 nids en 2012. En guise de comparaison, les deux autres colonies de sternes en Gaspésie comptent respectivement 61 nids actifs (barachois de Saint-Siméon) et 49 nids actifs (Saint-Omer). La barre de Sandy Beach apparaît également comme le seul site où les sternes nichent régulièrement à chaque année, en Gaspésie. Les colonies de sternes du banc de Carleton, de l’île Taylor (New Richmond) et du marais de Paspébiac sont, quant à elles, complètement disparues.

La colonie de sternes de Sandy Beach compte aujourd’hui 526 nids. « La colonie est en pleine période de nidification, présentement, et tout dérangement causé par des promeneurs, des baigneurs ou des animaux domestiques, pendant les deux prochaines semaines, est susceptible d’en compromettre le succès » explique Jean-Marc Hardy, coordonnateur du Groupe de travail.

Oeufs de sterne Oeufs de sterne
© Parcs Canada

Car, bien qu’en voie de rétablissement, la colonie de sternes de Sandy Beach demeure fragile. Le Groupe de travail tente présentement d’évaluer si la colonie pourra se maintenir à long terme et ce, sans intervention humaine. C’est que la sterne pierregarin est très sensible au dérangement. Lorsqu’elle est dérangée en période de nidification, elle abandonne son nid, laissant ses petits à la merci des prédateurs (comme les goélands). De plus, les œufs, souvent pondus directement sur le sable, sont très vulnérables au piétinement. Une façon simple de contribuer au rétablissement de cette colonie de sternes consiste donc à éviter de fréquenter l’îlot de Sandy Beach lorsque les sternes y font leur nid et nourrissent leurs petits, soit du mois de mai à la fin du mois de juillet.

Un travail d’équipe

Le « sauvetage » de cette colonie d’oiseaux repose en grande partie sur les efforts soutenus et conjugués de nombreux partenaires.

Le Groupe de travail sur la réhabilitation de la sterne pierregarin de Sandy Beach a rassemblé, au fil des ans, de nombreux bénévoles dévoués et passionnés, ainsi que des représentants de divers organismes du milieu. Parmi ceux-ci, mentionnons le Club des ornithologues de la Gaspésie, la Société de la barre de Sandy Beach, la Nation Micmac de Gespeg, le Comité de concertation de la baie de Gaspé, la Ville de Gaspé, le comité de la Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) de la Baie-de-Gaspé, le Service canadien de la faune, le ministère des Ressources naturelles du Québec, le ministère de l’Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec ainsi que Parcs Canada.

Oisillon protégé par sa mère Oisillon protégé par sa mère
© Parcs Canada / Delphine Legault

De l’autre côté de la baie de Gaspé, l’équipe du parc national Forillon est fière de participer à cet effort collectif, notamment par ses actions de conservation sur la presqu’île de Penouille et son support au Groupe de travail sur le rétablissement de la sterne de Sandy Beach. « Dans la nature, tout est lié, explique Daniel Sigouin, écologiste au parc Forillon. Il n’y pas a de grillages dans le ciel! Les oiseaux entrent et sortent du territoire du parc, comme les baleines dans la mer et les orignaux sur la terre. Les sternes font leur nid sur la barre de Sandy Beach et viennent s’alimenter juste en face, dans le marais salé de Penouille. À vol d’oiseau, c’est aussi simple que de passer de la chambre à la cuisine.»

Par ailleurs, la récente étude sur la dynamique côtière de la presqu’île de Penouille, réalisée en collaboration avec l’Université du Québec à Rimouski, permet maintenant de mieux comprendre l’évolution de ce milieu fragile et d’identifier les meilleures options d’aménagement. Dès cet été, la construction d’une passerelle le long du pédoncule permettra de maintenir l’accès à la presqu’île tout en protégeant le cordon littoral. « En protégeant le cordon littoral de Penouille, on protège le marais salé, qui fait partie du « garde-manger » de nombreux oiseaux marins. Les sternes font partie intégrante de l’écosystème côtier protégé par le parc. Nous sommes donc très heureux de pouvoir contribuer à cette belle initiative citoyenne. Et heureux que nos visiteurs puissent, à nouveau, voir voler ces « hirondelles des mers » au-dessus de Penouille » conclut l’écologiste.

Parcs Canada salue le leadership, le dévouement, la constance et le grand professionnalisme du Groupe de travail de réhabilitation de la colonie de sternes pierregarin de Sandy Beach.