Parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard

Au fil de L’EAU : Notes sur le patrimoine des aires spéciales protégées de Parcs Canada à l’Île-du-Prince-Édouard

2012 marque le 75e anniversaire du Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard

Depuis 75 ans, le Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard accueille des visiteurs de partout au monde. Des falaises de grès rouge grandioses et des plages spectaculaires de Cavendish à la beauté naturelle des dunes paraboliques de Greenwich, ce petit parc côtier a ravi les cœurs de tous ceux qui ont fait l’expérience de sa beauté sereine et tranquille.

S’étirant sur près de 40 kilomètres sur la côte nord de l’Île-du-Prince-Édouard entre les baies de New London et de Tracadie, et englobant la pointe de la péninsule de Greenwich dans la baie de St­Peters, le paysage côtier du parc est dynamique et change constamment, façonné par le vent et les vagues.

Création du Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard

Le Parc national de l’Î.-P.-É. est établi le 24 avril 1937. À l’origine, le Parc est créé pour stimuler l’économie de l’Île pendant la Dépression. Sa création vient de l’idée de créer une station balnéaire typique à Dalvay-by-the-Sea, étant donné qu’à l’époque, on pensait qu’un parc national à l’Î.-P.-É. ne pourrait pas rivaliser avec les majestueux parcs nationaux qui avaient été établis dans l’Ouest canadien (MacEachern, 2001).

Il est sans surprise que le fabuleux hôtel Dalvay est favorisé dès le début, puisque sa splendeur architecturale est un exemple type du style néo-Queen Anne et qu’il est situé près des plages populaires qui font la renommée de l’Île. Construite entre 1896 et 1899 en tant que résidence d’été pour le magnat du pétrole américain d’origine écossaise Alexander McDonald, la résidence Dalvay est le témoin d’un train de vie extravagant et gracieux jusqu’à la mort de McDonald en 1910. Entre 1930 et 1937, la résidence passe aux mains de plusieurs propriétaires, dont le plus célèbre est le contrebandier d’alcool le capitaine Edward Dicks, qui convertit la résidence en hôtel en 1931 pour cacher ses activités de contrebande.

Après une visite à l’Î.-P.-É. afin d’y voir les sites possibles de parc national, la Direction des parcs, inspirée par la beauté du rivage le long de la côte nord de l’Île, propose un parc national qui comprend une bande littorale qui s’étend sur 25 miles de Dalvay-by-the-Sea à Cavendish. L’inclusion de Cavendish dans les plans du parc national permet aussi d’y inclure la maison Green Gables et les terrains environnants, puisque les visiteurs y affluent déjà pour voir le paysage qui a inspiré le roman Anne, la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery (Lothian, 1976).

À l’origine, la maison Green Gables était la résidence de David Jr. et de Margaret Macneill, cousins du grand-père de Lucy Maud Montgomery. En dépit de n’avoir jamais habité à Green Gables, Lucy Maud Montgomery a grandi tout près avec ses grands-parents. Elle est venue à connaître la ferme de ses cousins en explorant les boisés environnants et en nommant les lieux tels que l’Allée des amoureux et le Bois hanté. La plupart de ce que décrit Montgomery dans Anne, la maison aux pignons verts est le fruit de sa propre imagination, parfois inspiré d’une scène de la vraie vie. Peu après la publication du roman en 1908, les visiteurs ont commencé à venir à Cavendish pour voir Greeen Gables ainsi que les autres endroits et les personnages d’Avonlea qui figurent dans le roman.

Pour ce qui est de nommer le nouveau parc, nombre de noms sont envisagés, y compris Silversands National Park (MacEachern, 2001). À la fin, le nom choisi est celui qui est le plus facile à retenir : Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard.

Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard – un point central pour l’industrie du tourisme

L’établissement du Parc national de l’Î.-P.-É. s’est accompagné de la construction des infrastructures nécessaires pour que le public puisse profiter du Parc : la route Gulf Shore, les terrains de camping, les trottoirs de bois, les installations de plage et les aires de pique-nique.

Les moments importants du Parc comprennent la construction du parcours de golf Green Gables, conçu par l’architecte paysagiste bien connu Stanley Thompson. Les premiers neufs trous sont inaugurés en 1939 et les neufs derniers en 1940. Le service de sauveteurs est établi en 1948 à Cavendish et s’étend à Dalvay en 1949. Pour une liste détaillée des autres moments importants du Parc national de l’Î.-P.É., veuillez consulter la chronologie.

La popularité du Parc national connaît une croissance rapide : la fréquentation passe de 2 500 visiteurs en 1937 à 10 000 visiteurs en 1938. Cinq ans après sa création, le Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard était le cinquième parc national le plus visité au Canada. Aujourd’hui, malgré sa petite taille, le Parc demeure l’un des plus visités au Canada et joue un rôle important à représenter l’histoire naturelle et culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard dans le réseau des parcs nationaux du Canada, ces endroits qui définissent le pays.

Protégé à tout jamais... pour tous les Canadiens

Le Parc national offre 42 kilomètres de littoral à couper le souffle le long de la côte nord de l’Île. En 1998, la pointe de la péninsule de Greenwich, où se trouvent de majestueuses dunes paraboliques mobiles et leurs contre-crêtes ou Gegenwälle qui les accompagnent, a été annexée. Les dunes, les plages, les milieux humides et les forêts hébergent plus de 400 espèces de plantes et 300 espèces d’oiseaux et autres vies animales. Les grands hérons honorent les étangs et les marais de leur présence et les oiseaux de rivage s’alimentent au bord de l’eau. Les plages servent de refuge au pluvier siffleur, un oiseau en voie de disparition, qui revient chaque année pour la saison des amours; les étangs côtiers accueillent l’anguille d’Amérique, une espèce menacée au Canada. Les dunes offrent un habitat pour diverses espèces de plantes et d’animaux, y compris deux espèces de plantes vulnérables : l’aster du Saint-Laurent et le léchéa maritime.

Au fil du temps, le Parc a subi l’influence des gens, de la mer et du paysage toujours changeant. Les personnes font partie de ce paysage côtier depuis des milliers d’années. Depuis les premiers Autochtones à vivre sur l’Île, les Micmacs et les colons européens qui ont suivi en passant par les Français, les Acadiens, les Écossais, les Irlandais et les Anglais, tous ont eu à établir une étroite relation avec la terre et la mer pour survivre. Les fouilles archéologiques dans le Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard ont dévoilé des traces de toutes les grandes cultures qui ont occupé l’île, y compris des artéfacts autochtones qui datent de 10 000 ans.

Depuis sa création en 1937, le Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard joue un rôle important dans l’île et au Canada en permettant aux visiteurs de connaître les histoires et le paysage particuliers de notre île et de notre peuple. La création du Parc national de l’Î.-P.-É. il y a 75 ans a assuré la protection de l’héritage naturel et culturel du Canada, pour tous les Canadiens, à tout jamais.

Le Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard célèbre 75 ans à l’été 2012

Après 75 ans d’exploitation, de nombreuses activités qui étaient populaires au début du Parc le sont encore de nos jours : le Site patrimonial Green Gables est maintenant célèbre partout au monde et attire toujours les lecteurs du roman Anne, la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery. De plus, de nombreux visiteurs continuent de profiter du terrain de golf, des balades panoramiques, des terrains de camping, des aires de fréquentation diurne et des plages supervisées.

Le Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard offre des activités variées qui permettent aux visiteurs de tous âges et d’intérêts divers de renouer avec la nature et de découvrir l’histoire de cet endroit spécial. Parcs Canada a comme objectif d’aider les personnes à vivre des expériences extraordinaires et à apprendre tout en s’amusant, sans nuire aux ressources naturelles et culturelles présentes dans le parc.

Nombre d’activités spéciales auront lieu dans le Parc cet été pour célébrer son 75e anniversaire. Les activités marquantes en juillet et en août comprennent la tenue d’une fête d’anniversaire sur la plage pendant la Journée des parcs le 21 juillet à la plage de Brackley et l’activité « Préserver le passé, saisir le futur (partie II) » au Site patrimonial Green Gables en août. Pour une liste complète de nos activités spéciales, veuillez consulter notre site Web : www.parcscanada.gc.ca/ipe.


Références :
Lothian, W.F. Histoire des parcs nationaux du Canada, vol. II, Ottawa, Parcs Canada, 1976 [QS-7034-010-EE-A1]

MacEachern, A. Natural Selections. Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2