Parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard

Au fil de L’EAU : Notes sur le patrimoine des aires spéciales protégées de Parcs Canada à l’Île-du-Prince-Édouard - Automne 2012

Fête nationale des Acadiens et des Acadiennes

Le lieu historique national de Port-la-Joye–Fort-Amherst a joué un rôle très important dans l'histoire de l'Acadie à l’Île-du-Prince-Édouard. C’était donc l'endroit tout indiqué pour célébrer la Fête nationale des Acadiens et des Acadiennes. Le 12 août 2012, Parcs Canada, avec la collaboration très appréciée du Comité de la réunion Michel Haché Gallant, de la Société Saint-Thomas-d’Aquin et des Services de bibliothèque provinciaux, a présenté pour une troisième année les célébrations de la Fête nationale des Acadiens et des Acadiennes.

La journée a débuté par une cérémonie de purification mi’kmaq animée par l'aînée Judy Clark de la première nation Abgeweit. On a ensuite procédé à la levée du drapeau acadien et chanté l’hymne national de l’Acadie, l’Ave Maris Stella. Aline Bouffard-Cohen, directrice générale de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, a prononcé quelques mots au nom de son président, Gabriel Arsenault. Les participants ont par la suite assisté à des présentations, des activités d'interprétation et un spectacle de musique enjoué.

Les participants ont pu écouter en français et en anglais les présentations de M. Melvin Gallant, professeur retraité de l'Université de Moncton, qui a parlé de la vie de Michel Haché Gallant, un des premiers Acadiens qui se sont établis à Port-la-Joye lors de l'arrivée des colons français. M. Gallant a récemment publié un livre sur le sujet. En après-midi, le personnel de Parcs Canada a présenté une activité d'interprétation musicale appelée « Let the Fiddle Take you Back ». Ce voyage dans le temps s'est conclu par un numéro des temps modernes mettant en valeur la « joie de vivre » de la communauté acadienne d'aujourd'hui avec des danseurs semi-professionnels dansant au son du « Réel de Sainte-Anne ». Plus tard en après-midi, la famille Ross est montée sur la scène extérieure et a enchanté le public avec une joyeuse combinaison d'harmonies, jouant du clavier, de la guitare et du violon, tout en chantant et en dansant.

La journée a atteint son paroxysme lors du Tintamarre , ce défilé traditionnel acadien où les participants font du bruit à l'aide de crécelles, de casseroles, de chaudrons et d'instruments de musique traditionnels ou improvisés, pour célébrer la Fête nationale des Acadiens et des Acadiennes. Le terme tire son origine du français acadien et signifie « vacarme » ou « tapage ». Cette coutume a pour but de montrer la vitalité et la solidarité de la communauté acadienne et de témoigner de la présence des Acadiens dans notre société. Son application contemporaine remonterait au milieu du vingtième siècle (probablement en 1955) et serait vraisemblablement inspirée d'une ancienne coutume folklorique pratiquée dans de nombreuses cultures. À ses débuts en France, on appelait cette pratique « Charivari ».

Les personnes qui ont manqué les festivités cette année ne voudront pas les manquer l'an prochain!

Les visiteurs peuvent aussi découvrir le lieu historique national en explorant le nouveau réseau de sentiers de 5 km, le long duquel des panneaux d'interprétation racontent la longue et fascinante histoire de l'endroit. Le lieu historique national de Port-la-Joye–Fort Amherst revêt une importance historique nationale parce qu’il a été, de 1720 à 1770, le siège du gouvernement et le port d’entrée des colons à l’Île-du-Prince-Édouard, et aussi en raison de son rôle d’avant-poste colonial dans la lutte franco-britannique pour le pouvoir en Amérique du Nord. Les terres et les berges entourant Port-la-Joye–Fort-Amherst font partie du « Mi'kma'ki », territoire traditionnel mi'kmaq, depuis des temps immémoriaux. Après l'arrivée de 300 colons français en 1720, le premier établissement européen permanent de l’île a été établi à cet endroit. Les quatre cultures – mi'kmaq, française, acadienne et britannique – qui ont convergé en ce lieu, ainsi que les amitiés, les conflits et les alliances forgées au cours du 18e siècle, ont jeté les fondations de ce qui est devenu l'Île-du-Prince-Édouard.

Le lieu historique national de Port-la-Joye–Fort Amherst est l’un des nombreux lieux historiques et parcs nationaux que Parcs Canada préserve et met en valeur pour le bénéfice des Canadiens, et qui forment un réseau national de trésors naturels et historiques.