Parc national du Canada de l’Île-du-Prince-Édouard

La restauration écologique au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard

Parcs Canada a récemment obtenu des fonds dans le cadre d’un projet spécial visant à améliorer la santé écologique au parc national et aux lieux historiques nationaux de l’Île-du-Prince-Édouard. Parcs Canada a pour priorité d’accroître l’intégrité écologique et est heureux d’investir une partie de ces fonds dans les projet suivants au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard :

Restauration d’une dune de sable - Cavendish

Un grand creux de déflation de dune s’est formé sur la flèche de sable de Cavendish, dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, là où la dune était autrefois utilisée pour atteindre la plage.

Afin de rétablir la structure et le rôle de cette dune, ainsi que pour améliorer l’intégrité écologique du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, nous avons placé des conifères morts dans le creux de déflation de la dune afin qu’ils puissent former des obstacles naturels pour retenir le sable poussé par le vent.

La restauration d’une dune de sable au parc national de l’Î-P-É
© Parcs Canada
Des employés du Parcs Canada « plantent » des conifères morts dans une dune de sable
© Parcs Canada

À mesure que le sable s’accumulera, les arbres fourniront un substrat et des substances nutritives à la dune en formation. Pour optimiser les résultats, on a « planté » les arbres debout tandis que d’autres ont été couchés à l’horizontale dans le creux de déflation de la dune.

Des jalons ont été plantés à cinq endroits dans le creux de déflation, afin de mesurer l’accumulation du sable capturé par les branches et les aiguilles des arbres.

Des employés du Parcs Canada « plantent » des conifères morts dans une dune de sable
© Parcs Canada
Des jalons pour mesurer l’accumulation du sable
© Parcs Canada

Rétablissement de la forêt acadienne - sentier Farmlands

Parcs Canada est heureux d’avoir collaboré avec Friends of Covehead and Brackley Bay, un groupe de protection du bassin versant, pour améliorer la biodiversité le long du sentier Farmlands, au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, en rétablissant les espèces typiques de la forêt acadienne indigène. Les travaux ont commencé au début d’octobre et sont maintenant terminés, à l’exception de la replantation, qui sera effectuée au printemps.

Contexte

Dans le plan directeur de 2007 visant le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, Parcs Canada a déterminé que le rétablissement de la forêt acadienne était prioritaire pour améliorer l’intégrité écologique de l’écosystème forestier. Au moment de la création du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard en 1937, une bonne partie des terres qui le composaient servaient à l’agriculture et la forêt acadienne mixte traditionnelle y avait été défrichée. Au cours des 75 dernières années, ces anciens champs se sont couverts principalement d’épinettes blanches et de très peu d’autres espèces typiques de la forêt acadienne.

Parcs Canada a joué un rôle actif dans les efforts de restauration de la forêt acadienne en plantant des espèces manquantes dans le parc. La plantation en sous-étage dans les forêts existantes et la restauration des anciens sentiers comptent parmi les méthodes employées à ce jour au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. En plus de l’initiative menée en collaboration avec le groupe Friends of Covehead and Brackley Bay, d’autres approches de rétablissement et pratiques forestières de faible intensité seront mises en œuvre au cours des cinq prochaines années dans le cadre de ce projet spécial.

Description de projet

Les coupes par bandes et les coupes par petites trouées créent dans le couvert forestier des ouvertures qui produisent des conditions où la température et l’humidité sont favorables à la croissance des espèces d’arbres souhaitées
© Parcs Canada

Bon nombre des peuplements d’épinettes blanches du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard atteignent maintenant la fin de leur cycle de vie (50 à 70 ans) et présentent un grave risque d’incendie. De plus, les peuplements d’épinettes blanches sont moins en mesure de fournir l’habitat nécessaire pour maintenir une faune et une flore variées et sont limités dans leur capacité à produire la variété de semences d’arbres nécessaire au rétablissement de la forêt acadienne indigène.

Une stratégie de restauration à faible impact est employée pour remplacer les peuplements d’épinettes blanches par des espèces typiques de la forêt acadienne indigène dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. Cette stratégie comprend la coupe par bandes, la coupe par petites trouées, l’éclaircie, la plantation en sous-étage, la coupe de dégagement et l’installation d’enclos protecteurs autour des arbres nouvellement plantés. Comme les perturbations naturelles à petite échelle, les coupes par bandes et les coupes par petites trouées créent dans le couvert forestier des ouvertures qui produisent des conditions où la température et l’humidité sont favorables à la croissance des espèces d’arbres souhaitées. Par exemple, les coupes par petites trouées favorisent la croissance d’espèces tolérantes à l’ombre, comme l’érable et l’épinette rouge, alors que les trouées plus grandes favorisent davantage la croissance d’espèces qui ne tolèrent pas l’ombre, comme le chêne rouge.

Sous la direction de Parcs Canada, les membres du groupe Friends of Covehead and Brackley Bay ont procédé à des coupes par bandes dans la forêt d’épinettes près du sentier Farmlands, au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. Ces bandes seront replantées au printemps.

Le groupe de protection du bassin versant Friends of Covehead and Brackley Bay a planté les bandes avec des espèces typiques de la forêt acadienne indigène (pin blanc, pruche du Canada, épinette rouge, érable à sucre, bouleau jaune, chêne rouge) au printemps 2014. Les semis ont été empilés et protégés à l’aide de protecteurs contre le broutage à la fin de l’été.

Restauration - la flèche de sable Cavendish

De la machinerie lourde est utilisée pour retirer le schiste de l’ancienne plateforme routière. Le projet en cours à la flèche de sable Cavendish vise l’enlèvement du chemin et la restauration du marais.
© Parcs Canada

Dans le plan directeur de 2007 visant le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, Parcs Canada a déterminé qu’il était impératif d’enlever le chemin de la flèche Cavendish pour restaurer la santé écologique du marais salé, qui est divisé par le chemin. Le plan directeur indiquait aussi que la flèche Cavendish et le secteur du marais devraient être constitués en Réserve intégrale désignée, ce qui nécessite l’enlèvement du stationnement et du chemin.

Un contrat a été attribué pour effectuer cette partie du projet et les travaux sont en cours pour enlever la plateforme routière. Ces travaux seront menés par étapes, en commençant par la section nord-est du chemin de la flèche, où le chemin est relié au sentier Homestead. L’enlèvement du chemin se fera en cinq étapes et les mesures de restauration associées à chacune de ces étapes seront mises en œuvre avant de passer aux étapes subséquentes.

La replantation du secteur aura lieu en juin 2014. Après l’achèvement des travaux, la surveillance se poursuivra à certains endroits pour évaluer l’impact de l’enlèvement du chemin et des efforts de restauration sur les écosystèmes environnants et les objectifs de rétablissement à long terme.

Modification du sentier Balsam Hollow - site patrimonial Green Gables

Modification du sentier Balsam Hollow - site patrimonial Green Gables

Boise de Cavendish

À nos précieux intervenants, Difficile à croire, mais la fin de la saison estivale 2014 approche rapidement. Bien que certains projets se prennent fin, d’autres se poursuivront et deviendront la priorité de travaux et de planification pour l’automne. Un de ces projets est l’élaboration d’un plan global pour le boisé de Cavendish.

Comme vous le savez, étant donné que ce boisé a été intégré au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard en 2005, beaucoup de discussions ont été engagées concernant la vocation future de ce lieu enchanteur. Bien des utilisations possibles ont été envisagées pour cette oasis naturelle au cœur de Cavendish surnommé affectueusement « le Boisé », mais il est maintenant temps d’élaborer un plan concret pour son avenir. Il a été déterminé que le boisé de Cavendish constitue l’endroit idéal à inclure dans un projet de restauration écologique de plus grande envergure avec le potentiel d’améliorer l’expérience des visiteurs.

Le plan général consiste à définir le boisé de Cavendish comme un « espace vert », ce qui signifie que ce sera un secteur composé principalement d’éléments naturels et non d’immeubles. Ce genre de restauration s’inscrit dans le cadre du Plan de conservation national (PCN) du Canada, une initiative visant à restaurer les écosystèmes du Canada et à contribuer à la conservation des terres et des eaux du Canada en prenant des mesures concrètes. Certains aspects du plan pour cet endroit sont clairs, notamment la restauration des étangs, mais les aspects concernant les éléments associés aux besoins des visiteurs sont moins clairs. Pour le moment, nous sommes heureux d’informer les personnes qui s’intéressent à cet endroit d’une importante initiative pour demander une rétroaction sur les plans liés à cet espace.

Une fiche de commentaires en ligne a été préparée afin de recueillir les suggestions des parties intéressées en vue de contribuer à l’élaboration du plan. Cette fiche ce trouve au « www.pc.gc.ca/boisedecavendish » et sera accessible entre le 25 août et le 1er novembre 2014, et des affiches seront placées à Cavendish pour informer les gens de l’élaboration du plan et les encourager à remplir la fiche en ligne s’ils désirent nous faire part de leurs idées. Les commentaires de nos voisins et de nos partenaires sont importants et nous avons hâte de les recevoir au moment où nous commençons à élaborer le plan global qui orientera l’avenir du boisé de Cavendish. Pour des renseignements supplémentaires communiquez avec le coordonnateur du projet - 902-672-6350 ou par courriel au pnipe.peinp@pc.gc.ca.

Aire de fréquentation diurne Brackley

Parcs Canada désire vous informer qu’après la fermeture saisonnière de ces installations le 15 septembre 2014, l’aire de fréquentation diurne Brackley ainsi que l’aire de camping collectif adjacente fermeront aux fins de restauration et ne rouvriront pas.

Cette décision est prise dans le cadre d’un programme de restauration plus vaste de Parcs Canada visant à améliorer l’intégrité écologique dans les parcs nationaux. Réaliser des progrès dans ce domaine et améliorer l’écologie des sites constitue une priorité importante pour Parcs Canada. Dans le cadre de ce projet, Parc national de l’Î.-P.-É. restaurera l’environnement naturel boisé dans les aires de fréquentation diurne et de camping collectif. Cette mesure fera partie d’un plan de reboisement de plus grande envergure qui est en cours d’élaboration. Ce projet appuie le Plan de conservation national du gouvernement du Canada grâce à des mesures pratiques pour restaurer les écosystèmes du Canada et contribuer de façon positive à la conservation des terres et des eaux du Canada.

Parcs Canada reconnaît que ces mesures peuvent causer certains inconvénients aux personnes qui utilisent le secteur pour des événements et des activités. Le Ministère fera tout en son pouvoir pour accueillir les visiteurs dans d’autres secteurs du Parc national de l’Î.-P.-É. Parcs Canada accorde de l’importance à votre opinion en ce qui concerne ce projet. Si vous avez des questions ou des préoccupations, n’hésitez pas à communiquer avec nous en composant le 902-672-6350.