Parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard

Espèces en péril - Poissons et mammifères

Poissons

L'anguille d'Amérique

L'anguille d'Amérique
© Parcs Canada / Denis Doucet

C’est dans la mer des Sargasses que débute la vie de chaque anguille d’Amérique (Anguilla rostrata). Peu après, les minuscules larves d’anguille dérivent pendant des mois sur les courants du Gulf Stream, avant d’aboutir au large de l’Amérique du Nord. À leur arrivée sur nos côtes, elles se sont déjà métamorphosées en petites anguilles transparentes, qu’on appelle civelles ou larves cristallines.

En migrant vers les eaux douces, y compris vers les étangs et les lacs du parc national de l’Île du-Prince-Édouard, ces visiteuses à long terme perdent leur transparence et deviennent des civelles pigmentées. Ici, dans le Canada atlantique, elles se métamorphosent en anguilles jaunes et poursuivent leur croissance de quatre à vingt-cinq ans, pour devenir des anguilles argentées et entreprendre le long retour vers la mer des Sargasses, où elles vont frayer et mourir.

Malheureusement, il y a lieu de croire que cet incroyable voyage de toute une vie qu’effectue l’anguille d’Amérique est perturbé par divers facteurs, notamment par la perte d’habitat, la construction de barrages, la surpêche, la maladie et même le réchauffement planétaire.

L’anguille d’Amérique est présente dans sept parcs nationaux du Canada atlantique. Bien qu’on n’ait pas observé ici de déclin notable de ses populations, il ne faut pas attendre avant d’agir.

Liens connexes :

Mammifères

La petite chauve-souris brune et la chauve-souris nordique

De bien des façons, les chauves-souris sont des mammifères typiques : elles ont le sang chaud, donnent naissance à des petits entièrement formés et les allaitent. C’est leur capacité de voler qui les différencie de tous les autres mammifères.

On trouve la petite chauve-souris brune et la chauve-souris nordique dans le parc national de l’Île du-Prince-Édouard. Toutefois, l’état de leur population actuelle au parc est inconnu.

Il arrive parfois qu’une menace grave émerge soudain et cause un déclin dramatique de la population d’une espèce, au point que son existence même au Canada soit menacée. En 2011, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a demandé une évaluation d’urgence de trois espèces de chauves-souris (dont la petite chauve-souris brune et la chauve-souris nordique) en raison de la découverte du syndrome du museau blanc, une maladie fongique mortelle ayant pris les dimensions d’une épidémie dans les colonies de chauves-souris qui hivernent dans des grottes. La maladie a été observée dans de nombreuses provinces; on a ainsi relevé dans l’est du Canada des déclins de plus de 90 % des populations de chauves-souris en seulement deux ans.