Parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard

L'intégrité écologique - Protéger notre parc

Les parcs nationaux du Canada protègent et préservent notre patrimoine naturel pour le bénéfice des générations actuelles et à venir. Nos parcs nationaux abritent une foule d'espèces végétales et animales à l'état sauvage, dont certaines sont en danger de disparition. Pour assurer leur survie, nous devons veiller à ce que leurs habitats demeurent intacts et salubres. Parcs Canada gère les parcs nationaux de manière à en assurer l’intégrité écologique. On dit des écosystèmes qu’ils sont intègres lorsque leurs composantes indigènes sont intactes, notamment : les composantes abiotiques (les éléments physiques – p. ex. l’eau et les roches), la biodiversité (la composition et l’abondance d’espèces et de communautés dans l’écosystème – p. ex. le renard, l’omble de fontaine et l’érable à sucre représentent la diversité des espèces) et les processus de l’écosystème (les moteurs qui font fonctionner l’écosystème – p. ex. l’érosion côtière et la prédation).

Comment préserver l'intégrité écologique ?

Gestion des parcs

La gestion des parcs nationaux doit se fonder sur une bonne compréhension des écosystèmes et des agents stressants qui peuvent leur nuire. Pour garantir la pérennité ou la viabilité de nos parcs, nous devons considérer l'environnement naturel comme un tout dans lequel les humains font partie intégrante de l’écosystème naturel. L’objectif du parc national de l’Île-du-Prince-Édouard est de permettre aux gens de profiter de l’endroit spécial qu’est le parc sans nuire à son intégrité écologique. Par conséquent, la direction du parc doit faire en sorte que toutes les décisions prises à l’égard du parc tiennent compte de l'interdépendance complexe et du caractère dynamique des écosystèmes, ainsi que de leur capacité de résister aux agents stressants. Ensemble, nous pouvons y arriver.

La clé de l'avenir : l'intégrité écologique...

Comment préserver l'intégrité écologique?

Pour maintenir l'équilibre de la nature, nous devons être attentifs à l'impact que nous avons sur elle.
Pour maintenir l'équilibre de la nature, nous devons être attentifs à l'impact que nous avons sur elle.
© Parcs Canada / J. Pleau

Notre principal objectif est de préserver l'intégrité écologique, c'est-à-dire que nous voulons préserver la santé des écosystèmes des parcs nationaux. Un écosystème est une unité écologique formée par un milieu physique donné et tous les organismes qui y vivent. C’est une unité complexe en perpétuelle évolution. Comme les êtres humains font partie intégrante des écosystèmes naturels, le fait de maintenir ces derniers en santé contribue à l'amélioration de notre existence. À l’heure actuelle, le personnel de la Conservation des ressources du parc national de l'Île-du-Prince-Édouard élabore un programme de surveillance de l’intégrité écologique qui tient compte de quatre indicateurs écologiques, soit la forêt, les terres humides, les zones côtières et les écosystèmes aquatiques en eau douce. Il prévoit, pour chaque indicateur écologique, un ensemble de mesures comprenant tous les éléments écologiques du Cadre d’intégrité écologique, soit la biodiversité, les processus et les fonctions, ainsi que les agents stressants. Ces mesures permettront de déterminer l’état (la situation actuelle) des indicateurs et, grâce à la surveillance à long terme, de déterminer la tendance (amélioration ou détérioration) de la santé de l’écosystème. Grâce à la surveillance écologique, nous pourrons établir si l’intégrité écologique se détériore ou a besoin d’être améliorée et en quels endroits, ce qui nous permettra de cibler les travaux de remise en état et la recherche, ainsi que de fixer des priorités.

Agents stressants

Les stress exercés sur le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard, autant de l'intérieur que de l'extérieur de ses limites peut en altérer les ressources naturelles si rien d'efficace n'est fait pour les contrer. Voici certains des agents stressants qui nous préoccupent et qui sont prioritaires dans le cadre des activités de recherche et de surveillance.

Des trottoirs de bois et des tapis marquent l'accès aux plages.
Des trottoirs de bois et des tapis marquent l'accès aux plages.
© Parcs Canada / J. Sylvester

Utilisation par les visiteurs

Le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard est l'un des parcs nationaux les plus fréquentés en été. Le système de zonage est l'une des façons d'en protéger ses ressources fragiles. Cet outil de gestion basé sur les ressources sert à établir l’importance relative qu’il convient d’accorder à la protection des ressources et à l’utilisation des terres du parc par les visiteurs. Ces derniers doivent faire leur part, c'est-à-dire rester à l'écart des zones fermées, emprunter les sentiers désignés et marcher ou rouler à vélo au lieu de conduire.

Changement climatique

L'Île-du-Prince-Édouard est l'une des régions du pays les plus vulnérables aux effets du réchauffement planétaire (érosion côtière, mouvement des espèces, infestation par des insectes ou maladies). La côte est très sensible aux impacts de la hausse du niveau de la mer et de la violence accrue des tempêtes. Cet agencement accélérera les inondations et l’érosion côtières, changera la dispersion des sédiments, modifiera la nappe phréatique et altérera la composition chimique de l’eau dans la zone intertidale et littorale. Par conséquent, les modes d’utilisation de certaines plages par les visiteurs pourraient changer de même que l’intégrité de l’infrastructure du parc.

Fragmentation des habitats

Les habitats fragmentés par l'aménagement de routes et de terrains de stationnement, les cultures ou d'autres activités humaines sont moins en mesure d'assurer la survie des espèces sauvages. Les activités agricoles et forestières ont beaucoup réduit et fragmenté une grande partie de l’habitat naturel de l’Île-du-Prince-Édouard. Les petits mammifères sont particulièrement sensibles à la fragmentation de l’habitat. La fragmentation des habitats forestiers du parc sera réduite grâce à des travaux de remise en état.

Activités à l'extérieur du parc

L'agriculture et d'autres modes d'exploitation des terres situées à l'extérieur du parc peuvent avoir une incidence sur ses ressources. Nous incitons les gens à adopter des pratiques de bonne intendance et favorisons le développement durable des collectivités. Il est impossible de gérer efficacement l’intégrité écologique du parc national sans tenir compte de l’incidence de l’utilisation des terres avoisinantes. Le parc collabore (participe en tant que partenaire à des groupes de travail, des programmes, etc.) donc avec des personnes à l’extérieur du parc pour tenter de régler des problèmes importants dans le parc.