Parc national du Canada Pukaskwa

Examen du Plan directeur

Bulletin - Avril 2010

Lac À-MI-Chemin
Lac À-Mi-Chemin, parc national Pukaskwa
© Parcs Canada

Pukaskwa

Situé sur le territoire ancestral des Anishinaabeg, le parc national Pukaskwa a été ouvert au public officiellement en 1983. C'est à cet endroit que le Bouclier canadien touche le lac Supérieur, étendue d'eau douce la plus vaste au monde. Ce paysage vallonné aux montagnes érodées où vivent de grands mammifères, comme l'orignal, l'ours noir et le caribou des bois, est sillonné de rivières et ruisseaux torrentueux et couvert de forêts d'épinettes noires, de pins gris et de bouleaux gris. Il est également composé de caps rocheux, d'anses abritées et de plages de sable et de galets.

Les Anishinaabeg (ou Ojibways) habitent la rive nord du lac Supérieur, un territoire qu'ils connaissent depuis des générations.

À la fin du XVIIe siècle, cette région a été exploitée pour ses ressources comme la fourrure et le bois d'œuvre, puis pour ses minerais et la production d'hydroélectricité. De nos jours, l'industrie du tourisme vient compléter le tableau. En effet, Pukaskwa compte parmi les attractions touristiques les plus importantes d'un réseau de parcs et de lieux historiques nationaux, provinciaux et d'État situés dans le bassin du lac Supérieur. Créée en 2007, l'aire marine nationale de conservation du Lac Supérieur est le membre le plus récent de ce réseau. Situé à proximité de plusieurs communautés des Premières nations et de la ville de Marathon, le parc couvre une superficie de quelque 1 900 kilomètres carrés. L'avant pays offre un camping semi aménagé, un centre d'accueil et une aire d'interprétation anishinaabeg. Dans l'arrière pays, soit en milieu sauvage, les visiteurs peuvent faire de la randonnée pédestre sur une piste côtière spectaculaire de 60 kilomètres ou pagayer le long de la rive ou sur les rivières White et Pukaskwa. Les visiteurs peuvent apprécier la beauté spectaculaire de Pukaskwa grâce aux nombreux sentiers de randonnée et aux nombreuses possibilités de pratiquer le canot ou le kayak.

Bien que la majorité des visiteurs de Pukaskwa soient des Ontariens principalement du Nord de la province, le parc accueille également des Canadiens d'ailleurs, des Américains et des visiteurs de partout dans le monde. Notre but est de s'assurer que les Canadiens et autres visiteurs puissent découvrir cet endroit exceptionnel tout en le laissant intact pour les générations futures.

Nous vous invitons...

...à nous faire part de votre point de vue et de votre opinion et à vous exprimer en contribuant au renouvellement du Plan directeur du parc national Pukaskwa.

Un plan directeur est un guide stratégique de gestion d'un parc national pendant dix à quinze ans. Il fournit une orientation générale pour la protection des ressources naturelles et culturelles, l'expérience du visiteur, la diffusion externe et l'éducation du public. Il s'agit d'un document de responsabilisation essentiel à l'intendance du parc et à la reddition de compte auprès des Canadiens. Il est signé par le ministre et déposé au Parlement. Une équipe de planification a examiné les données relatives aux ressources écologiques et culturelles du parc, aux services qui y sont offerts et aux habitudes de ses visiteurs. Elle a élaboré les propositions présentées dans ce bulletin.

Le nouveau Plan directeur tiendra compte des intérêts de Parcs Canada ainsi que de ceux des Premières nations, des partenaires et des intervenants de la région, de la collectivité locale et du grand public. Pukaskwa est votre parc, et votre opinion nous permettra de rester sur la bonne voie. Aidez nous à planifier l'avenir d'une des plus spectaculaires étendues au Canada.

Robin Heron, directrice
Parc national Pukaskwa

Nos réalisations depuis le dernier examen du Plan directeur

Le dernier Plan directeur du parc national Pukaskwa date de 1995. Voici ce que le parc a accompli depuis :

Offrir aux visiteurs des expériences enrichissantes

  • Le parc a ouvert le camp anishinaabeg destiné aux communautés des Premières nations afin qu'elles puissent faire connaître leur culture aux leurs et aux visiteurs du parc.

  • Il a amélioré le terrain de camping de l'anse Hattie en construisant une nouvelle installation pour fournir de l'eau potable et en modifiant certains emplacements de camping pour accueillir un plus grand nombre de véhicules récréatifs.

  • Il a mis en œuvre un nouveau système de réservation pour le camping dans l'arrière pays et élaboré des permis d'exploitation commerciale pour satisfaire les visiteurs en quête de solitude dans l'arrière pays.

Joindre les Canadiens dans leurs collectivités et les écoles

  • Le parc a créé une série de trousses multimédias (accessoires, ressources, livres, vidéos et plans de leçon) pour aider les enseignants à faire connaître la géologie de Pukaskwa, sa faune ainsi que la culture des Premières nations aux élèves de la région.

  • Il a établi des partenariats avec les écoles de la région pour organiser des ateliers de composition de chansons sur Pukaskwa.

  • Il a collaboré avec les collectivités pour offrir aux étudiants des stages et des possibilités d'emploi au parc.

Maintenir l'intégrité de l'écosystème du parc

  • Le parc a réalisé et mis en œuvre un plan approuvé de gestion du feu.

  • Il a intégré les valeurs propres au parc aux décisions touchant la gestion des terres adjacentes en collaborant avec des groupes d'intervenants.

  • Il a mené une étude exhaustive sur les grands mammifères (prédateurs/proies).

Processus d'élaboration du Plan directeur

Randonnée dans l’arrière-pays Randonnée dans l’arrière-pays, parc national Pukaskwa
© Parcs Canada

Pour élaborer un nouveau plan directeur, nous avons d'abord réuni tous les renseignements généraux disponibles dans un document intitulé Rapport sur l'état du parc, qui traite de l'état des indicateurs et des tendances en tenant compte du point de vue des Autochtones, de l'intégrité écologique, des espèces en péril, des ressources culturelles et de l'expérience du visiteur.

Puis, nous avons nommé un planificateur du parc qui a travaillé avec une équipe composée d'employés du parc et de l'unité de gestion. Ensemble, ils ont examiné les enjeux et les possibilités, et voici quelques unes de leurs recommandations :

  • Il faut établir des liens durables avec les Premières nations de la région, notamment en respectant leurs droits ancestraux, et s'efforcer de prendre en compte leurs intérêts en leur offrant entre autres des possibilités d'emplois et des occasions d'affaires;

  • Il faut susciter et maintenir l'intérêt des Canadiens à l'égard du parc en le rendant pertinent et significatif à leurs yeux pour les inciter à y revenir. Pour cela, nous devons mieux comprendre les besoins et les attentes des visiteurs;

  • Il faut assurer la protection et la surveillance des écosystèmes – notamment ceux de la côte du lac Supérieur et de l'arrière pays, y compris ses populations de cerfs, de caribous des bois, d'orignaux et de loups – afin que les visiteurs du parc continuent de profiter de sa remarquable vie sauvage.
L'équipe a ensuite établi la portée du plan, précisé la vision et les stratégies clés présentées dans ce bulletin et en a informé les Premières nations et les Métis de la région, ainsi que les intervenants et le grand public. Nous avons tenu une première série de rencontres avec les peuples autochtones. Les commentaires que nous avons recueillis de tous les participants serviront à rédiger l'ébauche du plan.

Proposition d'orientation future pour le parc

Créer une vision commune

Photo 1: Canotage à Pukaskwa - Photo 2: Promenade en traîneau à chiens, Fête de la neige à Pukaskwa - Photo 3: Promenade près de l’anse Hattie,parc national Pukaskwa
Photo 1: Canotage, parc national Pukaskwa - Photo 2: Promenade en traîneau à chiens, parc national Pukaskwa - Photo 3: Promenade près de l’anse Hattie, parc national Pukaskwa
© Parcs Canada

Lorsqu'il est question de l'avenir du parc national Pukaskwa, il faut tenir compte de ce que représente ce territoire pour les peuples autochtones, les membres de la collectivité et le grand public. L'équipe de planification aimerait proposer les éléments suivants qui pourraient être intégrés à une vision commune propre à Pukaskwa :

  • Terre des Anishinaabeg : Le lien spirituel qui unit les Anishinaabeg à leur territoire est reconnu, compris, respecté et souligné.

  • Une expérience transformatrice en milieu sauvage : Avec sa forêt boréale, sa rive naturelle spectaculaire et sa faune emblématique du Canada, Pukaskwa offre aux visiteurs d'ici et d'ailleurs la possibilité de découvrir un paysage pratiquement inchangé depuis des milliers d'années.

  • Une aire protégée essentielle : En tant que membre d'un réseau d'aires protégées dans le bassin du lac Supérieur, Pukaskwa est un protecteur exemplaire des espèces indigènes et des biens culturels.

  • Un lieu d'apprentissage : Les membres de la collectivité, les visiteurs de Pukaskwa ainsi que le grand public voient le parc comme un lieu d'apprentissage unique. Le lien qui unit les gens à cette terre repose sur l'enseignement traditionnel des Premières nations, l'interprétation professionnelle et les excursions en milieu sauvage.

  • Un patrimoine commun : Pukaskwa est reconnu comme étant un bâtisseur de la collectivité en raison de la collaboration dont il fait preuve dans la prise de décisions. Quelle est votre vision pour le parc? Comment voyez vous le parc dans dix à quinze ans? Nous vous invitons à examiner ces éléments et à nous soumettre vos idées.

Aller de l'avant

Rivière White
Rivière White, parc national Pukaskwa
© Parcs Canada

Nous vous invitons à examiner les trois stratégies et les deux approches de gestion spécifiques proposées ci après. Elles visent à orienter l'avenir du parc national Pukaskwa et à nous permettre de faire face aux problèmes et aux défis et à tenir compte des résultats voulus pour l'expérience du visiteur, la diffusion externe, l'éducation du public et la protection des milieux naturel et culturel.

Une relation durable : Parcs Canada souhaite établir des relations solides et mutuellement profitables avec les peuples autochtones et propose un comité consultatif qui favorisera la participation des Premières nations avoisinantes en vue d'une gestion coopérative dans des domaines comme l'emploi, les possibilités d'affaires et l'intendance environnementale. Ce comité s'occuperait entre autres de l'interprétation culturelle, de la commémoration, du soutien à l'égard de l'utilisation traditionnelle du territoire et de l'intégration du savoir traditionnel à la programmation.

Un milieu sauvage préservé : Protégé et géré adéquatement, le milieu sauvage de Pukaskwa est un endroit où certaines espèces indigènes et certains processus naturels peuvent subsister. C'est aussi un endroit à découvrir et une source d'inspiration pour les visiteurs qui peuvent y vivre des expériences d'apprentissage. Le parc pourrait entre autres investir dans la recherche et la surveillance écologiques ainsi qu'avoir recours à la diffusion externe et à l'éducation du public pour renseigner les gens sur la valeur de l'écosystème. Il pourrait également établir des partenariats avec les gestionnaires fonciers, les écoles, les universités et d'autres intervenants des environs pour trouver des façons de promouvoir et d'améliorer la protection du milieu sauvage.

Un lien « supérieur » : Parcs Canada propose de faire connaître davantage l'esprit de Pukaskwa aux Canadiens et d'éveiller en eux un sentiment d'appartenance. Il pourrait élaborer une stratégie visant à orienter les expériences offertes aux visiteurs, mettre sur pied un programme de marketing et de promotion ciblé, investir dans les infrastructures afin qu'elles répondent mieux aux attentes des visiteurs et inciter plus de visiteurs à participer à des programmes axés sur leurs intérêts et leurs attentes.

Gestion spécifique à un secteur – anse Hattie : Le secteur de l'anse Hattie permet aux visiteurs de découvrir le milieu sauvage du parc à partir d'un terrain de camping semi aménagé, doté de sentiers et d'installations bien conçus. Parcs Canada propose de réexaminer le concept appliqué dans ce secteur afin qu'il tienne compte des besoins et des attentes des visiteurs. Parallèlement, il souhaite renforcer sa relation avec les Premières nations de la région en réservant une place à l'utilisation traditionnelle du territoire et en définissant leur rôle dans la gestion future du parc.

Gestion spécifique à un secteur – rive du lac Supérieur : Le secteur côtier du lac Supérieur est l'endroit le plus fréquenté de l'arrière pays, mais également le plus fragile sur le plan environnemental. Parcs Canada propose de réexaminer le concept appliqué à ce secteur afin qu'il tienne compte des modèles de fréquentation, des attentes des visiteurs et des données relatives aux espèces en péril.

Qu'en pensez vous?

Les parcs nationaux ont été créés afin d'être protégés et mis en valeur au nom de la population canadienne. Votre connaissance du territoire, vos expériences dans le parc et l'avenir que vous envisagez pour ce dernier nous tiennent à cœur. Nous ne pouvons planifier efficacement l'avenir du parc sans connaître vos attentes en ce qui a trait aux services, aux activités et aux installations. De plus, en tant que visiteur, votre expérience dans le parc devrait être agréable, et nous aimerions que vous la fassiez connaître à d'autres.

Vos commentaires devraient porter sur les points suivants :

  • Votre vision pour le parc : « Le parc national Pukaskwa devrait être un endroit où… »

  • Tout problème ou toute possibilité que vous aimeriez porter à notre attention.

  • D'autres orientations en matière de gestion qui n'ont pas été mentionnées dans le présent document, mais qui, selon vous, devraient y figurer.
  • Tout autre sujet que vous jugez pertinent.

Comment participer

  • Écrivez nous
    Courriel : plan.pukaskwa@pc.gc.ca
    Courrier : Examen du Plan directeur de Pukaskwa, C.P. 212, Heron Bay ON P0T 1R0
    Télécopieur : 807 229 2097

  • Adressez vous à un représentant de l'équipe de planification
    Robin Heron (directrice) : 807 229 0801
    Bill DeGrace (planificateur du parc) : 613 938 5942

  • Rendez vous à l'immeuble de l'administration du parc
    L'immeuble est ouvert de 8 h 30 à 16 h 30, du lundi au vendredi

  • Laissez nous un message indiquant votre point de vue, vos questions ou vos idées
    Composez le 807 229 0801

Vous avez jusqu'au 1er septembre 2010 pour nous faire part de votre opinion, de vos commentaires et de vos idées.

Prochaines étapes

Havre d’Old Dave, île Otter
Havre d’Old Dave, île Otter, parc national Pukaskwa
© Parcs Canada

L'équipe de planification continuera de rencontrer les Premières nations et les Métis et prévoit tenir des réunions avec les partenaires et les intervenants. Après avoir recueilli vos commentaires et les avoir examinés attentivement, le planificateur du parc, de concert avec l'équipe de planification, rédigera une nouvelle ébauche du Plan directeur qui comprendra une vision et des stratégies fondées sur vos observations. Le plan définitif brossera un tableau de l'état voulu du parc dans l'avenir et exposera des objectifs et des mesures que le parc pourra gérer avec succès au cours des prochaines années. Le Plan directeur de Pukaskwa doit être terminé d'ici décembre 2010. Le nouveau Plan directeur sera rendu public une fois qu'il aura été approuvé.

Votre opinion compte, merci!