Parc national du Canada de la Pointe-Pelée

Gestion du Parc

Bulletin sur l’examen du plan directeur du parc - Janvier 2010

Version Imprimable (PDF, 1.15 Mo)

Partager la passion, Partager le leadership

Nous désirons vous inviter à partager votre point de vue, à nous donner votre avis et à vous faire entendre en participant à l’examen et au renouvellement du plan directeur du parc national de la Pointe-Pelée.

Chaque parc national du Canada dispose d’un plan directeur qui énonce la vision à long terme et qui établit l’orientation stratégique encadrant la gestion du parc. Ce plan, valide pour quinze ans, est un document tourné vers l’avenir qui est examiné publiquement tous les cinq ans. Il est signé par le ministre de l’Environnement et présenté au Parlement. C’est principalement au moyen de ce document que Parcs Canada rend des comptes aux Canadiens.

Le plan directeur du parc national de la Pointe-Pelée doit être renouvelé afin de tenir compte des possibilités et des défis actuels concernant la conservation, l’expérience du visiteur et l’apprentissage, ainsi que des changements locaux, régionaux et nationaux sur le plan de l’environnement, de la société et du développement économique. Une partie essentielle de l’examen du plan consiste à joindre les Canadiens (partager la passion, partager le leadership) afin qu’ils contribuent à façonner l’avenir du parc.

Mandat de Parcs Canada

Au nom de la population canadienne, nous protégeons et mettons en valeur des exemples représentatifs du patrimoine naturel et culturel du Canada, et en favorisons chez le public la connaissance, l’appréciation et la jouissance, de manière à en assurer l’intégrité écologique et commémorative pour les générations d’aujourd’hui et de demain.

« Partagez votre passion et votre leadership », et vous nous aiderez à rester sur la bonne vole en vue de protéger et de mettre en valeur le parc national le plus méridional du Canada.

Le parc national de la Pointe-Pelée a été établi en 1918 dans le but de reconnaître que l’endroit est une halte importante pour les oiseaux migrateurs d’Amérique du Nord. Le parc est représentatif de l’environnement de la zone carolinienne des basses terres du Saint-Laurent. Cette zone se trouve dans la partie la plus au sud de l’Ontario et abrite la plus grande biodiversité au Canada. Au sein de ce parc de 15,5 km2, on trouve des écosystèmes très variés, notamment une savane, un marais, une forêt, une forêt marécageuse, des dunes et une plage. L’île Middle, qui fait partie de l’archipel du bassin ouest du lac Érié, a été intégrée au parc en 2000. Dans ces écosystèmes vivent un nombre important d’espèces de plantes et d’animaux en péril. Le parc protège une icône nationale, soit l’endroit le plus au sud de la partie continentale du Canada. Pointe-Pelée est un parc de jour ouvert toute l’année, qui accueille en moyenne plus de 200 000 visiteurs chaque année.

Le parc est situé dans l’une des régions les plus diversifiées culturellement au Canada, accessible en une heure de route par plus d’un demi million de Canadiens. Si l’on tient compte à la fois des Canadiens et des Américains, plus de 46 millions de personnes vivent dans un rayon de 450 kilomètres du parc national de la Pointe-Pelée.

Pointe-Pelée, l’un des plus petits parcs nationaux du Canada, est entouré d’un paysage qui a été modifié de façon importante. Une très grande partie de la région a été défrichée en vue de servir à l’agriculture, à l’industrie et au développement urbain. Ce parc, une île de verdure dans un océan de vie humaine, est vulnérable à l’environnement qui l’entoure.

Les défis et les possibilités que représentent la protection et la mise en valeur continues du parc national de la Pointe-Pelée sont liés à cette juxtaposition, qui met l’accent sur l’importance et la fragilité écologiques du parc et illustre le rôle primordial qu’il est appelé à jouer pour offrir aux Canadiens la possibilité de profiter de leur patrimoine et de se rapprocher de cet endroit particulier.

L’homme exploite ce territoire depuis au moins 6 000 ans, alors que les peuples des Premières nations campaient, chassaient et habitaient sur la péninsule. Leur lien avec cet endroit demeure pertinent encore aujourd’hui puisque les bandes de Caldwell et de Walpole Island assument des responsabilités relativement à l’environnement et aux formes de vie qu’on trouve sur cette terre, qui fait partie de leurs territoires traditionnels. Au cours du dernier siècle et demi, des colons se sont installés à la pointe Pelée. Bien que les pratiques d’exploitation forestière, de pêche, de chasse, d’agriculture et de villégiature ne soient plus permises dans le parc national, de nombreuses familles de la communauté locale ont encore de forts liens ancestraux avec l’endroit. Parmi les communautés conservant des liens avec le parc, on trouve le comité consultatif des citoyens, dont les racines remontent à 1925, le camp communautaire Henry pour jeunes, qui se trouve dans le parc depuis le début des années 1930, les Friends of Point Pelee, qui travaillent à l’amélioration de l’expérience du visiteur et qui soutiennent la conservation des ressources naturelles et culturelles du parc depuis 1981, et les nombreux bénévoles qui consacrent chaque année plus de mille heures au parc.

Parcs Canada désire que cet endroit continue d’accueillir les prochaines générations de Canadiens à la recherche de découvertes, de moments agréables et d’occasions d’apprentissage. Pour arriver à partager la passion et à partager le leadership, Parcs Canada devra collaborer avec de nombreux partenaires, intervenants et Canadiens au sein du parc et à l’extérieur de celui ci. Le présent bulletin vise, en vue des consultations sur l’examen du plan directeur, à donner des renseignements généraux concernant les principaux défis que le parc devra relever et les occasions qu’il devra saisir, à présenter les éléments de la vision et à proposer les principales stratégies et approches qui seront adoptées dans l’avenir. Nous espérons que ce bulletin vous encouragera à nous faire part de vos points de vue, de vos préoccupations, de vos opinions et de vos idées afin de nous aider à façonner le plan directeur du parc, à déterminer les secteurs où nous devrions concentrer nos efforts au cours des cinq prochaines années et, finalement, à participer à la protection et à la mise en valeur du parc national de la Pointe-Pelée.

Réalisations accomplies depuis le dernier examen du plan directeur

La plupart des objectifs énoncés dans le plan directeur du parc national de la pointe pelée actuel (1996) ont été atteints. Le plan présentait des lignes directrices utiles et son exécution nous a permis de mettre en place des initiatives importantes dans les secteurs de la conservation, de l’expérience du visiteur et de l’apprentissage. Voici quelques unes d’entre elles.

Initiatives visant à favoriser l’offre d’expériences enrichissantes

  • La tour de la promenade du Marais a été rénovée.
  • L’initiative de financement Puissent les oiseaux continuer de chanter, menée en collaboration avec les Friends of Point Pelee, a permis d’amasser plus de 250 000 $ pour mettre en place une nouvelle exposition au centre d’accueil.
  • Un nouveau sentier a été créé, le sentier du Chêne à Chinquapin.
  • Une station de radio FM à faible puissance a été établie afin d’aider les visiteurs à obtenir de l’information sur les services et les programmes dès leur arrivée.

Initiatives visant à joindre les Canadiens dans leur communauté et leur école

  • Le parc a participé au Children’s Water Festival annuel, qui cible les élèves de 5e année des écoles de la région du comté d’Essex (environ 5 000 élèves).
  • Le parc a collaboré avec les partenaires provinciaux et régionaux de l’industrie du tourisme dans le cadre d’activités de promotion des destinations, de campagne de publicité, de renouvellement des produits d’ornithologie du parc, de publicité commune, etc.
  • Le parc a mis en œuvre le programme de diffusion externe « Park in Your Community » en participant à plus de 20 parades et festivals régionaux au cours de l’année.
  • Le parc a lancé une initiative de diffusion externe et d’éducation structurée dans les écoles comprenant des activités axées sur les programmes cadres de la 4e, de la 7e et de la 9e années, a participé aux journées de perfectionnement professionnel pour les enseignants afin de mieux les renseigner et a collaboré avec l’Université de Windsor en vue d’accueillir trois étudiants inscrits au baccalauréat en enseignement.

Initiatives visant à contribuer à la conservation de l’intégrité écologique

  • Le parc a procédé à la réintroduction du petit polatouche.
  • Le parc gère activement la population de cerfs de Virginie afin d’assurer la santé des communautés végétales.
  • L’écosystème terrestre s’est agrandi d’environ 200 hectares grâce à la réduction de l’empreinte humaine dans le parc et à la restauration de l’habitat.
  • Un programme de surveillance de l’intégrité écologique (PSIE) a été conçu et mis en œuvre pour le parc.
Où en sommes-nous dans l’examen du plan directeur?

Le Parc national de la Pointe-Pelée : Rapport sur l’état du parc présente un résumé de l’état actuel des principaux éléments du mandat de Parcs Canada (écosystèmes du parc, expérience du visiteur, compréhension et appréciation du public et ressources culturelles). Pour élaborer ce premier rapport concernant le parc, terminé en 2007, nous nous sommes servis des données de surveillance et des recherches disponibles afin d’évaluer l’état de chaque élément et de lui attribuer une cote (bon, passable ou faible). Le rapport est un document de référence très utile dans le cadre de l’examen du plan directeur.

Dans l’ensemble, l’état actuel du parc national de la Pointe-Pelée est jugé passable. Vous pouvez télécharger une copie du document Parc national de la Pointe-Pelée : Rapport sur l’état du parc à partir du site Web du parc : parcscanada.gc.ca/pointepelee.

Le Point Pelee National Park Management Plan Scoping Document établit le contexte de l’examen du plan directeur. Ce document d’orientation décrit les principaux enjeux et défis, propose des éléments à intégrer à la vision du parc ainsi que des stratégies et approches clés à retenir pour la gestion du parc, décrit les consultations publiques ayant eu lieu et résume les questions financières.

Nous commençons maintenant à tenir des consultations publiques en vue d’élaborer le nouveau plan directeur du parc. Ces consultations sont essentielles pour l’examen du plan directeur puisque les points de vue et les valeurs des Canadiens sont au cœur du plan directeur du parc. Pour que le parc national de la Pointe-Pelée connaisse un avenir positif, il faudra mobiliser les Canadiens en faisant appel à leur attachement pour cet endroit, partager leur passion pour le plaisir qu’on y trouve et s’engager à protéger et à mettre en valeur le parc à long terme.

Principaux enjeux et défis

Nous devons revoir et renouveler la gestion active de la conservation et les programmes de rétablissement existants dans le parc ainsi qu’en concevoir et en mettre en œuvre de nouveaux afin de préserver la multitude d’habitats caroliniens et de protéger les espèces en péril. Cet effort est nécessaire pour réduire les agents de stress écologiques qui comprennent les espèces exotiques envahissantes, les espèces surabondantes, la mortalité sur les routes, les contaminants et les régimes de perturbation disparus tels que les feux de forêt. Les stratégies, les collaborations et les partenariats à l’extérieur des limites du parc seront également nécessaires pour s’attaquer aux agents de stress à l’échelle du paysage comme la fragmentation des écosystèmes, la modification des processus associés au littoral tels que l’érosion et la perte d’habitats naturels. Étant donné le contexte écologique du parc et de la région, la protection et le rétablissement d’un nombre important d’espèces en péril représentent des tâches complexes qui nécessiteront une collaboration et des investissements continus.

Des recherches visant à mieux comprendre les visiteurs et les marchés potentiels ainsi que leurs besoins et valeurs doivent être effectuées, et il nous faut procéder à des investissements en vue de renouveler et de remodeler l’expérience du visiteur et l’infrastructure du parc selon une approche axée sur le marché. Le parc doit devenir plus accessible et plus attirant pour des personnes d’intérêts très variés. Il nous faut aussi augmenter le nombre de visiteurs, favoriser un sentiment d’attachement et améliorer la pertinence de l’endroit. De plus, il nous faut élaborer une stratégie générale de diffusion externe afin d’interpeler les Canadiens qui ne visitent pas le parc dans le but de leur donner l’occasion de découvrir et de connaître les ressources naturelles et culturelles protégées par le parc, les réussites importantes en matière de conservation et les nombreuses histoires qui témoignent du caractère patrimonial de l’endroit.

Parcs Canada collabore déjà avec la bande de Caldwell et la bande de Walpole Island. Toutefois, il lui faut à présent établir des relations de consultation structurées afin de faciliter le soutien et l’engagement envers la conservation, l’expérience du visiteur et les occasions d’apprentissage, ainsi que pour organiser des activités culturelles traditionnelles et obtenir des retombées économiques.

Les ressources culturelles du parc comprennent des sites de sépulture, des sites archéologiques relatifs à des habitations autochtones, des camps de portage, des fermes et des chalets ainsi que des centaines d’artéfacts connexes. Étant donné que les êtres humains ont des liens avec cette terre depuis des milliers d’années, le parc est doté d’une histoire riche et diversifiée. C’est pourquoi il nous faut également concevoir une stratégie de gestion des ressources culturelles comprenant un énoncé sur la valeur des ressources culturelles, une évaluation des facteurs liés à la protection et aux communications ainsi qu’une description des possibilités relatives à l’expérience du visiteur et à l’apprentissage.

De nombreuses personnes et organisations partagent les intérêts de Parcs Canada quant à l’avenir du parc national de la Pointe-Pelée. Grâce à ces consultations, Parcs Canada pourra explorer les possibilités de partenariats qui contribueront à faire avancer les trois principaux éléments de son mandat : la protection, l’éducation et l’expérience du visiteur.

Éléments proposés pour la vision du parc

En 2018, le parc national de la Pointe-Pelée célébrera son 100e anniversaire. Les éléments proposés ci dessous visent à peindre une image inspirante de l’état dans lequel nous voudrions que soit le parc lorsqu’il franchira cette étape importante de son histoire.

  • Le parc national de la Pointe-Pelée est une oasis de verdure à l’extrémité sud du Canada. Il abrite une grande diversité de plantes et d’animaux caroliniens, notamment de nombreuses espèces rares et en péril. Environnement dynamique, le parc s’anime au chant des oiseaux migrateurs au printemps, bourdonne au craquettement des cigales en été, frémit sous les battements d’ailes des monarques à l’automne et se tait en hiver pour laisser place à la quiétude. Le parc est un endroit unique et magique, source de souvenirs impérissables.
  • Les visiteurs se rapprochent de la nature en parcourant la promenade, les plages et les sentiers, et ils profitent de moments mémorables passés en famille ou entre amis en s’adonnant à une panoplie d’activités conçues pour répondre à leurs besoins et à leurs intérêts, comme le canot, l’ornithologie, le vélo et les pique niques.
  • Les visiteurs ont l’occasion de découvrir la mosaïque particulière d’habitats du parc et de s’en rapprocher. Le marais d’eau douce côtier, le cordon littoral, les dunes, la forêt marécageuse et la savane dont l’importance est reconnue à l’échelle internationale sont protégés et restaurés afin que les espèces indigènes, dont plusieurs sont en péril, puissent non seulement survivre, mais aussi s’épanouir.
  • L’histoire de cette ressource patrimoniale irremplaçable est présentée sur Internet ainsi que par l’entremise de divers nouveaux médias et de différentes activités d’éducation et de diffusion externe afin de faire connaître à tous les Canadiens les réussites et les défis relatifs à la protection et à la mise en valeur de ce patrimoine vivant.
  • La santé et la durabilité à long terme du parc, de ses habitats uniques et des espèces en péril qu’ils abritent sont assurées par le personnel passionné de Parcs Canada et grâce aux relations solides avec les voisins de la pointe Pelée. Parcs Canada est un chef de file de la conservation et, grâce à l’éducation, aux programmes expérientiels, à la science citoyenne, aux bénévoles et à l’intendance coopérative des terres, le parc s’est rapproché de la région et il est présent dans le cœur et l’esprit des Canadiens.
  • Les Premières nations, les Friends of Point Pelee, les communautés locales, les étudiants, les groupes environnementaux, les entreprises locales, les municipalités et les propriétaires ont tous joint leurs efforts afin d’assurer l’avenir du parc. La Pointe-Pelée a retrouvé sa pertinence et fait à nouveau partie de la vie des gens, non seulement dans la région, mais aussi à l’échelle nationale. Les Canadiens sont attirés par l’histoire des peuples migrateurs de la pointe Pelée, par les gens qui y vivent et par la pointe du parc. Le fait de savoir que le parc est fragile les pousse à le protéger, pour que d’autres personnes puissent en profiter.
  • Notre relation de consultation collaborative avec les Premières nations nous permet de les inclure dans tous les aspects de la gestion et de l’exploitation du parc ainsi que d’offrir aux visiteurs des expériences authentiques et de saisir les occasions de réaliser des retombées économiques.
  • Les visiteurs du parc peuvent vivre une expérience riche et fortement liée au récit des peuples ayant vécu à cet endroit pendant des millénaires.
Stratégies et approches de gestion proposées

Les cinq stratégies proposées visent à traduire la vision du parc national de la Pointe-Pelée en une orientation stratégique concrète, tout en abordant les principaux enjeux, défis et possibilités du parc. Les trois approches sectorielles sont proposées dans le but de mettre en œuvre la vision et les stratégies clés dans des secteurs de planification géographique précis du parc.

Au cours des cinq prochaines années, le parc national de la Pointe-Pelée recevra un investissement de 3,125 millions de dollars pour entreprendre de nombreuses initiatives, notamment la gestion active visant à préserver la mosaïque d’habitats caroliniens et plus particulièrement la savane et l’île Middle, pour participer à des études sur les rivages régionaux et pour établir un partenariat avec la Carolinian Canada Coalition en vue de relever les défis et de saisir les occasions liés à la conservation, à l’expérience du visiteur ainsi qu’à la compréhension et à l’appréciation du public. Les stratégies et approches proposées intègreront ces initiatives.

Respecter la septième génération : honorer le lien qui unit les Premières nations au parc national de la Pointe-Pelée

La bande de Caldwell fait référence à la pointe Pelée comme étant son foyer et la bande de Walpole Island prétend qu’elle fait partie de sa maison. Ces énoncés évocateurs illustrent l’importance pour ces Premières nations du parc national, qui est situé sur leurs territoires traditionnels. Dans un esprit de réconciliation et de respect, Parcs Canada continuera d’entretenir des relations avec la bande de Caldwell et la bande de Walpole Island. Leur participation à la planification de la gestion et à l’offre de services et de programmes au parc national de la Pointe-Pelée est essentielle.

Redéfinir le parc national de la Pointe-Pelée comme un endroit où on peut relaxer, s’amuser et se rapprocher de la nature

Les Canadiens et les visiteurs internationaux connaissent le parc national de la Pointe-Pelée comme le parc national le plus au sud du Canada, un refuge pour la vie sauvage, y compris pour de nombreuses espèces en péril, ainsi qu’un endroit où l’on peut relaxer, s’amuser et se rapprocher de la nature. En adoptant une approche fondée sur le marché qui mobilise les visiteurs actuels et potentiels et qui augmente la valeur, nous pourrons atteindre l’objectif qui consiste à favoriser l’attachement personnel au parc de la Pointe-Pelée et à faire connaître davantage Parcs Canada. Nous mettrons l’accent sur la mise en place d’éléments favorisant une expérience du visiteur de grande qualité, axée sur les attributs naturels et culturels du parc. La découverte du parc et de ses nombreuses facettes ainsi que le fait de s’y amuser peuvent mener à la compréhension et à l’intendance de celui ci.

Le parc est reconnu internationalement comme une halte des oiseaux migrateurs et des monarques. L’expérience du visiteur au parc national de la Pointe-Pelée sera rafraîchie, revitalisée, améliorée et élargie afin de joindre de nouveaux marchés, d’attirer plus de visiteurs et de tirer profit des occasions subséquentes liées à la diffusion externe et à l’engagement.

S’engager dans la restauration de la mosaïque d’habitats caroliniens

La restauration de la mosaïque d’habitats caroliniens et le rétablissement d’espèces en péril protégées dans le parc national de la Pointe-Pelée améliorent la santé des écosystèmes du parc et revitalisent l’expérience du visiteur en offrant à ce dernier davantage d’occasions de faire des découvertes et de s’attacher à l’endroit. De plus, ils permettent de concevoir de nouveaux programmes d’activités de diffusion externe visant à faire connaître l’initiative de conservation aux Canadiens, que ce soit dans leur foyer, leur école, leurs loisirs ou leur communauté. Au cours de cinq prochaines années, nous concentrerons nos efforts sur l’habitat le plus rare et le plus menacé de la partie continentale du parc, soit la savane du cordon sablonneux du lac Érié (située le long des plages de la côte et dans des régions ayant été défrichées dans le passé), ainsi que sur la mise en œuvre du Plan de conservation de l’île Middle.

Collaborer à la conservation

Il est essentiel d’améliorer et d’élargir nos efforts de collaboration avec les Premières nations, les communautés locales, les partenaires, les intervenants, les visiteurs du parc et le public canadien dans le grand écosystème du parc et au-delà de celui ci, afin d’obtenir la reconnaissance, la compréhension et la collaboration nécessaires pour atteindre nos buts en matière de conservation et d’éducation. Les écosystèmes du parc national de la Pointe-Pelée continueront d’être protégés grâce à la collaboration de nombreux partenaires au sein du parc et à l’extérieur de celui ci en vue d’appuyer la gestion durable et la conservation, qui tiennent compte des besoins écologiques, culturels, économiques et sociaux.

Protéger les ressources culturelles

Depuis très longtemps, les hommes et la pointe Pelée sont étroitement associés. Par conséquent, le parc est riche en ressources culturelles. Nous tiendrons compte de la gestion de ces ressources au moment d’entreprendre des activités de conservation ou de repenser l’expérience du visiteur. En collaboration avec les Premières nations et d’autres partenaires ayant des liens avec le parc national de la Pointe-Pelée, nous porterons une attention particulière à l’intégration de cette histoire à l’expérience du visiteur et aux produits et programmes de diffusion externe.

En plus de ces cinq stratégies clés, nous proposons trois approches sectorielles.

Partie continentale : rive ouest

C’est dans cette mince partie de moins de 5 km2 que se déroulent la plupart des activités offertes aux visiteurs. Cette région comprend les plages de la côte ouest, la promenade du Marais, la maison Delaurier, plusieurs sentiers de randonnée et de vélo, le camp communautaire Henry pour jeunes, les terrains de camping de groupe, les nombreuses aires de pique nique, le centre d’accueil et la pointe. Comme on y trouve également des installations pour les visiteurs, des routes et d’autres infrastructures, il faut adopter une approche en gestion qui tente à la fois de répondre aux besoins des visiteurs et d’assurer la protection de l’intégrité écologique et des espèces en péril. Bien que les plages demeurent populaires, les visiteurs se déplacent de plus en plus vers les sentiers de la forêt et de la savane, les aires de pique nique ainsi que la promenade du Marais. La pointe du parc, l’endroit le plus au sud de la partie continentale du Canada, attire toujours beaucoup de visiteurs. Il nous faut donc renouveler les infrastructures afin d’assurer la sécurité du public et la qualité de l’expérience du visiteur ainsi que l’intégrité écologique.

Partie continentale : rive est et marais

Les deux tiers de la superficie de 15,5 km2 du parc sont occupés par un marais que l’UNESCO a nommé zone humide d’importance internationale. C’est pourquoi ce marais constitue une zone de préservation spéciale, selon les normes de zonage des parcs nationaux; les visiteurs y ont accès au moyen de la promenade ou d’embarcations non motorisées, principalement des canots et des kayaks. L’érosion accélérée le long de la rive a donné lieu à une diminution de la surface des plages de la côte est. La mince crête de la plage constitue le seul élément qui protège le marais du lac Érié. Si la situation continue de se détériorer, l’écosystème du marais pourrait se modifier, ce qui mènerait à la destruction de l’habitat et à la disparition de nombreuses espèces en péril. De plus, le marais est à présent un écosystème fermé, beaucoup plus petit que sa configuration naturelle, ce qui rend les espèces qui y vivent beaucoup plus vulnérables. L’objectif de Parcs Canada consiste à collaborer avec la communauté locale et tous les intervenants afin de trouver des solutions économiques et environnementales qui permettront de répondre aux besoins futurs de ce secteur.

Île Middle

L’île Middle a été ajoutée au parc national de la Pointe-Pelée en 2000 dans le but de protéger l’écosystème carolinien rare de l’île et neuf espèces en péril. La population de cormorans à aigrettes est trop importante et menace de dénuder l’île de sa flore ainsi que d’en extirper les animaux qui y vivent. En 2008, nous avons commencé à gérer activement la situation en vue de réduire le nombre de cormorans à un niveau qui permettrait de conserver la biodiversité naturelle de l’île, l’écosystème carolinien rare et les espèces en péril. Le Plan de conservation de l’île Middle décrit une stratégie de gestion adaptée fondée sur les connaissances scientifiques actuelles, la recherche, la surveillance et la collaboration avec les autorités de conservation provinciales, fédérales et américaines. Une proposition vise à ce que la région soit désignée zone de préservation spéciale étant donné les importantes caractéristiques écologiques de l’île et également pour des raisons de sécurité publique. Il sera très important d’élaborer un programme de communications intégrant l’éducation du public et la diffusion externe, les relations avec les médias et un volet Internet afin d’assurer la sensibilisation, la compréhension et le soutien de la population envers la conservation de l’écosystème au moyen de la gestion active.

Comment pouvez-vous contribuer à façonner l’avenir du parc national de la Pointe-Pelée?

Communiquez avec nous pour obtenir une Fiche de commentaires concernant l’examen du plan directeur du parc. Nous serons heureux de vous la faire parvenir.

  • Courriel : pelee.info@pc.gc.ca
  • Téléphone : 519-322-2365
  • Télécopieur : 519-322-1277

Nous recueillerons vos points de vue, commentaires, opinions et idées jusqu’au 12 février 2010.

Qu’arrivera-t-il ensuite?

Nous examinerons et analyserons les points de vue, commentaires, opinions et idées reçus par suite du bulletin, des rencontres publiques, des rencontres avec plusieurs intervenants et partenaires et des rencontres avec les Premières nations. Les éléments proposés pour la vision du parc serviront à peindre une image inspirante de l’état dans lequel nous voudrions que se trouve le parc dans cinq ans. Les stratégies et approches proposées seront adoptées, modifiées ou abandonnées selon les commentaires des Premières nations, des partenaires, des intervenants et du public. À l’aide de ces éléments et de l’orientation découlant du Plan d’entreprise de Parcs Canada, nous préparerons le plan directeur du parc national de la Pointe-Pelée. Le 31 mars 2010, ce plan directeur devrait être présenté au ministre de l’Environnement en vue d’être approuvé. Ensuite, le plan directeur du parc national de la Pointe-Pelée sera déposé au Parlement, puis rendu public.


N. B. : Vous avez besoin du logiciel Adobe Acrobat Reader pour lire la version PDF.

Si vous n'avez pas accès au site de téléchargement d'Adobe, vous pouvez télécharger le logiciel Acrobat Reader d'une page accessible.

Si l'accessibilité à un document PDF pose un problème, vous pouvez convertir le fichier en format texte HTML ou ASCII en utilisant l'un des services d'accès offerts par Adobe (en anglais seulement).