Parc national du Canada de la Pointe-Pelée

Migration d'automne

Tous les automnes, le parc national de la Pointe-Pelée et ses environs reçoivent la visite d'un nombre impressionnant d'oiseaux migrateurs. Contrairement à la migration printanière alors que la plupart des espèces ont un plumage brillamment coloré et chantent avec ardeur, la migration automnale met en vedette, la plupart du temps, des oiseaux au plumage terne qui, à part les cris d'appel, sont plutôt silencieux. Pour la plupart des espèces, la migration d'automne est une aventure beaucoup moins frénétique que la migration vers le nord au printemps. La migration automnale peut commencer dès la fin de juin et se poursuivre jusqu'à la mi-décembre. De façon remarquable, le grand Chevalier et les parulines à croupion jaune ont des migrations d'automne qui s'étendent respectivement sur cinq et quatre mois. La longue période de migration permet même aux observateurs les moins chevronnés d'étudier des espèces qu'ils auraient pu « manquer » pendant la migration printanière. Par exemple, l'aigle royal, le faucon pèlerin, le phalarope hyperboréen, le bécasseau à long bec, la petite Nyctale, les labbes, le bécasseau de Baird, le bécasseau à échasses et le bécasseau roussâtre (tous très rares au printemps) peuvent être vus régulièrement en automne. Au cours des dernières années, bien des ornithologues amateurs ont découvert que la Pointe-Pelée était un endroit tout aussi captivant pendant la migration automnale que pendant la migration printanière. De plus, les registres montrent que les observations extrêmement rares sont plus susceptibles de se produire en automne, malgré le nombre réduit d'observateurs à l'affût de telles raretés.