Parc national du Canada de la Pointe-Pelée

Migration printanière

Les raretés

Avoir la chance d'observer un oiseau rare est une expérience à la fois captivante et enrichissante pour un observateur d'oiseaux. Plusieurs centaines d'observateurs qui ratissent un secteur aussi restreint et productif que la pointe Pelée chaque printemps découvrent habituellement plusieurs espèces rares. Voir une paruline de Virginie, un engoulevent minime, un milan à queue fourchue, un moqueur des armoises ou un bruant de Cassin est une chance qui ne se présente qu'une fois dans la vie. Il faut toujours être tout à fait sûr d'une identification avant d'annoncer qu'on a observé un oiseau rare.

Dans le cas de certaines espèces rares, il est possible de prévoir quand, et même où, elles pourront être observées. La liste qui suit contient plusieurs des espèces rares les plus recherchées et indique les meilleures périodes pour les apercevoir. Il ne faut toutefois pas espérer en voir plus de quelques-unes au cours d'une excursion!

Fin mars

canard siffleur
oie rieuse

Début mai

grèbe à cou noir
héron garde-boeuf
pluvier siffleur
mouette atricille
pic à ventre roux
chevalier semipalmé
troglodyte de Bewick
paruline vermivore
paruline à capuchon
paruline à gorge jaune
bruant de Le Conte
bruant des plaines

Mi-mai

ibis falcinelle
râle élégant
pie-grièche migratrice
viréo de Bell
guiraca bleu
paruline orangée
paruline du Kentucky
carouge à tête jaune
tangara vermillon

Mi-mai/Fin mai
mouette de Franklin
dickcissel d'Amérique
bruant de Nelson

Fin mai
tyran de l'Ouest
moucherolle vert