Parc national du Canada de la Péninsule-Bruce

Géologie

Caverne surplombant la baie Georgienne
Caverne surplombant la baie Georgienne
© Parcs Canada/ Collection BP

L'escarpement du Niagara s'étend des chutes Niagara jusqu'à Tobermory. C'est l'épine dorsale de la péninsule qui longe la limite nord d'une grande partie du parc; elle est à l'origine de quelques-uns des paysages les plus spectaculaires de l'endroit. L'escarpement est formé d'une roche très ancienne.

Il y a environ 400 millions d'années, cette région était recouverte par une mer tropicale peu profonde qui grouillait de vie sous la forme d'animaux à l'allure de végétaux, de crustacés, de coraux vivants et de mollusques. C'était un environnement qui aurait ressemblé beaucoup au récif de la Grande Barrière d'aujourd'hui, en Australie. Quand cette mer a commencé à s'assécher, les minéraux dissous dans les eaux se sont concentrés de plus en plus. Le magnésium dans l'eau a été absorbé par le calcaire, qui s'est alors transformé en une roche un peu différente et plus dure, que l'on appelle dolomite.

Pointe en surplomb
Pointe en surplomb
© Parcs Canada/ Collection BP

Ce calcaire dolomitique plus dur forme une bonne partie de la roche des falaises de l'escarpement le long des rives de la baie Georgienne, dans le parc national de la Péninsule-Bruce. Aux chutes Niagara, la couche dolomitique supérieure résiste davantage à l'érosion que la roche en-dessous, d'où les falaises sculptées qui font la célébrité de la région.

Depuis la dernière époque glaciaire, les niveaux d'eau dans la région ont énormément fluctué. Le calcaire plus tendre a été creusé par l'action de l'eau, laissant en place de magnifiques falaises en surplomb à divers endroits le long de la rive. Ces falaises constituent le grand attrait des sentiers du lac Cyprus.

Pointe en surplomb
Pointe en surplomb
© Parcs Canada/ Collection BP
Là où l'érosion a fait son oeuvre plus profondément, des cavernes se sont formées, comme la grotte sur la rive entre le lac Marr et les sentiers de la baie Georgienne. De grands blocs de dolomite, sapés par l'action des vagues, ont déboulé de la falaise avant de s'enfoncer dans les eaux profondes et claires de la baie Georgienne.

Le calcaire est une roche qui est facilement creusée par l'eau, comme le montre bien l'apparence " sculptée " de bien des roches qui se trouvent dans le parc. Certaines roches sont couvertes de petits trous circulaires : ce " piquage " est causé par certains acides de l'eau qui attaquent la roche.