Parc national du Canada Ukkusiksalik

Comment s'y rendre

Les saisons de l'Arctique

Un mot sur le temps et l'endroit

Le parc national Ukkusiksalik est accessible depuis les collectivités de Rankin Inlet, Repulse Bay, Chesterfield Inlet, Baker Lake ou Coral Harbour. Vous pouvez y retenir les services de pourvoyeurs locaux qui vous transporteront en bateau jusqu’au parc pendant les mois de juillet et août. C’est un voyage de sept heures de la collectivité la plus proche; il est en outre possible d’organiser un vol nolisé de Baker Lake ou de Rankin Inlet.

Rankin Inlet est le plaque tournante du trafic aérien allant vers Repulse Bay, Chesterfield Inlet, Baker Lake et Coral Harbour. Des vols réguliers et nolisés sont offerts jusqu’à Rankin Inlet à partir de Winnipeg ou à partir d’Ottawa en passant par Iqaluit, ou à partir d’Edmonton en passant par Yellowknike. Quand vous faites vos réservations, prévoyez du temps dans votre itinéraire au cas où votre vol serait retardé en raison du mauvais temps.

Les saisons de l'Arctique

L’été (juillet et août) est la saison idéale pour visiter le parc. Il peut être possible de s’y rendre au printemps jusqu’à la débâcle (en mai). Nous vous déconseillons de visiter le parc en hiver en raison des dangers accrus liés aux ours, des conditions météorologiques et de l’obscurité. Veuillez communiquer avec le bureau de Parcs Canada à Repulse Bay (867) 462-4500 pour obtenir des renseignements courants.

Un mot sur le temps et l'endroit

Pendant des millénaires, les ancêtres des Inuits ont parcouru ce territoire. Ils savaient que, pour survivre, ils devaient se plier aux volontés de la nature et des éléments. Si le vent soufflait et que la température chutait, ils s'arrêtaient pour trouver refuge et poursuivaient leur route uniquement lorsque le temps redevenait clément. Encore aujourd'hui, les voyageurs inuits se laissent régir par le temps, les saisons et la nature.

La vie est dure en Arctique. Les voyageurs s'apercevront peut-être que leurs itinéraires entrent en conflit avec le rythme imposé par le vent, le froid et la tempête. Dans le Nord, il faut faire preuve de sagesse et, comme les Inuits, s'adapter aux caprices de la nature.

Les voyageurs prévoiront donc du temps dans leur itinéraire pour le cas où ils devraient se réfugier dans leur tente pendant des jours dans l'attente d'une accalmie. Ils disposeront de provisions supplémentaires et auront de la patience en réserve. Ils prévoiront quelques journées de plus pour le cas où une tempête ou une mauvaise visibilité les empêcherait de faire une correspondance. Ils sauront que le temps est imprévisible dans l'Arctique, et ils prendront même plaisir à laisser la nature, plutôt que les aiguilles d'une montre, établir leur horaire.

Surtout, les visiteurs auront une occasion en or de faire l'expérience de la vie dans une petite communauté nordique. Les quelques jours de plus qu'ils auront prévus pour leur aventure nordique seront pour eux non seulement un tampon de sécurité, mais aussi une facette essentielle et stimulante de l'expérience qu'ils seront amenés à vivre dans le Nord. Si vous avez un horaire rigide, vous courez le risque de garder de cette excursion exceptionnelle le souvenir d'une série de frustrations. Mais, si vous arrivez prêt à accepter l'Arctique tel qu'il est, il vous ouvrira son cœur.