Parc national du Canada Sirmilik

Patrimoine

Le parc national du Canada Sirmilik fait partie d'un réseau mondialement reconnu de parcs nationaux, de lieux historiques nationaux et d'aires marines nationales de conservation que gère le Canada. Les parcs nationaux racontent l'histoire naturelle du pays. Le parc national Sirmilik a été créé en 2001. Situé à l'extrémité nord de l'île de Baffin, près du détroit de Lancaster, il protège un territoire de 22 252 km2 qui représente les régions naturelles des Basses-Terres de l'Arctique Est et de Davis du Nord. Le parc est formé de quatre parcelles distinctes : l'île Bylot, la péninsule Borden, la baie Baillarge et la baie Oliver.

En été, le parc national Sirmilik sert d'habitat à la communauté aviaire la plus diverse de l'Extrême-Arctique. En effet, plus de 70 espèces d'oiseaux s'y réunissent, dont 45 espèces d'oiseaux nicheurs.
Points d'intérêt à l'intérieur et autour du parc national Sirmilik

Île Bylot - Akiat

Goose Camp, Ile Bylot © Tom Knight

L'île Bylot, un refuge d'oiseaux migrateurs, fait face à la pointe nord-est de l'île de Baffin, à l'endroit où le détroit de Lancaster se jette dans la baie de Baffin. La collectivité la plus proche, celle de Pond Inlet, se trouve à 25 km plus au sud, de l'autre côté du détroit d'Eclipse.

L'extrémité sud-ouest de l'île abrite 1 600 km2 de basses terres humides - un habitat de nidification idéal pour tout un éventail d'oiseaux chanteurs, d'oiseaux de rivage et d'espèces de la sauvagine, en particulier les oies. L'île Bylot accueille la plus grande colonie nicheuse de grandes oies blanches de l'Extrême-Arctique canadien. Ces oiseaux s'alimentent dans les polygones de toundra, les lacs thermokarstiques et les étangs où la végétation est abondante. L'Université Laval, au Québec, et le Service canadien de la faune exploitent un camp de recherche et de surveillance écologique des oies dans ce secteur.

L'île Bylot reçoit des niveaux relativement élevés de précipitations, ce qui contribue à la diversité de la flore. Plus de 360 espèces de plantes y ont été recensées, de même que 74 espèces d'oiseaux et sept espèces de mammifères terrestres.

Détroit de Lancaster - Tallurutiup imanga

Baleine boréale © Ministère des Pêches et des Océans

Ce très grand bras de mer, qui sépare l'île Devon et le parc national Sirmilik, renferme l'une des aires marines les plus productives de tout l'Arctique canadien. Il sert d'habitat à d'importantes populations d'oiseaux marins, ainsi qu'à des morses, à des ours polaires et à plusieurs espèces de phoques et de baleines. Porte d'entrée est du passage du Nord Ouest, le détroit de Lancaster est aussi un important couloir de transport maritime.

Baie Oliver - Kangiqluruluk

Baie Oliver © Tom Knight

Située à l'ouest et au sud de Pond Inlet, la baie Oliver débouche sur un immense fjord d'une saisissante beauté qui offre d'excellentes possibilités d'aventure aux plaisanciers, aux kayakistes et aux campeurs. Ses hautes falaises et ses glaciers de vallée créent des paysages qui figurent parmi les plus impressionnants du parc national Sirmilik, et ses eaux abritées sont libres de glace relativement tôt dans la saison estivale. La baie est flanquée par plusieurs glaciers alpins imposants qui représentent d'excellents lieux d'exploration. Le rivage est parsemé d'emplacements qui se prêtent au camping, et les hautes terres adjacentes offrent de nombreuses possibilités de randonnée d'une journée.

Détroit d'Eclipse - Tasiuja

Le détroit d'Eclipse est le principal couloir d'accès à l'île Bylot, à l'inlet Navy Board et à la péninsule Borden. Il est souvent paralysé par la banquise jusqu'au milieu de l'été, et il peut être dangereux de s'y aventurer en raison des vents forts, des courants et des hautes vagues. Le détroit abrite une riche vie marine, notamment des narvals et des ours polaires. Des icebergs spectaculaires viennent embellir encore davantage le paysage. Certains de ces îlots de glace s'échouent en eau peu profonde et restent piégés dans le détroit d'Eclipse pendant plusieurs années avant de repartir à la dérive dans la baie de Baffin.

Inlet Navy Board - Nalluata imanga

C'est par l'inlet Navy Board que la majorité des visiteurs accèdent à la péninsule Borden, ainsi qu'au cap Hay et au détroit de Lancaster. Les paysages sont impressionnants, et plusieurs glaciers descendent abruptement jusqu'au rivage, juste au nord de la pointe Low.

Péninsule Borden - Tiuralik

Baie Oliver © Christian Kimber

La péninsule Borden offre des possibilités de camping et de randonnée qui figurent parmi les meilleures du parc national Sirmilik. En été, les hauts plateaux panoramiques, les grandes vallées de rivière et les plaines de toundra sont tapissées de jolies fleurs sauvages. Il convient également de mentionner des formes de relief particulièrement intéressantes, les cheminées de fée Borden - des tours et des flèches de roches sédimentaires du substrat qui ont été sculptées par des siècles d'érosion éolienne et aquatique. Les cheminées de fée sont éparpillées ici et là dans la péninsule, généralement à deux ou trois jours de marche de l'inlet Navy Board. La vallée de la rivière Mala, qui débouche sur des paysages grandioses, représente une autre destination de choix pour les grands excursionnistes. Enfin, il ne faut pas oublier l'importante colonie d'oiseaux marins qui viennent nicher entre l'inlet Elwin et la baie Baillarge, du côté ouest de la péninsule.

Polynies - Sikujuittuq

Les polynies sont des zones d'eaux libres dans une mer gelée. Ces ouvertures dans la glace sont dues à un ensemble de facteurs, tels que les vents dominants, les marées, les courants locaux et les remontées d'eau du fond de l'océan. Les polynies ne gèlent pas pendant l'hiver : c'est le pendant arctique des oasis marines. Un grand nombre d'espèces animales fréquentent les zones de dislocation autour des polynies, notamment les phoques, les morses, les bélugas, les narvals et les ours polaires. Les polynies sont des lieux fertiles sur le plan biologique, et elles cachent une vie marine diversifiée et abondante, qu'il s'agisse de plancton, d'algues, de poissons ou d'autres petites espèces qui servent de nourriture aux gros prédateurs.

Colonie d'oiseaux marins de la baie Baillarge

Colonie de guillemot marmette © Service canadien de la faune

Dans la baie Baillarge, les énormes falaises qui plongent dans la mer offrent une aire de nidification à un grand nombre d'oiseaux marins. Les guillemots de Brünnich et les mouettes tridactyles cohabitent sur ces parois majestueuses pendant la période de nidification du printemps. Les oiseaux marins passent le reste de l'année en mer, dans l'Atlantique Nord.