Parc national du Canada Sirmilik

Géologie

Sirmilik est un mot inuktitut qui signifie le lieu des glaciers. Le parc est en grande partie constitué de hautes montagnes et de glaciers, même s'il abrite également de vastes plaines de toundra basse. Les monts Byam Martin, dans l'île Bylot, font partie de la Cordillère arctique, qui s'étend de l'extrémité est de l'île de Baffin jusqu'à l'île d'Ellesmere. Le parc recèle un grand nombre de caractéristiques géologiques intéressantes.

Vestiges de l'époque glaciaire

Des glaciers, des montagnes et des cirques sur l'Ile Bylot © Service canadien de la faune

La région a été sculptée à la fois par la glace continentale (l'inlandsis Laurentidien, formé lors de la glaciation wisconsinienne, a entamé son retrait il y a environ 6 000 à 8 000 ans) et par des glaciers alpins ou glaciers de cirque. Ces masses de glace ont agi sur le relief accidenté du parc, façonnant des sommets pointus, des crêtes et des vallées. Des pics de montagne appelés nunataks percent les champs de glace du parc.

Voici quelques vestiges de l'époque glaciaire qu'il est encore possible d'observer dans le parc :

  • Icebergs - énormes fragments de glace qui se détachent des glaciers. Ces spectaculaires sculptures de glace flottante peuvent être observées dans les eaux marines à longueur d'année, et il n'est pas rare d'en apercevoir entre Pond Inlet et l'île Bylot. Parfois, les icebergs sont charriés par les courants océaniques depuis des endroits aussi éloignés que le Groenland ou l'île Devon.
  • Moraines - monticules formés de débris rocheux qui ont été poussés par la glace en mouvement. Les moraines frontales ou moraines terminales marquent le point le plus bas atteint par le glacier en progression. Les moraines latérales, elles, révèlent la largeur du glacier.
  • Cirques - creux en forme de cuvette sculptés par les glaciers au sommet des montagnes. Certains cirques sont libres de glace, tandis que d'autres sont encore occupés par un glacier. Bon nombre des crêtes et des pics aigus du parc ont été façonnés par des glaciers de cirque.
  • Dépôts de sable - sable et autres particules fines qui, sous l'action érosive de la glace, du vent et de l'eau, se détachent des moraines et des dépôts de délavage avant d'être emportés par le vent.
  • Talus d'éboulis ou clapiers - amoncellements en forme de cône, créés par des roches qui, sous l'effet du gel, se sont détachées des versants affouillés par les glaciers. Les talus d'éboulis actifs sont instables et peuvent être dangereux pour les randonneurs. L'absence de lichens sur les roches indique que le talus est encore actif et qu'il est sujet à un éboulement.

Cheminées de fée

cheminées de fées © Lee Narraway

Les cheminées de fée de la péninsule Borden forment une intéressante particularité géologique. Faites de grès teinté de rouge et de roche sédimentaire du substrat, ces tours et ces flèches ont été sculptées par des siècles d'érosion éolienne et aquatique. Les cheminées de fée sont éparpillées ici et là dans la péninsule, généralement à deux ou trois jours de marche de l'inlet Navy Board.

Polygones de toundra et pingos

Ce relief intéressant est formé par l'action du gel discontinu dans le pergélisol, c'est à-dire dans la couche de sol ou de roche qui demeure gelée. À cette latitude, le sol demeure sous le point de congélation en permanence, sauf pour la couche superficielle qui dégèle en été. Dans l'Arctique, le pergélisol est continu.

Les formes intéressantes que dessinent les polygones de toundra sont attribuables à la glace dans le pergélisol de la toundra et au dégel périodique de la couche superficielle du sol. La grande capacité de rétention d'eau de ces éléments du relief et l'imperméabilité du pergélisol sous-jacent contribuent à leur formation dans les milieux humides.

Polygones de toundra © Christian Kimber

Les pingos se forment lorsque des poches d'eau souterraine exercent une pression sur la glace sus jacente et soulèvent la masse de sédiments gelés qui la recouvrent. La glace des pingos provient du gel de cette eau souterraine. Ce processus maintes fois répété finit par créer un noyau de glace souterrain de plusieurs mètres cubes, qui soulève la toundra par-dessus la surface du sol pour former le pingo. L'eau provenant de l'émissaire d'un lac peut créer les conditions nécessaires à la formation d'un pingo.