Parc national du Canada Auyuittuq

Géologie

Pic Thor
Pic Thor
© Parcs Canada / Christian Kimber

Les visiteurs qui séjournent dans le parc national Auyuittuq seront probablement émerveillés par l'impressionnante diversité des roches dans le parc - depuis les parois verticales des pics de granit jusqu'aux amoncellements irréguliers de rochers géants, en passant par les immenses dépôts de débris glaciaires. Le parc est dominé par la calotte glaciaire Penny, une vaste étendue de glace et de neige de 6 000 km2. Des glaciers émissaires - des rivières de glace, dont certains font jusqu'à 25 km de longueur - en rayonnent dans toute les directions.

Histoire géologique

L'île de Baffin marque l'extrémité nord est du Bouclier précambrien (également appelé Bouclier canadien), roche ancienne qui forme le noyau stable du continent nord américain. Le Précambrien, l'époque la plus reculée sur le plan géologique, couvre une période allant de 570 millions d'années à 3,5 milliards d'années avant notre ère. C'est de cette époque que datent les roches les plus anciennes de la planète. La plupart des roches du Précambrien se sont métamorphosées (ont été modifiées par une chaleur et une pression intenses) à diverses étapes au cours de cette période. Le résultat final de cette métamorphose est le granit.

Dans la région du parc national Auyuittuq et de la péninsule Cumberland, les roches les plus anciennes ont été formées il y a environ 2,8 milliards d'années, et elles se sont métamorphosées en granit quelque 300 millions d'années plus tard. Tôt dans l'ère du Paléozoïque, il y a environ 550 millions d'années, lorsque les formes de vie commençaient à se multiplier sur la planète, la partie est de l'Arctique était ensevelie sous une mer peu profonde, et d'épaisses couches de sédiments marins se sont peu à peu déposées sur le substrat. La région a subi un important bouleversement il y a environ 60 millions d'années, lorsque la dérive des continents a entraîné la séparation de l'île de Baffin et du Groenland. La péninsule Cumberland a été soulevée, et la plupart des sédiments qui s'étaient accumulés sur le substrat se sont érodés, exposant à nouveau la roche nue. Les montagnes du parc sont les plus élevées de l'île de Baffin, et elles figurent également parmi les plus hautes du Bouclier canadien.

Effets de la glaciation

Le glacier Highway tel que vu de Mont Battle
Le glacier Highway tel que vu de Mont Battle
© Parcs Canada

Le paysage spectaculaire du parc national Auyuittuq n'a d'égal nulle part ailleurs. Ce sont les glaces et les récentes glaciations qui l'ont façonné. En effet, la région a été sculptée à la fois par l'inlandsis Laurentidien (nappe glaciaire continentale datant de la glaciation du Wisconsin qui a entamé son recul il y a environ 8 000 ans) et par des glaciers alpins ou glaciers de cirque. Les chercheurs pensent que la partie nord ouest de la calotte glaciaire Penny serait un vestige de l'inlandsis Laurentidien.

Le long de la côte, les glaciers ont entaillé le creux des vallées jusqu'en dessous du niveau de la mer, créant des fjords étroits, encaissés par des parois verticales pouvant faire 900 m de hauteur.

Voici quelques vestiges de l'époque glaciaire qu'il est encore possible d'observer dans le parc :

  • Moraines - monticules formés de débris rocheux qui ont été charriés par la glace en mouvement. Les moraines frontales ou moraines terminales marquent la limite de la dernière progression du glacier. Les moraines latérales, elles, révèlent la largeur du glacier.
  • Cirques - creux en forme de cuvettes sculptés par les glaciers au sommet des montagnes. Certains cirques sont libres de glace, tandis que d'autres sont encore occupés par un glacier. Bon nombre des crêtes et des pics aigus du parc ont été façonnés par des glaciers de cirque.
  • Dépôts de sable - sable et autres particules fines qui, sous l'action érosive de la glace, du vent et de l'eau, se détachent des moraines et des dépôts de délavage avant d'être emportés par le vent.
  • Blocs perchés - gros rochers déposés sur de petites roches par des glaciers en retrait.
  • Talus d'éboulis ou clapiers - amoncellements en forme de cône, créés par des roches qui, sous l'effet du gel, se sont détachées des versants affouillés par les glaciers. Les talus d'éboulis actifs sont instables et peuvent être dangereux pour les randonneurs. L'absence de lichens sur les roches indique que le talus est encore actif et qu'il est sujet à un éboulement.
  • Col Akshayuk (Akshayuk Akutinga) - Cette dépression exempte de glace, qui fait 97 km de longueur, trace un sillon dans les montagnes entre la baie Cumberland et le détroit de Davis. Sculpté par les glaciers continentaux de la dernière glaciation, ce col sert de corridor de déplacement aux Inuits depuis des millénaires. Aujourd'hui, c'est la destination de prédilection des randonneurs du parc.
  • Mont Overlord (Pangniqtup Qingua) - Ce pic majestueux (1 490 m d'altitude) se dresse en sentinelle devant l'entrée sud du col Akshayuk. En aval du mont Overlord, là où le fjord Pangnirtung rencontre la rivière Weasel, les marées peuvent fluctuer de 10 m.
  • Lac Crater (Aqulutaqrusiq) - Ce splendide lac circulaire de couleur bleu-verdâtre est perché sur le côté ouest de la rivière Weasel, à environ 5 km au sud ouest du refuge d'urgence du Lac Windy. Du sentier principal, il est caché à la vue par le monticule circulaire de gravier et de sable qui l'entoure. Cet amoncellement de sédiments est en fait la moraine terminale du glacier qui surplombe le lac. Il marque la limite de la dernière progression du glacier, survenue il y a environ 100 ans. Maintenant que le glacier s'est à nouveau retiré, la moraine agit comme un barrage naturel, qui recueille les eaux de fonte chargées de sédiments du glacier. Pour voir le lac, il faut grimper sur un promontoire à partir du sentier principal.
  • Cercle arctique (Ukiuqtaqtuup) - Cette ligne imaginaire, marquée par un monument en bordure du sentier, se trouve à une latitude de 66º 33,5' nord. Tous les points situés sur ce parallèle jouissent de 24 heures de clarté le 21 juin et sont plongés dans l'obscurité pendant 24 heures le 21 décembre.
  • Chutes Schwartzenbach (Qulitasaniakvik) - Ce torrent d'eau blanche, qui coule à l'ouest de la rivière Weasel, de l'autre côté du cercle arctique, dévale une paroi escarpée de 600 m jusqu'à la rivière Weasel. Le nom inuktitut de cette cascade signifie le lieu où obtenir des peaux de caribous. Il y a longtemps, les chasseurs inuits escaladaient ce versant à la recherche de caribous dans les vallées situées en amont des chutes.
  • Pic Thor (Qaisualuk) - Sur le sentier, à une distance d'environ 27 km au delà du mont Overlord, près du poste de contrôle du Pic Thor, le Pic Thor se dresse, bien à la vue, à 1 675 m d'altitude. Baptisée ainsi en souvenir du dieu norois du tonnerre, cette montagne se reconnaît à sa muraille de 1 km de longueur, la paroi rocheuse ininterrompue la plus longue du monde.
  • Lac Summit (Tasiruluk) - Ce grand lac marque le point culminant du col Akshayuk. Comme le lac Crater, il a été formé par l'accumulation de l'eau de fonte glaciaire dans une moraine terminale. Les eaux glaciaires de ce lac coulent vers le nord et vers le sud pour se jeter dans les rivières Owl et Weasel, décrivant une chute de 500 m avant d'atteindre l'océan Arctique.
  • Mont Asgard (Sivanitirutinguak) - Située près du sommet, cette montagne à la forme bien particulière (2 015 m) figure parmi les plus célèbres du parc. Dominant les glaciers environnants, ses deux tours cylindriques au sommet plat attire dans le parc des alpinistes du monde entier.
  • Glaciers Turner et Highway (Auyuittuit) - Ces glaciers rayonnent de la calotte glaciaire Penny comme d'énormes tentacules. En apparence stationnaires, ces immenses rivières gelées, tirées par le poids de la glace et par la gravité, descendent lentement le haut plateau de l'intérieur du parc pour gagner le creux de la vallée.
  • Vallée de la rivière Owl (Inatiavaluk) - Cette jolie vallée de toundra occupe la moitié nord du col Akshayuk, entre le lac Glacier et le fjord North Pangnirtung. Ce secteur est moins fréquenté par les randonneurs que la moitié sud du col. Ici, le sol est gelé en permanence, sauf pour une mince couche de surface. Les randonneurs doivent faire attention en traversant la zone boueuse en bordure de la rivière Owl. À certains endroits, le sol peut dégeler à des profondeurs suffisantes pour créer des bourbiers dangereux où ils peuvent s'enfoncer jusqu'à la taille, comme dans des sables mouvants. La vallée doit son nom (owl signifie hibou en français) aux harfangs des neiges qui y font leur apparition pendant les années où les populations de lemmings connaissent un essor. Les bois de cervidés qui parsèment le fond de la vallée témoignent d'une époque où la riche végétation de la toundra servait d'habitat à des hardes de caribous.
  • Hautes terres de Penny - Le parc est dominé par ces anciens pics de granit du Précambrien. Ces sommets, qui peuvent atteindre 2 100 d'altitude, sont les plus élevés de l'île de Baffin et du Bouclier canadien. La plupart de ces hautes terres sont ensevelies sous une solide couche de glace de la calotte glaciaire Penny, qui fait 300 m d'épaisseur et qui recouvre une étendue de 6 000 km2.