Parc national du Canada Auyuittuq

Ours polaires et autres animaux sauvages

Vous pourriez rencontrer des ours polaires à tout moment de l'année et dans tous les secteurs du parc national Auyuittuq, même sur les glaciers. Lisez attentivement le dépliant La sécurité au pays des ours polaires et prenez toutes les précautions qui s'imposent si vous décidez de vous aventurer dans les secteurs fréquentés par les ours polaires.

Ours polaire © Elizabeth Seale

Dans le parc, c'est sur la côte du détroit de Davis, y compris dans le secteur du fjord Pangnirtung Nord, que les ours polaires sont les plus actifs. Soyez particulièrement prudent en mars et en avril, lorsque les femelles sortent de leur tanière avec leurs petits. Les mâles sont également actifs à cet endroit pendant la même période. Vous devez aussi faire très attention d'août à novembre, lorsque la glace marine a disparu et que les bêtes sont confinées à la terre ferme. Abstenez-vous de camper sur la côte ou de vous y attarder.

En raison du danger très réel que représentent les ours polaires dans le fjord Pangnirtung Nord en mars et en avril, nous vous recommandons fortement de retenir les services d'un pourvoyeur qui vous accompagnera jusqu'à la limite du parc si vous entamez votre excursion à Qikiqtarjuaq (île Broughton). En voyageant par attelage, vous réduisez encore davantage les risques; les chiens vous avertiront de la présence de tout ours dans les environs. Ce moyen de transport sera également une entrée en matière inoubliable pour votre excursion!

Signalez vite au personnel de Parcs Canada tous les ours que vous rencontrez ou que vous apercevez, ainsi que leurs empreintes ou toute autre trace de leur passage. Servez-vous d'une radio ou d'un téléphone satellite si possible.

Autres animaux sauvages

Nombreux sont les alpinistes qui ont jeté un coup d'œil à leur camp du haut d'un promontoire pour y voir une volée de corbeaux affairés à fourrager dans leurs provisions. Une cache laissée sans surveillance peut être détruite en moins d'une journée par les renards, les belettes ou les corbeaux. Il s'agit d'un danger auquel peu d'excursionnistes songent, mais qui a ruiné plus d'une expédition.