Parc national du Canada Wood Buffalo

Guide des cours d'eau du parc national Wood Buffalo et des environs

Rivière Athabasca

De Fort McMurray à Fort Chipewyan

Durée de l'excursion : 6 à 10 jours
Longueur du parcours : 298 km
Pente moyenne : 0,2 m par km
Classification :
  1. Ensemble de la rivière - Classe I
  2. Rapides - inexistants, selon les cartes de navigation
  3. Compétence du pagayeur - Intermédiaire, canot ouvert
    Remarque : il faut être très expérimenté en camping sauvage et avoir des connaissances poussées en navigation.
Point de départ : Fort McMurray, à la rivière Snye, bras aux eaux calmes coulant entre le village et l'île située à la jonction avec la rivière Clearwater.
Point d'arrivée : Fort Chipewyan (le retour à partir d'ici ne peut se faire que par voie aérienne). On peut également terminer à la fin de la route 63, à Fort MacKay, au kilomètre 40.
Pour prolonger l'excursion, consultez la description de la rivière des Rochers et de la rivière des Esclaves (de Fort Chipewyan à Fort Fitzgerald).
Points d'accès :
  1. Kilomètre 31, île Tar, fin du pavage de la route 63.
  2. Kilomètre 40, Fort MacKay, fin de la route 63.
Cartes nécessaires : SNRC - échelle :
1:250 000
74 D Waterways
84 J Vermilion Chutes
74 L Fort Chipewyan

Carte hydrographique du Canada

  • Carte 6301 de Fort McMurray à Fort Smith (Échelle : 1:131 680)

On a classé cette partie de la rivière Athabasca d'après les données fournies par la carte hydrographique 6301. La navigation peut poser des problèmes au cours des 50 km du delta de l'Athabasca, où le chenal se divise en plusieurs bras et où les crues du printemps ne cessent de faire disparaître des chenaux et d'en faire naître de nouveaux. Les canoteurs ne doivent tenter sous aucun prétexte de se rendre à Fort Chipewyan en traversant directement le lac. Les eaux y sont extrêmement dangereuses par vent fort; les canoteurs ont donc intérêt à suivre de près la berge et à partir aux premières lueurs de l'aube, car le lac Athabasca devient habituellement agité en début d'après-midi.

Le segment le plus facile d'accès de cette partie de la rivière est celui qui s'étend jusqu'à Fort MacKay; il pourrait représenter une longue excursion d'un jour ou une excursion de fin de semaine. La rivière y est large et coule tranquillement, jalonnée par de nombreuses îles. Sa vallée s'élargit graduellement, et les collines environnantes perdent de leur hauteur jusqu'à disparaître, au niveau de la rivière Embarras, à l'entrée du delta.

L'aspect intéressant de ce segment inférieur facile d'accès est qu'il traverse des dépôts de sable bitumineux. De plus, en aval de Fort McMurray, sur la rive droite, on trouve sur une grande distance des affleurements calcaires presque horizontaux de 6 à 9 mètres de hauteur. Quelques kilomètres plus bas, ceux-ci sont recouverts d'épaisses couches de sables bitumineux qu'on a déjà comparées à de l'asphalte, comme si la civilisation s'était immiscée de façon incongrue dans la nature boréale. Au plus chaud de l'été, le goudron coule des affleurements pour aller former des bassins au pied des escarpements. Les mêmes phénomènes se produisent à 3 km en aval du confluent de la rivière Red, ainsi que sur la rive droite, en face de l'île Tar. Les affleurements de sable bitumineux cessent à environ 104 km de Fort McMurray, en aval de la rivière Calumet.

À La Saline, 45 km plus bas que Fort McMurray, on trouve des sources minérales naturelles à 1 km à l'est de la rivière, à l'orée de la vallée. Les dépôts provenant de ces sources recouvrent la paroi de l'escarpement et forment un cône d'environ 3 à 5 m de hauteur sur la rive. Une forte odeur d'hydrogène sulfuré flotte dans l'air.

En aval de la rivière Calumet, l'Athabasca rencontre d'épais dépôts glaciaires qui donnent au terrain un relief accidenté et ondulant; on y trouve des petits lacs et des étangs, dont plusieurs sont envahis par la sphaigne ou bien transformés en tourbières ou en marais. On peut également voir des bancs de sable et de gravier par endroit, près de la rivière Firebag.

Le delta commence à la rivière Embarras, défluent de l'Athabasca (c'est-à-dire un bras qui part de la rivière, plutôt que de s'y jeter). Jadis, les voyageurs empruntaient fréquemment ce chenal pour aller à Fort Chipewyan, ce qui leur évitait la longue traversée du lac. Cependant, l'entrée en était souvent bouchée par des débris, et il fallait faire du portage pour franchir cet obstacle (on appelait jadis « embarras » tout obstacle à la circulation). Toutefois, d'après la carte du SNRC, ce chenal semble moins apparent à mesure qu'on s'approche du lac, mais il est possible de rejoindre le chenal Fletcher en empruntant un petit chenal latéral. Le chenal Fletcher est celui qu'on prend le plus souvent pour se rendre de la rivière au lac Athabasca.

Le point d'arrivée de l'excursion est Fort Chipewyan, sur le lac Athabasca, terminus de l'une des grandes routes des fourrures et l'un des plus anciens peuplements de l'Alberta.

Source : Canoe Alberta, A Guide to Alberta's Rivers 1978 (épuisé).

Table des matières