Parc national du Canada Wood Buffalo

Guide des cours d'eau du parc national Wood Buffalo et des environs

Rivière de la Paix et Rivière des Esclaves

De Peace Point, sur la rivière de la Paix, à Fort Fitzgerald, sur la rivière des Esclaves

Durée de l'excursion : 6 à 10 jours
Longueur du parcours :

224 km
Rivière de la Paix - 112 km
Rivière des Esclaves - 112 km

Pente moyenne : 0,4 m par km
Classification :
  1. Ensemble de la rivière - Classe II
  2. Rapides - Classe I-III.
    Rapides de classe VI+ sur une distance de 21 km en aval de Fort Fitzgerald.
    Ne pas s'y aventurer.
  3. Compétence du pagayeur - Intermédiaire, canot ouvert
Point de départ : Peace Point, parc national Wood Buffalo, sur la rive gauche.
Point d'arrivée : Fort Fitzgerald sur la rive gauche de la rivière.
Points d'accès : Kilomètre 191, Hay Camp sur la rive gauche de la rivière des Esclaves, en face de la rivière Bocquene.
Cartes nécessaires : SNRC - échelle :
1:250 000
84 P Peace Point
74 L Fort Chipewyan
74 M Fitzgerald
84 I Lake Claire
Cartes d'accès provinciales 84 N/K
84 P/I

Carte hydrographique du Canada

  • Carte 6301 Fort McMurray jusqu'à Fort Smith (échelle : 1:31 680)
  • Carte 6321 Rivière de la Paix-lac Athabasca et rivière des Esclaves jusqu'à la rivière Jackfish (échelle : 1:63 360)

Le parcours des rivières de la Paix et des Esclaves commence aux falaises crayeuses de la réserve de Peace Point sur la rivière de la Paix. Entre Peace Point et la jetée Carlson, 80 km plus bas, la rivière, parsemée d'îles et de longues barres de sable, s'étire en larges méandres.

À 60 km en aval de Peace Point sur la rive droite se trouve Sweetgrass Landing. On peut faire une excursion complémentaire intéressante à partir de cet endroit. Sweetgrass Landing est une clairière artificielle sur la rive sud de la rivière de la Paix. Il faut chercher le panneau et le sentier abrupt qui gravit le côté sud de la rivière, car on peut facilement les rater. Une petite colonie forestière s'était autrefois établie à cet emplacement; le site, propriété de la société forestière Swanson Lumber Co., comprenait un lieu de débarquement, une aire de chargement, une église, un magasin, une école, une salle de danse et des maisons pour les employés de la scierie et leur famille. On y coupait environ 15 millions de pieds-planches de bois annuellement. Quand la scierie a fermé ses portes dans les années 1970, l'entreprise s'est conformée aux exigences de remise en état du site. Les visiteurs qui utilisent aujourd'hui le terrain de pique-nique, les foyers et les toilettes extérieures peuvent difficilement soupçonner l'existence d'une communauté autrefois vibrante.

Une autre excursion enrichissante à partir de la jetée est la visite du poste Sweetgrass . La descente de la rivière de la Paix ne permet qu'un bref aperçu des plaines inondables. L'excursion jusqu'au poste de contrôle conduit les marcheurs jusqu'à la limite du delta Paix-Athabasca.

Deux trajets mènent au poste : une randonnée de 12 km sur un sentier, ou encore un portage sur 4 km de route, en pagayant ensuite le reste du chemin le long du ruisseau Sweetgrass. Les débris et le bois mort obligent souvent à pousser et à tirer un peu l'embarcation. Par contraste avec les vastes espaces découverts de la rivière de la Paix, le passage dans le ruisseau étroit et tortueux donne une impression de mystère et de sécurité. Le ruisseau représente d'ailleurs fort bien le type de chenal d'un delta vieillissant. Les rives boisées sont formées de levées, constituées au fil du temps par les inondations du ruisseau et les dépôts d'alluvions sur les berges. Derrière les levées, le terrain descend graduellement vers les terres humides plates et dénudées qui couvrent la majeure partie du delta.

Dix kilomètres en aval, une large percée dans les broussailles monte sur la rive gauche jusqu'au poste Sweetgrass. On aperçoit souvent des bisons traverser le ruisseau à cet endroit. En suivant le sentier à travers le boisé de la levée, un monde nouveau semble tout à coup s'ouvrir devant nous : un pré s'étend, tout de vert et d'or, si vaste qu'on peut à peine apercevoir les arbres de l'autre côté. Il se peut que vous y aperceviez des groupes éparpillés de bisons y broutant l'herbe tendre.

À mesure que l'on s'habitue à la grandeur du paysage, on fait tout en marchant d'autres découvertes. Le pré abrite plusieurs nids d'aigles à tête blanche et les grues du Canada y nichent et s'y alimentent. Les pistes de bisons, s'enfonçant profondément dans le sol, s'entrecroisent entre les buttes. Les loups, dont les traces et les marques évidentes révèlent la présence, restent cependant cachés. Le pré ne constitue qu'une infime partie du delta Paix-Athabasca. Tout autour, un paysage identique de terre et d'eau s'étale sur 3 820 kilomètres carrés dans toutes les directions.

À l'origine, il y avait à la poste Sweetgrass un groupe de bâtiments servant à loger les équipes qui rassemblaient et vaccinaient les bêtes chaque année. La plupart des bâtiments ont depuis été démolis. Il y avait également un abattoir où l'on préparait la viande de bison pour le marché. Les enclos situés juste au nord des bâtiments ne constituent qu'une partie de l'enceinte d'origine.

Le camping sous la tente est autorisé dans les prés.

Du poste Sweetgrass, on peut poursuivre sa route sur le ruisseau jusqu'aux lacs Claire et Mamawi, puis avancer jusqu'à Fort Chipewyan. Un mot d'avertissement concernant ce trajet : ces deux lacs sont très peu profonds et peuvent devenir extrêmement agités en l'espace de quelques minutes. Il faut suivre le rivage pour être sûr de naviguer en toute sécurité. Il est par ailleurs très facile de s'égarer dans le dédale de chenaux à l'extrémité est du lac Mamawi.

De retour à la rivière de la Paix.

Dix-huit kilomètres en aval de Carlson Landing, la rivière contourne abruptement la pointe Rocky, que l'on reconnaît au vaste affleurement rocheux juste au niveau de l'eau sur la rive nord. De l'autre côté, la rivière coule rapidement et des remous se forment. À droite se trouve l'entrée du chenal des Quatre Fourches. Une série de rapides est indiquée sur la carte, mais ils sont si courts qu'on les remarque à peine. Une fois passé le large méandre de la pointe Rocky, après l'affleurement rocheux, on aperçoit un groupe de trois cabanes sur la rive nord. Les remous et le débit rapide juste en face ne devraient cependant pas causer de problèmes. Une certaine partie du volume de la rivière de la Paix s'engage dans ce chenal pendant la crue ou lorsque des embâcles se forment sur les passages plats de la rivière au printemps. La rivière traverse ensuite le delta Paix-Athabasca pour se jeter dans le lac Athabasca.

À 7 km en aval du chenal des Quatre Fourches sur la rive nord se trouve l'entrée du chenal Scow. Ce dernier peut servir à contourner les rapides au confluent de la rivière de la Paix et de la rivière des Esclaves. Il n'y a que quelques emplacements de camping le long du chenal Scow.

La rivière des Esclaves reçoit, au nord, les eaux du lac Athabasca, lui-même alimenté en grande partie par la rivière Athabasca. Le chenal amenant ces eaux au confluent de la rivière de la Paix est connu sous le nom de rivière des Rochers. Le flux combiné de la rivière de la Paix et de la rivière des Rochers devient alors la rivière des Esclaves, qui se jette finalement dans le fleuve Mackenzie. Au nord de Fort Fitzgerald et de Fort Smith, la rivière des Esclaves devient très large et le courant est beaucoup plus fort que dans le cours inférieur de la rivière de la Paix.

Trois rapides de classe III sont indiqués sur la carte entre le confluent et Fort Fitzgerald. Les premiers (sur la carte 74 M/L) se situent à 6 km en aval du confluent du ruisseau Powder, dans le chenal à droite d'une longue île. Les rapides Primrose sont les premiers gros rapides, dans un passage étroit du chenal principal au nord de l'île. La descente ne pose aucun problème. Les deuxièmes rapides (indiqués sur la carte M/L) sont les rapides Demicharge, à 26 km en aval des rapides Primrose, également dans un étranglement du chenal. La descente des Demicharge peut s'effectuer soit à gauche de l'île sur le chenal principal ou sur le chenal à droite de la grande île.

Rien n'oblige à descendre ces rapides. En choisissant bien le tracé de la descente, il est possible d'éviter la plupart des vagues déferlantes et, à part les îlots rocheux qui ne sont submergés que pendant une brève période durant la crue, il n'y a aucun obstacle dans les rapides. Aucun de ces rapides n'apparaît sur les cartes SNRC à l'échelle 1:250 000, mais ils figurent sur la carte hydrographique 6301 (Esclaves-Athabasca). Les troisièmes rapides dévalent l'étranglement au nord des îles Stony, à 16 km en aval de Hay Camp. Le courant est particulièrement rapide dans cette zone. Certaines cartes indiquent la présence de rochers au milieu de la rivière.

À partir de Hay Camp jusqu'à Fort Fitzgerald, le chemin du parc Wood Buffalo suit de près la rive gauche. Les canoteurs ne devraient en aucune circonstance emprunter la rivière pour se rendre à Fort Smith, à 20 km plus au nord . Le passage contient quatre rapides très violents et dangereux - Cassette, Pelican, Mountain et Drowned - classés « non navigables » (classe VI ou supérieure) et le portage est obligatoire . Seuls les canoteurs expérimentés de la région connaissant à fond les canaux d'évacuation et les îles devraient s'y engager.

Source : Canoe Alberta, A Guide to Alberta's Rivers 1978 (épuisé).

Table des matières