Parc national et lieu historique national du Canada Kejimkujik

La flore

Kejimkujik compte environ 544 espèces de plantes vasculaires. On trouve, entre autres, 23 variétés de fougères, environ 15 variétés d'orchidées et près de 37 variétés de plantes aquatiques. Du total, 90 variétés sont des plantes ligneuses.

Kejimkujik se trouve dans un secteur où se juxtaposent la forêt boréale et la forêt méridionale. Tant les espèces communes que les espèces rares sont protégées à l'intérieur du parc. Nos sentiers vous permettent de visiter différents habitats sans les abîmer; aidez-nous à sauvegarder les plantes en demeurant dans les sentiers. Libre à vous de sentir, de toucher et d'admirer les fleurs sauvages de Kejimkujik mais, de grâce, ne les cueillez pas.


Les fougères

L'onoclee sensible L'onoclee sensible
© Parcs Canada

Kejimkujik renferme 23 espèces de fougères, certaines très répandues, mais d'autres très rares. Les espèces les plus répandues sont l'osmonde cannelle, la ptéridium des aigles, et la dryoptéride de New York.

Les espèces rares sont la dryoptéride disjointe, la woodwardie tachée, la dryoptéride et la schizée. La woodwardie est extrêmement rare en Nouvelle-Écosse et on ne l'a aperçue qu'une seule fois à Kejimkujik près d'un ruisseau dans un boisé d'érables rouges. Une fougère minuscule et très discrète, la schizée ne se trouve que très rarement assez loin à l'intérieur des terres. 


Les orchidées

Kejimkujik compte plusieurs espèces d'orchidées. Cette plante est caractérisée par le fait que ses graines sont dépourvues d'éléments nutritifs. On trouve dans le parc la cypripère acaule, la goodyérie panachée et la corallorhize maculée. Plusieurs orchidées de rivage habitent aussi le parc.

Le sabot de la Vierge

La floraison de cette orchidée, peut-être la plus belle du parc, a lieu en juin dans les boisés de conifères clairsemés. Comme elle met plusieurs années pour emmagasiner l'énergie nécessaire à sa floraison, on ne doit sous aucun prétexte la cueillir.

La goodyérie panachée

Cette orchidée fleurit de la fin de juillet au début d'août. Elle est établie dans les forêts de conifères et les forêts mixtes. Lorsque ses fleurs sèchent, les graines se détachent à l'intérieur des cosses, lesquelles lorsqu'on les agite produisent un son semblable à celui émis par les serpents à sonnettes.

Les corallorhizes

Le calapogon gracieux Le calapogon gracieux
© Parcs Canada

Les corallorhizes sont les seuls membres de la famille des orchidées originaires de la Nouvelle-Écosse à être dépourvues de chlorophylle; elles dépendent des restes en décomposition d'autres plantes pour se nourrir.

Deux espèces distinctes existent à Kejimkujik. La corallorhize trifide fleurit en juin. On trouve en juillet la corallorhize maculée dans les forêts de pruches.

Les orchidées des rivages

Sur le rivage des lacs, en dépit du niveau parfois élevé des eaux durant l'été, ces fleurs s'entêtent à fleurir. On peut parfois apercevoir des plantes presque submergées brandir fièrement leur fleur à la surface de l'eau.

Les rivages des lacs du parc abritent le calapogon gracieux , le pogonie langue-de-serpent, et de petites orchidées vertes.


Fleurs sauvages printanières

Le stapélia bigarré Le stapélia bigarré
© Parcs Canada

La plupart de nos fleurs sauvages printanières fleurissent de la fin de mai au début de juin. Les personnes qui choisissent cette période pour visiter le parc seront en mesure d'en apprécier toute la beauté.

Les forêts de feuillus abritent la violette cucullée, le stapélia bigarré, le streptope rose et quelques conopholis d'Amérique. Les forêts mixtes renferment la plus grande variété d'espèces : le cornouiller du Canada, la clintonie, la linnée boréale, le trille ondulé et la coptide du Groenland ou savoyane.

Les tourbières qui bordent les lacs et les rivières rosissent par la présence des rhodoras et, si on y regarde de plus près, on peut apercevoir des andromèdes glauques, des kalmias à feuilles d'Andromède et des canneberges à gros fruits.