Parc national du Canada du Gros-Morne

Une escale pour les mammifères

Quiconque s'intéresse à la faune du parc national du Gros-Morne doit d'abord se rappeler que Terre-Neuve est une île. Il y a deux millions d'années, une série de glaciations a dépouillé l'île de sa flore et de sa faune. Les animaux qu'on dit aujourd'hui indigènes sont donc venus du continent depuis 15 000 ans en nageant, en volant ou en traversant la banquise.L'isolement a créé plusieurs sous-espèces; ainsi 9 des 14 mammifères indigènes de l'île sont considérés comme tels. Plusieurs animaux ont été introduits depuis l'arrivée des Européens, certains délibérément et d'autres accidentellement. Même de nos jours, de nouvelles espèces sont amenées sur l'île ou y parviennent d'elles-mêmes à la nage ou portées par les glaces.

Les mammifères terrestres du parc national du
Gros-Morne et de l'île de Terre-Neuve

Famille

Espèce

Origine

Statut sur l'île

Statut dans le parc

Musaraignes Musaraigne cendrée
(Sorex cinereus)
Introduit Nombreux Nombreux
Vespertilions Petite chauve-souris brune
(Myotis lucifugus)
Indigène Commun Commun
  Chauve-souris nord à longues oreilles**
(Myotis septentrionalis)
Indigène Commun Commun
Lièvres Lièvre arctique *
(Lepus arcticus bangsii)
Indigène Rare Peu commun
  Lièvre d'amérique
(Lepus americanus)
Introduit Nombreux Nombreux
Écureuils Suisse
(Tamias striatus)
Introduit Rare Rare
  Écureuil roux
(Tamiasciurus hudsonicus)
Introduit Nombreux Nombreux
Castors Castor*
(Castor canadensis caecator)
Indigène Commun Commun
Rats, souris, et campagnols Souris sylvestre
(Peromyscus maniculatus)
Introduit Commun Commun
  Souris commune
(Mus musculus)
Introduit Peu commun Peu commun
  Campagnol des champs*
(Microtus pennsylvanicus terraenovae)
Indigène Commun Commun
  Campagnol des bancs
(Clethrionomys glareolus)
Introduit Rare Absent
  Campagnol à dos roux de gapper
(Clethrionomys gapperi)
Introduit Rare Absent
  Rat musqué*
(Ondrata zibethicus obscurus)
Indigène Rare Rare
  Rat surmulot
(Rattus norvegicus)
Introduit Peu commun Peu commun
Chiens Loup*
(Canis lupus beothucus)
Indigène Disparu Disparu
  Renard roux* *
(Vulpes vulpes deletrix)
Indigène Commun Commun
  Renard arctique
(Alopex lagopus)
Accidentel Infrequent Accidentel
  Coyote
(Canis latrans)
Indigène*** Unknown Unknown
Ours Ours noir *
(Ursus americanus hamiltoni)
Indigène Commun Commun
  Ours blanc
(Ursus maritimus)
Accidentel Accidentel Accidentel
Belettes Hermine
(Mustela erminea)
Indigène Commun Commun
  Vison d'amérique
(Mustela vison)
Introduit Commun Commun
  Martre d'amérique
(Martes americana atrata)
Indigène Espèce en voie d'extinction Très rare
  Loutre de rivière*
(Lutra canadensis degener)
Indigène Peu commun Peu commun
Chats Loup-cervier*
(Lynx canadensis subsolanus)
Indigène Commun Peu commun
Cerfs Caribou
(Rangifer tarandus caribou)
Indigène Nombreux Nombreux
  Orignal
(Alces alces)
Introduit Nombreux Nombreux
 

* Sous-espèce de Terre-Neuve
** Autrefois Chauve-souris de Keen (Myotis keeni)
*** Nouveau-venu, observé pour la première fois en 1987

Fréquence des observations:Nombreux : Abondant
Commun : Très répandu mais peu nombreux
Peu commun : Peu répandu, mais en grands nombres localement ou peut être répandu mais seulement en densité basse
Rare: Présent localement mais en petit nombre
Accidentel : Visiteur occasionnel, aucune population permanente
Inconnu : Observé, mais les données recueillies sont insuffisantes pour estimer la population
 

La faune en vedette
Orignal
Un orignal( un mâle) près de la route, PNGM
Un orignal( un mâle) près de la route, PNGM
© Parcs Canada / Michael Burzynski / 1608-052, M2-290, 1996

Deux orignaux ont été introduits à Terre-Neuve en 1878, puis quatre autres en 1904. Aujourd'hui, à Terre-Neuve, la vue d'un orignal n'a rien de surprenant. Comme il est interdit de chasser dans le parc national du Gros-Morne, la population d'orignaux est abondante et sert de réservoir au peuplement des environs. Cette population d'orignal du parc est une des densités les plus élevées observées à l'Amérique du Nord!L'orignal est le plus imposant de nos cervidés; brun foncé de robe, il peut peser de 385 à 535 kg et mesurer 180 cm à l'épaule. Le risque d'une collision avec un orignal existe à longueur d'année, particulièrement la nuit. Conduire avec prudence. Si vous rencontrez un orignal la nuit sur la route, donnez-lui de l'espace. Il sera peut-être aveuglé par la lumière, alors arrêtez-vous sur l'accotement et éteignez vos phares pour lui permettre de quitter la route. Il ne faut jamais s'approcher d'un orignal; le mâle peut être agressif, surtout pendant la période du rut à l'automne.


Caribou des bois
Les caribous peuvent sentir le lichen à travers la neige, et creusent des cratères peu profonds pour l'atteindre. (PNGM)
Les caribous peuvent sentir le lichen à travers la neige, et creusent des cratères peu profonds pour l'atteindre. (PNGM)
© Parcs Canada

Le caribou des bois est beaucoup plus petit que l'orignal. Un mâle adulte à pleine maturité peut peser jusqu'à 270kg, tandis que la femelle fait environ les trois quarts de ce poids. Observé pendant l'excursion sur les monts Long Range , parfois sur le mont Gros Morne. Depuis quelques années, ils peuvent être apperçus durant l'hiver rôdant en grand nombre sur la plaine côtière au nord de Berry Hill et près de St. Paul's. Soyez aux aguets, les caribous sont imprévisibles. Ils peuvent décider de traverser la route à tout moment. Lisez plus de la surveillance de la population du caribou au parc national du Gros-Morne.


Les ours noirs
Un ours noirs qui traverse la route de Lomond, PNGM
Un ours noirs qui traverse la route de Lomond, PNGM
© Parcs Canada / Anne Marceau / 1608-056, M1-699, 1996

On en voit de temps en temps le long des sentiers de randonnée : l'étang Stuckless , Lomond , le mont Gros-Morne , et Snug Harbour . Les ours noirs de Terre-Neuve est généralement plus gros que ses congénères du continent :ils peuvent peser de 90 à 270 kg, pour une moyenne de 135 kg. On croit aussi que les ours noirs de Terre-Neuve ont l'une des plus longues périodes d'hibernation de tous les ours de l'Amérique du Nord!On croit aussi que les ours noirs de Terre-Neuve ont l'une des plus longues périodes d'hibernation de tous les ours de l'Amérique du Nord! Les ours noirs sont des animaux sauvages. En quête de nourriture, il arrive qu'ils s'approchent des emplacements de camping. Pour votre propre sécurité et res campeurs, lisez le dépliant " Vous etes au pays de l'Ours Noir " et suivez les règles suivantes:

  • Ne pas manger ou garder d'aliments dans la tente.

  • Mettez vos ordures en lieu sûr! Placez tous vos déchets dans les poubelles. Dans l'arrière-pays, il faut absolument emporter ses déchets pour assurer la propreté de l'emplacement. Un ours attiré par un emplacement malpropre devient un problème pour le campeur suivant.

  • Signalez toute observation d'un ours au personnel du parc. Un rapport prompt permet aux gardiens d'identifier et de déménager un ours délinquant dans une région reculée du parc avant qu'il ne devienne un récidiviste. Cette information sera aussi notée et nous aidera dans l'étude des ours noirs du parc.

Renards roux
Un renard roux sur la route aux collines Southeast, PNGM
Un renard roux sur la route aux collines Southeast, PNGM
© Parcs Canada / Michael Burzynski / 1608-058, M1-643, 1996

Les renards roux, communs dans le parc national du Gros-Morne, sont souvent observés près des endroits fréquentés par les humains. Ils ressemblent à des chiens courts sur pattes et maigres (pesant de 3,6 à 6,8 kg). La coloration de leur fourrure est changeante : outre le roux, les renards du parc connaissent une phase noire ou argent, une phase jaunâtre et une phase tachetée, caractérisée par un mélange de tons. Il est généralement reconnu qu'il n'y a pas de rage sur l'île de Terre-Neuve. Ceci dit, il arrive que des renards Arctiques atteints d'une variante de la rage franchissent la banquise entre le Labrador et l'île et infectent les renards roux. Il faut considérer tout animal sauvage au comportement anormal (absence de frayeur, gueule écumante ou mauvaise coordination) comme susceptible d'être atteint de la rage. Signalez toute observation de la rage aux renards roux au personnel du parc.


Lièvre arctique
Un lièvre Arctique au mont Gros Morne, PNGM
Un lièvre Arctique au mont Gros Morne, PNGM
© Parcs Canada / Daniel Boisclair / 1608-068, M1-532, 1993

Le lièvre arctique a élu domicile dans les hautes terres du parc national du Gros-Morne et on peut souvent en apercevoir quelque-uns sur le sommet du mont Gros-Morne. Bien qu'il soit gros (il peut peser jusqu'à six kilos), le lièvre arctique vivant dans l'île se trouve à la limite sud de son aire de répartition mondiale et affiche le plus faible potential reproductif de toutes les espèces de lapin et de lièvre de la planète - il ne produit qu'une portée par année, de trois levrauts en moyenne! Lisez la surveillance sur la population du lièvre Arctique au parc national du Gros-Morne.


Une vue en haut du rorqual à bosse
Une vue en haut du rorqual à bosse
© Parcs Canada / Michael Burzynski / 1608-065, M3-199, 1996
Baleines

On les verra à l'occasion durant la fraie des capelans en juin et juillet. Les meilleurs endroits où observer le rorqual à bosse, la globicéphale noir, le petit rorqual et le rorqual commun sont Bonne Baie et Lobster Cove Head. Demandez aux gens de l'endroit ou au personnel du parc si des baleines ont été vues récemment.


Phoque commun
Des phoques communs sur des rochers au bras de mer St. Pauls
Des phoques communs sur des rochers au bras de mer St. Pauls
© Parcs Canada / Sheldon Stone / 1608-077, M3-178, 1991

On le voit habituellement dans le bras de mer St. Pauls en été. À marée basse, ils se hissent souvent sur des rochers pour se chauffer au soleil. L'excursion en bateau est un excellent moyen pour les voir.