Parc national du Canada du Gros-Morne

Ski dans l’arrière-pays
© Parcs Canada

Ski dans l’arrière-pays

Le parc national du Gros-Morne a tous les ingrédients pour offrir une expérience de ski dans l’arrière-pays inoubliable, incluant les montagnes côtières avec de fortes chutes de neige, des forêts boréales des basses terres, de hautes terres boréales dépourvues d’arbres ainsi que des panoramas magnifiques. Le temps de parcours peut varier d’une courte randonnée en ski en bordure de la route à des expéditions à plusieurs jours impliquant des nuitées en camping ou en cabane de ski. En outre, pour le skieur expérimenté, il y a de nombreux itinéraires dans la zone arctique-alpine balayée des monts Long Range où il peut jouir de rudes montées, de traverses étendues et de longues descentes variées.

Terrain

Les plaines côtières du nord du parc offrent un terrain plat ou des régions vallonnées avec des montées modérées ainsi que des vallées boisées abritées. D’autres zones sont dominées par un relief ondulé avec de courtes montées, telles que les collines Southeast à proximité de Wiltondale.

Une grande partie du parc offre un terrain montagneux escarpé qui mesure au-delà de 600 mètres, y compris les monts Long Range et les Tablelands. Dans ces régions, les skieurs peuvent traverser des centaines de kilomètres carrés de terrain vallonné arctique-alpin balayé par le vent.

Les aventures dans les régions alpines sont les mieux adaptées aux skieurs expérimentés et devraient se faire en groupe. Il faut être conscient d’une température météorologique parfois extrême et variable, des pentes raides et des ravins, ainsi que des avalanches. Il se peut que des corniches de neige s’accumulent au sommet des falaises et se rompent sans avertissement. Il faut donc rester à l’écart du rebord ou du pied des falaises où il y a de telles corniches. Les individus qui témoignent un glissement de neige, et dans le but d’aider à la surveillance des avalanches, sont demandés de signaler son emplacement et son étendue au personnel du parc.

Glace et conditions de neige

Bien qu’il y a souvent des conditions climatiques qui favorisent un bon ski en début d’hiver et au printemps, les conditions enneigées et glaciales sont les plus fiables à partir de fin janvier à fin mars.

Il ne faut jamais présumer que la glace couvrant un plan d’eau est assez épaisse pour supporter votre poids, même si vous observez des traces de passage sur la neige. Il faut toujours vérifier personnellement l’état de la glace ou éviter de vous y risquer. Il faut éviter de traverser la glace près des entrées et des sorties des étangs, puisque ces régions se développent rarement une couverture de glace sécuritaire. Ceci est particulièrement pertinent dans le cas de l’étang Bakers Brook, l’étang Western Brook et l’étang Ten Mile, des plans d’eau extrêmement étendus et profonds qui ne gèle pas au même rythme que les autres. Il est recommandé d’éviter ces lacs au complet ou d’utiliser une extrême prudence.

Les conditions de neige varient avec le terrain et changent rapidement. Il faut s’attendre à rencontrer des plaques de neige glacée sur des pentes qui paraissent couvertes d’une couche uniforme de neige poudreuse. Il faut également être méfiant des crevasses ouvertes ou dissimulées aux environs des ruisseaux, surtout dans les ravins où la neige balayée par le vent peut s’accumuler. L’eau dans ces ruisseaux provoque une fonte de la neige de bas en haut, formant de profondes cavernes allant jusqu’à 7 mètres de profondeur. Un skieur peut facilement causer l’effondrement de ce genre de caverne, avec les blessures et le risque d’ensevelissement sous la neige que suppose ce type d’accident.

Avant de partir

Des skis plus larges avec des bords métalliques complets sont préférables et des peaux d’ascension sont souvent nécessaires, surtout dans le terrain plus élevé des terres hautes. Au minimum, il est recommandé que les skieurs emportent avec eux :

  • Dans un sac étanche, des vêtements isolants, des chaussettes et des gants supplémentaires, ainsi qu’une couche de base;
  • Des aides à la navigation, y compris une carte de la région, une boussole, et un GPS
  • De la nourriture, de l’eau, des lunettes de soleil ou des lunettes de ski, et une lampe frontale ou un phare;
  • Des équipements de sécurité et de sauvetage en avalanche, si vous envisagez une expédition dans des zones sujettes aux avalanches.

Les skieurs débutants devraient se joindre soit à un compagnon expérimenté ou engager un guide. En outre, avant de partir à la découverte des régions reculées, il est préférable de tirer parti de programmes de formation, notamment des cours d’orientation en pleine nature, de premiers soins, et (si vous envisagez vous aventurier dans les régions montagneuses) de sécurité en avalanche.