Parc national du Canada Kouchibouguac

Vue rapprochée d'un longicorne brun
Il est fort probable que le longicorne brun de l'épinette fût introduit au parc involontairement par un campeur qui aurait emporté du bois à brûler.
© Parcs Canada

Interdiction d'importer du bois à brûler

Faits sur le longicorne brun
  • Le longicorne brun de l'épinette est natif du nord et du centre de l'Europe, la Sibérie occidentale et du Japon.
  • Au Canada, l'espèce peut attaquer l'épinette rouge, l'épinette blanche, l'épinette noire et l'épinette de Norvège. Ceci menace l'intégrité écologique de nos forêts ainsi que l'industrie forestière.
  • Le longicorne brun de l'épinette fût détecté au parc Point Pleasant à Halifax (près du port) en 1999.
  • Depuis, l'espèce s'est répandue et a été observé pour la première fois à l'extérieur de la Nouvelle-Écosse en 2011 au sentier du marais salé au parc national Kouchibouguac.
  • Il est fort probable que le longicorne brun de l'épinette fût introduit au parc involontairement par un campeur qui aurait emporté du bois à brûler.
Symptômes manifestés par les arbres attaqués:
  • Écoulements de résine à divers endroits sur le tronc
  • Trous dans l’écorce d’environ 4 mm de diamètre
  • Réseaux de galeries d’alimentation observables juste sous l’écorce, d’une largeur pouvant atteindre 6 mm
  • Galeries creusées dans le bois, d’environ 4 cm de profondeur et de 6 mm de diamètre. Ces tunnels ont une forme en L quand le bois est coupé longitudinalement.
  • De la sciure grossière est parfois visible dans les galeries et autour d’elles ou obstruant le trou de sortie.
Un employé du parc qui installe un piège à insectes 125 pièges à insectes sont installés dans le parc pour attirer le longicorne brun.
© Parcs Canada

Vous partez en camping? Vous voudrez peut-être revenir sur votre décision de déposer quelques bûches de bois dans le coffre de votre voiture. Parcs Canada tient à rappeler aux campeurs les risques qu’ils engendrent en déplaçant du bois à brûler.

Après la confirmation de la présence du longicorne brun de l’épinette au parc national Kouchibouguac en 2011 et compte tenu de la gravité de cette menace pour l’industrie forestière du Canada, Parcs Canada interdit l’importation de bois à brûler dans le parc pour la saison 2014. Il prendra toutes les mesures raisonnables pour assurer la santé continue de la forêt et l’intégrité écologique du parc. En agissant ainsi, l’Agence souscrit à la campagne « Ne déplacez pas de bois de chauffage », coordonnée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

Ne déplacez pas le bois de chauffage

Les maladies et les insectes envahisseurs comme le longicorne brun de l’épinette peuvent survivre dans le bois à brûler. Les autorités soupçonnent que c’est sur du bois à brûler que le ravageur a été transporté au Nouveau-Brunswick. « Il suffit d’une seule bûche de bois pour détruire des millions d’arbres », explique Éric Tremblay, scientifique des écosystèmes à Parcs Canada. « Nous vous demandons donc de laisser votre bois à brûler à la maison, d’acheter plutôt le bois certifié et séché au séchoir qui est mis à votre disposition dans le parc et de le faire brûler sur place. ».

« Nous avons entrepris des travaux de surveillance conjointement avec l’ACIA, notamment en installant 125 pièges à insectes à l’intérieur et aux environs du camping », indique Éric Tremblay. Les pièges – des structures cylindriques en plastique noir – sont suspendus aux arbres, et ils sont conçus de manière à attirer le longicorne brun. « Les pièges ne présentent aucun danger pour le public, mais il est important de ne pas les déranger pour qu’ils conservent leur efficacité », ajoute le scientifique. « Nous avons besoin de la collaboration du public pour ralentir la propagation de cette espèce destructrice. »

Même s’il ne pose aucun risque pour la santé humaine, le longicorne brun de l’épinette est un insecte très destructeur. Depuis sa découverte en 1999 dans le parc Point Pleasant à Halifax, il a tué des milliers d’épinettes en Nouvelle-Écosse, et il représente une menace économique et écologique pour les milieux urbains et les forêts d’Amérique du Nord.

Comment nous aider?

Il nous incombe à tous de contribuer à la protection des forêts du Canada. Un rappel aux campeurs :

  • Ne déplacez pas de bois à brûler.
  • Achetez-le dans le parc.
  • Faites-le brûler sur place.

Liens connexes