Facebook - Parcs sécurité montagne @Parcssecuritemtn

Programme de sécurité en montagne de Parcs Canada

Historique

Au milieu des années 1950, deux accidents graves sont survenus au mont Victoria et au mont Temple, dans le parc national Banff entraînant la mort de onze personnes. À la suite de ces événements, Parcs Canada a décidé de se doter de ses propres capacités de sauvetage en montagne. Avant toute chose, l’Agence a embauché Walter Perren, guide de montagne professionnel originaire de Suisse qui travaillait alors dans les Rocheuses canadiennes. Parcs Canada voulait ainsi s’assurer que les plus hautes normes professionnelles seraient suivies au fur et à mesure de l’élaboration du Programme.

Walter Perren enseigne le garde de parc Ollie Hermanrude, des années 1950.
Walter Perren enseigne le garde de parc Ollie Hermanrude, des années 1950.
© Parcs Canada

Cette décision prise il y a plus d’un demi-siècle témoigne de la vision à long terme des dirigeants de Parcs Canada de l’époque. Encore aujourd’hui, la contribution de Walter Perren demeure pertinente et favorise l’efficacité du Programme de sécurité en montagne. Depuis sa création, celui-ci a été perfectionné afin d’assurer l’acquisition et le maintien d’un haut niveau de compétence technique au sein du Service des gardes de parc de Parcs Canada. Au cours de l’évolution du programme de sauvetage, la certification rigoureuse établie par l’Association des guides de montagne canadiens (AGMC) (en anglais seulement) est devenue la norme pour le personnel de Parcs Canada affecté à la sécurité en montagne. En effet, pour mener leurs activités de recherche et de sauvetage, les membres du personnel doivent conserver d’excellentes compétences techniques en alpinisme et en ski et faire preuve d’un jugement sûr et rationnel leur permettant de déterminer les meilleures mesures à prendre en cas d’accident. La certification de l’AGMC garantit qu’ils possèdent ces compétences.

Depuis les années 1960, les hélicoptères servent à transporter les visiteurs de Parcs Canada blessés.
Depuis les années 1960, les hélicoptères servent à transporter les visiteurs de Parcs Canada blessés.
© Parcs Canada

Rapidement, il est apparu que le sauvetage en montagne ne serait pas le seul volet du programme de sécurité publique. La contribution d’experts en matière de prévision et de déclenchement préventif des avalanches s’imposait. Puis, à mesure que des stations de ski ont été aménagées dans les parcs nationaux Banff et Jasper, le service des gardes de parc a été chargé d’effectuer des patrouilles de ski et, plus tard, de diriger des programmes de prévention des avalanches dans ces stations. Durant de nombreuses années, ce travail a permis aux gardes de parc de perfectionner leurs habiletés en ski et d’acquérir la connaissance de la neige requise pour prévoir les avalanches. Depuis la fin des années 1980, les programmes de déclenchement préventif des avalanches des stations de ski sont dirigés par des spécialistes en avalanches employés directement par les stations.

De nos jours, des spécialistes de la sécurité en montagne sont intégrés aux équipes de prévision et de déclenchement préventif des avalanches qui gèrent le programme de prévention des avalanches sur les routes de Parcs Canada. De plus, depuis le début des années 1980, ces spécialistes préparent quotidiennement des bulletins d’avalanche dans l’arrière-pays. Au parc national des Glaciers, la prévention des avalanches le long du corridor routier est effectuée par une équipe de spécialistes puisque l’ampleur du programme y est particulièrement grande.

La recherche et sauvetage , la prévision des avalanches et la prévention des avalanches sur les routes ne sont pas les seules responsabilités assumées par les spécialistes de la sécurité en montagne de Parcs Canada. En effet, le Programme de sécurité en montagne est fondé d’abord et avant tout sur la gestion du risque, qui consiste notamment à fournir des renseignements aux visiteurs dans le cadre d’une stratégie de communication globale visant à améliorer l’expérience des visiteurs et à réduire le nombre d’incidents. Le personnel doit également être capable de s’adresser efficacement aux médias afin de fournir des renseignements exacts et de diffuser les messages de Parcs Canada en matière de sécurité.