Facebook - Parcs sécurité montagne @Parcssecuritemtn

Ski de randonnée et ski de haute montagne dans l'arrière-pays

C’est bien connu, les parcs nationaux des montagnes du Canada offrent des sommets et des pentes parmi les plus spectaculaires au monde que vous pouvez découvrir en ski ou en planche divisible, mais surtout descendre dans la neige fraîche.

Les parcs nationaux des montagnes offrent de la belle poudreuse Les parcs nationaux des montagnes offrent de la belle poudreuse.
© Parcs Canada

Le col Rogers

Le col Rogers , dans le parc national des Glaciers, est réputé mondialement comme une destination exceptionnelle pour le ski de randonnée et de haute montagne. On y trouve cependant un terrain escarpé et complexe, qu’il ne faut pas prendre à la légère. Dès la fin novembre, plusieurs des pentes les plus hautes pourraient offrir de bonnes conditions de ski, mais souvent, le manteau neigeux n’est pas encore assez portant pour que l’on puisse traverser en toute sécurité les crevasses des glaciers. À la fin de la saison, l’épaisseur moyenne du manteau neigeux est de trois à cinq mètres. Quiconque prévoit une excursion hivernale dans l’arrière-pays du parc national des Glaciers doit savoir qu’il s’aventure sur un terrain avalancheux non sécurisé. Encore plus important, les visiteurs doivent y respecter les zones à accès limité. Ces secteurs, qui surplombent la route, sont accessibles uniquement aux détenteurs de permis. L’accès y est autorisé lorsqu’il est absolument certain qu’il ne sera pas nécessaire d’y procéder à un déclenchement préventif d’avalanche au cours de la journée. Les prévisionnistes d’avalanche du col Rogers décident tous les matins si l’accès à chacune de ces zones sera permis ou interdit. Vous pouvez obtenir un permis au Centre de la découverte du Col-Rogers.

Les Rocheuses

Au début de l’hiver (décembre et janvier), la neige froide et sèche des Rocheuses canadiennes forme généralement un manteau instable et peu cohésif. Les conditions de ski dans l’arrière-pays sont alors médiocres et il est recommandé de s’en tenir au ski de piste et au ski alpin dans les stations desservies par un remonte-pente, ou encore au ski de fond dans les vallées. Vers la mi-février, la base du manteau neigeux est généralement assez solide pour la pratique du ski hors-piste, mais c’est aussi à ce moment que se produisent les plus grosses avalanches de la saison. Les skieurs doivent donc choisir prudemment leur itinéraire sur les parcours et sentiers en montagne. Les conditions s’améliorent à compter du mois de mars, mais c’est surtout en avril et en mai qu’il est recommandé de pratiquer la randonnée sur les champs de glace et les pics enneigés le long de la ligne de partage des eaux.

Le champ de glace Wapta, qui chevauche la limite entre les parcs nationaux Banff et Yoho, offre des possibilités exceptionnelles de randonnée en ski sur les glaciers, avec coucher en tente ou dans les refuges, et permet de collectionner les sommets. Il s’agit cependant d’un terrain avalancheux et glaciaire à l’état naturel, non sécurisé. Ne vous aventurez pas en terrain glaciaire si tous les membres de votre groupe n’ont pas l’équipement adéquat et une connaissance approfondie des techniques de déplacement sur les glaciers, de sauvetage en crevasse et d’orientation dans des conditions de voile blanc.

À vérifier avant de partir

Si ce n’est pas déjà fait, inscrivez-vous à un cours de sensibilisation aux avalanches (en anglais seulement). Ce cours vous permettra d’apprendre à identifier un terrain avalancheux, à comprendre les conditions et les facteurs qui causent les avalanches, à planifier et mener une excursion dans l’arrière-pays, à effectuer le sauvetage d’un compagnon et à utiliser les techniques de déplacement appropriées en terrain avalancheux. Avant de partir en excursion, consultez les prévisions météo, les bulletins d’avalanche et l’Échelle d’exposition en terrain avalancheux. N’oubliez pas de consulter également le Guide pratique pour activité d’hiver dans l’arrière-pays. Ne partez pas sans vous assurer que tous les membres de votre groupe sont munis d’un appareil de recherche de victime d’avalanche, d’une pelle et d’une sonde, et qu’ils savent s’en servir. Exercez-vous fréquemment! Rendez-vous au bassin de simulation d’avalanche (en anglais seulement) le plus près de chez vous. Soyez prêt à modifier vos objectifs en fonction de l’évolution des conditions. Ne vous entêtez pas à atteindre une destination précise sous prétexte que vous n’avez qu’un seul jour de congé. De plus, apprenez par cœur le numéro d’urgence du parc national de montagne que vous comptez visiter.

    
Aimez la page Facebook de Parcs sécurité montagne et suivez le fil Twitter de @Parcssecuritemt pour obtenir en temps réel des mises à jour sur les fermetures de routes causées par les déclenchements préventifs d’avalanches.

Pour obtenir les conditions de neige et de glace, inscrivez-vous à la liste d’envoi du bulletin de l’Association des guides de montagne canadiens sur les conditions en montagne (en anglais seulement).

Services de sauvetage

Des spécialistes de la sécurité en montagne offrent des services de sauvetage complets aux visiteurs des parcs nationaux des montagnes Toutefois, les skieurs de randonnée et de haute montagne doivent pouvoir compter sur leurs propres ressources. N’oubliez pas qu’il faudra du temps aux secours pour parvenir jusqu’à vous, surtout s’il fait tempête. En temps normal, les coûts des services de sauvetage sont couverts par les droits d’entrée du parc.