Facebook - Parcs sécurité montagne @Parcssecuritemtn

Activités estivales

Alpinisme | Escalade sportive | Escalade facile

Les Rocheuses canadiennes et la chaîne Selkirk présentent des terrains très accidentés recelant un bon nombre de dangers naturels. En été, les éboulements sont la principale menace qui pèse sur vous, surtout dans les Rocheuses, mais une simple promenade peut toujours vous exposer à des risques d’avalanche. L’outil le plus important à apporter avec vous en montagne, c’est votre jugement. Les renseignements qui suivent vous informeront sur les PRÉCAUTIONS à prendre pour rentrer sain et sauf et pouvoir ainsi planifier un prochain voyage.

Les parcs nationaux des montagnes offrent des aventures exceptionnelles durant l'été. Mont Sifton, parc national des Glaciers. Les parcs nationaux des montagnes offrent des aventures exceptionnelles durant l'été. Mont Sifton, parc national des Glaciers.
© Lynn Martel

Formations rocheuses

Les Rocheuses canadiennes sont composées presque entièrement de roches sédimentaires : calcaire, dolomie, schiste argileux et silice (dont fait partie le quartzite). Les caractéristiques des formations varient énormément; on y trouve de très mauvais rochers d’escalade comme de très bons, suivant les couches exposées. Le parc national des Glaciers, par exemple, où domine le quartzite, offre des rochers d’escalade solides qui ont de bonnes prises et où il est agréable de grimper.

Saison d’escalade

Dans la chaîne Selkirk du parc national des Glaciers, l’épais manteau neigeux persiste généralement jusqu’en juin. De plus, avant le début juillet, au-delà de 2 000 m d’altitude, les pentes enneigées et les glaciers ne sont habituellement pas assez portants pour permettre des déplacements faciles. Dans les Rocheuses, la saison d’escalade peut commencer dès le mois de mai, tandis que sur les sommets alpins de 2 750 m et plus, les conditions deviennent favorables vers la fin du mois de juin ou le début du mois de juillet.

Conditions météorologiques estivales

En montagne, on dit à ceux qui n’aiment pas le temps qu’il fait d’attendre cinq minutes. Dans les parcs nationaux des montagnes, même durant les mois d’été, vous pourriez avoir à vous abriter du soleil sous un chapeau et à appliquer de la crème solaire puis, quelques minutes plus tard, devoir vous protéger d’une averse de neige, le capuchon de votre imperméable bien serré sur vos joues brûlées par le vent. En général, plus l’altitude est élevée, plus il fait froid. Consultez toujours les prévisions météo locales avant de vous aventurer dans l’arrière-pays et assurez-vous d’avoir ce qu’il faut pour vous protéger du froid comme de la chaleur, et de toutes les autres conditions possibles. Les enregistreurs de données sur la température de Parcs Canada sont des stations météorologiques qui recueillent des données sur la température de l’air, la vitesse et la direction des vents, les précipitations et l’épaisseur de la neige accumulée à des endroits représentatifs, généralement dans la zone alpine ou près de la limite forestière. Les données recueillies donnent une idée de ce qui peut être en train de se former dans les zones de départ des avalanches. Le prévisionniste d’avalanches utilise ces données pour prévoir le moment où des avalanches pourraient se déclencher de même que pour mieux comprendre les phénomènes météorologiques et leurs tendances. Pour avoir accès aux données brutes recueillies par les enregistreurs, veuillez cliquer sur le lien suivant : Les enregistreurs de données sur le temps (en anglais seulement)

Les visiteurs de l’arrière-pays les plus futés portent plusieurs couches de vêtements, ce qui leur permet de garder leur corps à la bonne température même lorsque les conditions changent. Imaginez vos vêtements comme un système dans lequel chaque pièce complète l’autre. Apportez toujours un vêtement chaud de plus, en cas de besoin, ainsi qu’un chapeau et des gants. Un incident en apparence sans gravité, comme une entorse, peut vous obliger à vous arrêter soudainement et, par le fait même, vous empêcher de vous abriter d’un soleil de plomb ou réduire la capacité de votre corps à produire de la chaleur. Apportez toujours des vêtements pour vous protéger contre le vent, le froid, la pluie et la neige. Prenez également des lunettes de soleil pour protéger vos yeux des rayons ultraviolets, qui sont d’autant plus dommageables en altitude lorsqu’ils se reflètent sur la neige.

Le guide, c’est vous!

Avant de partir à la découverte de l’arrière-pays, faites des recherches et planifiez votre excursion afin de vous assurer d’avoir toutes les compétences et les connaissances requises. Avisez quelqu’un de votre destination et de la date prévue de votre retour. Si vous planifiez entreprendre une longue randonnée à risque et qu’il vous est impossible d’en aviser un membre de votre famille ou un ami, vous pouvez faire votre inscription préventive au centre d’accueil du parc national de montagne que vous visiterez. Si vous vous inscrivez au départ, selon la loi, vous êtes tenu de signaler votre retour afin d’éviter des recherches coûteuses et inutiles.

Emportez toujours une carte, de la nourriture, de l’eau (ou une bouteille que vous remplirez en route) et des vêtements de rechange. Même si l’eau des parcs nationaux des montagnes est généralement pure, les eaux de surface non traitées peuvent toujours contenir des bactéries ou des parasites néfastes. Ne consommez jamais de neige couleur de pastèque. Faites bouillir et filtrez l’eau non traitée avant de la boire; emportez des comprimés de purification ou de l’eau traitée. Pour en apprendre davantage, consultez Boire de l’eau en plein air au Canada.

Méfiez-vous des risques naturels. Les lacs et les cours d’eau en montagne présentent deux dangers : la noyade et l’hypothermie due à des eaux extrêmement froides. Soyez prudent lorsque vous traversez des cours d’eau ou que vous marchez sur une rive. Faites attention aux ponts de neige, qui peuvent s’effondrer. Ne vous aventurez pas sur des terrains glaciaires si tous les membres de votre groupe ne sont pas équipés adéquatement et n’ont pas une connaissance approfondie des techniques de déplacement sur les glaciers et de sauvetage en crevasse. Familiarisez-vous avec votre équipement avant de partir : apprenez son fonctionnement, assurez-vous qu’il est ajusté à votre taille et vérifiez une dernière fois la liste du matériel à emporter avant de quitter la maison. N’allez nulle part sans votre équipement : trousse de premiers soins, bivouac ou petite bâche, carte, boussole et nécessaire de réparation. Apportez également un GPS, un téléphone cellulaire ou un téléphone satellite (sur lequel vous aurez enregistré les numéros d’urgence), mais ne comptez pas toujours avoir accès à un réseau.

Camping et bivouacs

Les grimpeurs ont la permission de bivouaquer le long des parcours ou ailleurs lorsque leur sécurité en dépend. Cette permission est toutefois assujettie à certaines restrictions. Avant de partir, procurez-vous un permis d’accès à l’arrière-pays au centre d’accueil du parc que vous visitez et prenez connaissance des directives et des règlements en ce qui a trait au camping.

Services de sauvetage

Des spécialistes de la sécurité en montagne offrent des services de sauvetage complets aux visiteurs des parcs nationaux des montagnes. Toutefois, les grimpeurs doivent pouvoir compter sur leurs propres ressources. N’oubliez pas qu’il faudra du temps aux secours pour parvenir jusqu’à vous, surtout s’il fait tempête. En temps normal, les coûts des services de sauvetage sont couverts par les droits d’entrée du parc. Les spécialistes de la sécurité en montagne peuvent répondre à de nombreuses questions sur l’alpinisme et sur les conditions actuelles.