Facebook - Parcs sécurité montagne @Parcssecuritemtn

Rapports d'accidents - janvier 2013

Ensevelissement sur les falaises Maintenance, dans l’arrière-pays de Lake Louise, parc national Banff, le 14 janvier 2014

Ensevelissement sur les falaises Maintenance, dans l’arrière-pays de Lake Louise, parc national Banff, le 14 janvier 2014

Le présent rapport concerne un groupe de trois hommes qui ont quitté la station de ski de Lake Louise à la suite d’un groupe de sept personnes. À leurs dires, c’est « sans s’en rendre compte » qu’ils ont franchi les limites de la station de ski à mi-chemin du sommet Whitehorn. Les trois hommes ont fait du ski et de la planche à neige à la gauche du parcours avant de s’apercevoir qu’ils avaient perdu la trace du groupe devant eux. Ils se sont alors dit que « quelque chose ne tournait pas rond ». Comme l’un des skieurs avait des problèmes liés à une fixation, le groupe a décidé de couper vers la gauche pour regagner la station de ski et s’est retrouvé dans le secteur des falaises Maintenance.

Deux des hommes ont contourné les falaises en skis ou en planche à neige, en coupant à travers le bas de la pente. L’un d’eux a suggéré au dernier membre du groupe de descendre la pente à la verticale, car il avait de la difficulté à contourner la crête. Le planchiste a parcouru 5 m de plus lorsqu’une avalanche s’est déclenchée plus en aval. La neige s’est alors fissurée au-dessus de lui et s’est mise à dévaler la pente. L’homme a été entraîné par l’avalanche et s’est retrouvé complètement enseveli. Il y avait 30 cm de neige au-dessus de sa tête, mais, heureusement, seulement quelques centimètres devant son visage. Il a été enseveli en position assise, tête vers l’aval. Ses mains se trouvaient près de la surface, de sorte qu’il a réussi à donner des coups de poing dans la neige pour les en extraire et pour créer une poche d’air près de son visage. Il n’arrivait cependant pas à s’extirper des débris de l’avalanche.

Personne ne transportait d’équipement de sécurité en avalanche.


 Scène de l’avalanche. Le cercle montre l’endroit où le planchiste a été enseveli, et la flèche, le lieu de l’évacuation.

Les deux autres skieurs, qui n’avaient pas été entraînés dans l’avalanche, ont appelé les secours à 12 h 30. Un spécialiste de la Sécurité des visiteurs de Banff les a chargés de se mettre à la recherche de leur compagnon en guettant tout signe de sa présence – une main, un morceau de planche à neige – et en criant son nom. Ils ont entrepris leurs recherches pendant que la Sécurité des visiteurs mobilisait le personnel de Parcs Canada, la patrouille de ski de Lake Louise, un hélicoptère et une équipe maître-chien pour l’opération de sauvetage.

À 12 h 45, les deux hommes avaient repéré leur compagnon. Celui-ci était indemne, et les deux skieurs creusaient toujours pour l’extraire des débris de l’avalanche. Ils ont refusé le sauvetage, et il leur a fallu une vingtaine de minutes pour ramener leur compagnon à la surface à l’aide de leurs skis. Tout en creusant, ils ont vu passer de nombreux autres skieurs. Une fois le planchiste ramené à la surface, les trois hommes se sont rendu compte qu’ils ne savaient pas comment regagner la station de ski et ont donc accepté de se faire évacuer pour éviter de s’égarer ou de déclencher une autre avalanche.

Deux spécialistes de la Sécurité des visiteurs ont procédé à l’évacuation des trois hommes par hélitreuillage.


Évacuation du planchiste chanceux en compagnie d’un spécialiste de la Sécurité des visiteurs. 

Analyse

Indépendamment de l’endroit où vous vous trouvez, vous demeurez responsable de votre propre sécurité, et vous devez être conscient du type de terrain sur lequel vous vous engagez. Les limites de la station de ski sont bien indiquées. À l’intérieur de ces limites, le terrain est contrôlé et ne présente aucun danger pour les skieurs et les planchistes qui n’ont ni équipement ni connaissance des techniques de sécurité avalanche. À l’extérieur des limites de la station de ski, c’est une autre paire de manches. Les pentes ne font l’objet d’aucune mesure préventive, de sorte que vous devez être conscient des risques d’avalanche et des autres dangers inhérents aux montagnes. De plus, vous devez transporter de l’équipement de sécurité approprié et savoir comment vous en servir.

L’un des membres du groupe avait suivi un cours de deux jours sur les avalanches, et les autres n’avaient aucune formation. Aucun d’eux ne portait d’équipement de sécurité. Aucun d’eux n’avait conscience de se trouver en terrain avalancheux.

Le planchiste l’a échappé belle – il a de la chance d’être encore en vie. Nous ne le dirons jamais assez : pour vous aventurer dans l’arrière-pays, vous devez avoir suivi une formation en sécurité avalanche, connaître les conditions actuelles et avoir sur vous l’équipement de sécurité approprié (ARVA, pelle, sonde).