Gestion du feu et de la végétation dans les parcs montagnes

    
(à gauche) Des wapitis broutent la végétation luxuriante un mois après le brûlage dirigé du ruisseau Carrot, en 2007 (à droite) Une équipe de gestion du feu de Parcs Canada au travail lors du brûlage dirigé du mont Nestor, en 2009 © Parcs Canada

Le feu joue un rôle primordial dans le paysage canadien

Pendant des millénaires, le feu a joué un rôle primordial dans le paysage canadien. Ici, dans les parcs nationaux des montagnes, il a façonné la vie animale et végétale.

Au cours des premières années

Au cours des premières années d’existence du réseau des parcs nationaux, le feu était perçu comme une force négative qui détruisait la beauté du paysage et la faune. En 1909, Parcs Canada a embauché ses premiers gardes des parcs nationaux (que l’on appelait les gardes forestiers et les gardes-chasse) et leur a confié comme mission principale d’éteindre les incendies.

En l’absence d’incendies naturels

En l’absence d’incendies naturels, la végétation des parcs des montagnes a changé. Le résultat : un appauvrissement de la diversité forestière, une moins grande diversité d’habitats fauniques, des forêts plus vulnérables aux insectes et aux maladies, ainsi qu’un risque accru d’incendies catastrophiques à cause de l’accumulation de combustible.

Aujourd'hui nous avons recours à des brûlages dirigés planifiés avec soin  

Afin de remédier à cette situation, Parcs Canada a mis en place des politiques de gestion du feu qui reconnaissent l’importance du feu dans les parcs nationaux des montagnes. Bien que nous continuions d’éteindre les incendies destructeurs, nous travaillons maintenant à rétablir le feu et ses effets bénéfiques sur nos paysages. Notre programme actuel de gestion du feu est fort de l’expérience que nous avons acquise au cours de décennies de lutte contre les incendies, de brûlages dirigés et de recherches sur les effets du feu sur le paysage. Aujourd’hui, Parcs Canada est un chef de file en matière de gestion du feu.