Parc national du Canada Jasper

Transcription de la vidéo

Caribou des bois
Une vidéo au sujet du caribou des bois dans les parcs nationaux Banff et Jasper ainsi que dans les parcs nationaux des Glaciers et du Mont-Revelstoke. Cette vidéo présente les cinq grandes menaces qui pèsent sur cette espèce en péril et met en lumière les recherches en cours dans le parc national Jasper. Elle montre aussi des biologistes à l’œuvre sur le terrain.

Texte:
(Logo du castor de Parcs Canada) parcscanada.pc.gc.ca
Un film de Cam Koerselman

Audio:
Au cœur de la vallée Tonquin, dans le parc national Jasper, les biologistes de Parcs Canada sont en plein travail. Ils mènent une enquête sur les lieux où des caribous auraient pu être tués, dans le cadre d’un programme permanent de surveillance de la prédation par le loup dans le parc. La tâche n’est pas simple : il leur faut parcourir 50 km à pied dans l’arrière-pays sur du terrain difficile et chercher des restes de nourriture goulûment léchés l’hiver dernier par une meute de loups affamés. L’équipe a parfois l’impression de chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais les biologistes sont bien préparés… À l’aide de données GPS tirées des colliers émetteurs de la meute, ils se laissent guider par leur propre GPS pour se rapprocher dans un rayon de quelques mètres de l’endroit où un caribou a peut-être été tué.

Le narrateur présente le travail des biologistes du parc national Jasper à l’aide d’images variées de la vallée Tonquin, dans le parc national Jasper : des nuages qui s’amoncellent au‑dessus du lac Amethyst, des fleurs alpines, l’escarpement The Ramparts, une marmotte sur une roche, des randonneurs traversant une forêt, un pré et un ruisseau, un loup, une carcasse protégée par un loup, un panorama de montagne, des randonneurs, une femme portant un sac à dos qui se sert d’un GPS et scrute le sol.

Audio:
Ça ne devrait pas être loin d’ici.

La biologiste Layla Neufeld parle tout en regardant autour d’elle, un GPS à la main.


Audio:
Les biologistes cherchent en vain les restes d’une carcasse. Ils en concluent que les loups se sont servis de l’endroit l’hiver dernier pour se reposer et non pour faire bombance.

Le narrateur poursuit pendant que défilent des images de deux biologistes à la recherche d’un lieu d’abattage dans les buissons.

Audio:
Nous avons une définition assez large de ce qu’est un lieu d’abattage, et c’est tout à notre avantage. Il nous est déjà arrivé de nous rendre à un lieu où des loups avaient passé seulement deux à trois heures, et nous avons quand même découvert une carcasse. Ce qui se produit, c’est que le GPS ne peut pas tout à fait atteindre le satellite à cause d’un gros obstacle, tel qu’une paroi rocheuse ou des rochers. La définition large nous aide à établir la démarcation entre un lieu de repos et un lieu d’abattage.

Texte:
Layla Neufeld, biologiste du caribou

Layla Neufeld, biologiste spécialiste du caribou, parle des lieux d’abattage utilisés par les loups. La vidéo montre des images d’elle et d’un autre biologiste qui cherche un lieu d’abattage, puis d’un lac de montagne.

Audio:
Mais il n’est pas forcément décevant de ne pas trouver de carcasse… parce que les hardes de caribous des Rocheuses ne peuvent pas se permettre de perdre trop de bêtes.

Le narrateur enchaîne. L’écran montre le gros plan d’un caribou et l’escarpement The Ramparts, dans la vallée Tonquin.

Audio:
Au dernier recensement, on comptait 87 caribous et il pourrait y en avoir jusqu'à 96, alors presqu'une centaine de caribous dans le parc. Nous estimons que, en 1988, il en comptait environ 175, alors la population a diminué depuis. Dans le parc national Banff, il y en avait seulement cinq, et ils ont tous été emportés par une avalanche le printemps dernier. Selon toute probabilité, l’espèce a disparu du parc.

Texte:
Mark Bradley, biologiste du caribou

Mark Bradley, biologiste spécialiste du caribou, décrit la situation actuelle du caribou dans les parcs nationaux Jasper et Banff pendant qu’apparaissent des images de la vallée Tonquin et d’une dizaine de caribous.

Audio:
Il y a différents types de caribous au Canada, et l’espèce qui figure sur la pièce de 25 ¢ est celle que nous connaissons probablement le mieux. Mais, la plupart du temps, lorsque nous pensons au caribou, nous avons plutôt à l’esprit des images du caribou de la toundra – des hardes immenses qui migrent jusqu’à la côte pour mettre bas avant de reprendre la route vers l’intérieur des terres. Le caribou des bois, lui, vit généralement sous la limite forestière au Canada; il n’entreprend pas de longues migrations, ne va pas mettre bas sur la côte et ne forme pas de grands troupeaux. Bien des gens sont surpris d’apprendre qu’il y a des caribous des bois dans des régions aussi méridionales que le parc national Jasper, le Sud de la Colombie-Britannique et même les États-Unis.

Layla Neufeld parle du caribou au Canada tandis que la vidéo montre des images de caribous dans la vallée Tonquin.

Audio:
Parcs Canada mène activement des recherches sur les caribous des bois qui vivent dans les parcs nationaux des montagnes pour découvrir le meilleur moyen d’assurer la stabilité des populations. Nos chercheurs ont cerné cinq grandes menaces.

Le narrateur poursuit. L’écran montre des images de Layla utilisant une antenne de télémesure et un récepteur, sous le regard attentif d’un autre employé de Parcs Canada. Cette séquence est suivie d’un gros plan de l’antenne, puis d’une image de Layla en train d’examiner une feuille de données.

Audio:
La première de ces menaces, et celle qui est gérée le plus étroitement, est l’altération de la dynamique prédateur-proie. Le problème est créé par le fait que le parc compte une population stable et anormalement élevée de wapitis. Cette surabondance de wapitis soutient une population accrue de loups – qui sont des prédateurs du caribou.

Le narrateur décrit la première menace pendant que l’écran montre le chiffre 1 en gros et cinq vidéos du côté gauche : deux vidéos de loups, une d’un panneau de limite de vitesse de 70 km à l’heure dans une zone fréquentée par les caribous, une d’un bloc de coupe et la dernière de caribous. Ces images représentent les cinq catégories de menaces. L’écran fait un zoom sur la première vidéo d’un loup. Viennent ensuite des images d’un wapiti mâle mangeant de l’herbe, d’un loup et d’un caribou.

Audio:
La deuxième menace est celle que crée un meilleur accès au territoire du caribou par les prédateurs.

Le narrateur présente la deuxième menace. L’écran montre le chiffre 2 en gros et les cinq vidéos représentant les menaces. Il fait un zoom sur la deuxième vidéo – les loups.

Audio:
Les caribous vivent sur les pentes supérieures des montagnes. En hiver, surtout, ils occupent cet espace pour rester à l’écart des loups. En traçant des pistes jusque dans l’habitat du caribou, nous créons un sentier parfait – les loups peuvent facilement accéder au territoire des caribous, et cela accroît les risques de prédation.

Layla Neufeld décrit la menace représentée par l’accès des prédateurs à l’aide d’images vidéo de caribous dans la vallée Tonquin, d’un skieur de fond et d’un loup.

Audio:
Les perturbations d’origine humaine composent la troisième menace.

Le narrateur parle. L’écran montre le chiffre 3 en gros et les cinq vidéos représentant les menaces. Il fait un zoom sur la troisième vidéo – la zone de vitesse réduite.

Audio:
Dans le parc national Jasper, nous avons perdu environ 13 caribous sur la promenade des Glaciers depuis 1988. Ce sont des pertes facilement évitables, et elles contribuent pour beaucoup au déclin de la population. Nous avons donc agi en réduisant les limites de vitesse dans ces secteurs. D’autre part, lorsque nous faisons de la randonnée dans leur territoire, les caribous s’enfuient parfois loin de leur habitat pour nous éviter.

Layla Neufeld décrit la menace à l’aide de séquences vidéo du glacier Angel, de l’image d’un caribou qui s’estompe ainsi que de plans montrant une zone de vitesse réduite à 70 km à l’heure et une voiture roulant sur la promenade des Glaciers en hiver, deux femmes en randonnée et des caribous à la course.

Audio:
La quatrième menace est la perte d’habitat.

Le narrateur présente la quatrième menace pendant que l’écran montre le chiffre 4 en gros et les cinq petites vidéos. Il fait un zoom sur la quatrième vidéo – le bloc de coupe.

Audio:
Cette menace n’est pas très présente dans les parcs nationaux, mais le feu peut en être un bon exemple, en ce sens qu’il modifie l’habitat du caribou. À l’extérieur du parc national, nous pouvons penser aux blocs de coupe, aux pipelines et aux profils sismiques.

Layla Neufeld parle pendant que défilent des images de feux de forêt et d’un bloc de coupe.

Audio:
La cinquième menace est engendrée par la petite taille des populations, comme le montre bien la perte de toute la harde du parc national Banff dans une seule avalanche. Chez les petites populations, les impacts ordinaires sont amplifiés; chaque animal devient précieux.

Le narrateur décrit la cinquième menace. L’écran montre le chiffre 5 en gros et les cinq petites vidéos. Il fait un zoom sur la dernière vidéo, qui présente des caribous dans la vallée Tonquin.

Audio:
Le caribou est une espèce vraiment intéressante qui est très bien adaptée à un environnement particulier. Il possède des caractéristiques qui sortent de l’ordinaire, et il vit dans des endroits où il est le seul à pouvoir survivre. Le caribou est associé à nous de bien des façons, que ce soit sur le plan culturel ou sur le plan économique. Et c’est l’un des premiers cervidés que nous apprenons à connaître, simplement parce qu’il figure sur une de nos pièces de monnaie. Le caribou est aussi un bon indicateur de la santé de l’écosystème. Pour toutes ces raisons, je crois que nous devrions tous nous renseigner sur le caribou et participer à son rétablissement, donner notre opinion quand on nous la demande et simplement nous tenir au courant de la situation du caribou et de son écologie.

Layla Neufeld décrit l’importance du caribou des bois à l’aide d’images montrant l’escarpement The Ramparts, dans la vallée Tonquin, une abeille sur une fleur alpine jaune et des caribous.

Texte:
Pour en savoir davantage, visitez le site pc.gc.ca.

Musique par: Aiden Knight and Kevin MacLeod
Narration par: Annie Arseneau, Ted Dolan
Narration enregistrée par : Niki Wilson

Nous tenons à remercier particulièrement: Marcia deWandel, Shelley Bird, Conservation de la nature Canada pour les photos des blocs de coupe, Mark Bradley, Steve Malcom, Colin Koerselman, Lindsay Gergel