Parc national du Canada Wapusk

Mise à jour du directeur

Sheldon Kowalchuk
Directeur par intérim
Parc national Wapusk et lieux historiques nationaux du Nord du Manitoba

Échos de Wapusk - Volume 6, 2013

Sheldon Kowalchuk; Cam Elliott Sheldon Kowalchuk; Cam Elliott
© Parcs Canada

C’est avec des sentiments partagés que j’écris ce rapport, puisque ce sera ma dernière mise à jour en tant que directeur. J’ai accepté un poste au parc provincial Saskatchewan Landing, dans le Sud-Ouest de la Saskatchewan. J’ai travaillé pendant plus de six ans pour Parcs Canada à Churchill et cette période a été riche en aventures et en expériences. J’ai pu rencontrer de nombreuses personnes extraordinaires avec lesquelles j’ai travaillé, d’abord comme gestionnaire de la Conservation des ressources, pendant quatre ans et demi, puis comme directeur par intérim depuis un an et demi. Cam Elliott, qui était affecté à la Direction de l’établissement des aires protégées de Parcs Canada pour travailler à une proposition de parc national pour la région naturelle des basses terres du Manitoba, reprendra au début du mois d’avril 2013 son poste de directeur du parc national Wapusk et des lieux historiques nationaux du Nord du Manitoba.

Voici une mise à jour sur divers sujets, présentée au nom du Conseil de gestion de Wapusk (CGW) et du personnel de Parcs Canada.

Au cours des mois de décembre 2012 et de janvier 2013, Parcs Canada a annoncé la possibilité pour les entreprises de présenter une demande de permis d’exploitation d’un commerce afin de guider des randonnées en canot ou en kayak sur la rivière Owl, dans le parc national Wapusk. Cette première offre d’occasion commerciale visant à offrir des voyages de canot/kayak n’a pas donné lieu à une délivrance de permis pour l’instant. Cependant, l’Agence Parcs Canada est heureuse de donner cette possibilité sans pareille d’expédition aux voyageurs indépendants en 2013, dans le cadre des nouvelles activités offertes aux visiteurs du parc. De plus, un avis de déclarations d’intérêt sera publié au cours de l’été 2013 et on communiquera avec des voyagistes susceptibles d’être intéressés à obtenir un permis d’exploitation pour offrir des excursions guidées en traîneaux à chiens, des excursions guidées en autoneige, ainsi que des randonnées guidées et des nuitées dans le parc.

Dans le cadre de la deuxième phase de délivrance de permis d’exploitation au parc national Wapusk, des permis ont été préparés pour des compagnies d’affrètement d’aéronef et des entreprises par transport de marchandises par autoneige. Abordant une autre possibilité définie dans le plan directeur du parc, le personnel de Parcs Canada s’est efforcé de déterminer les endroits qui pourraient servir à l’aménagement d’un pavillon dans l’arrière-pays. Les endroits qui ne peuvent être pris en considération sont les régions écologiquement et culturellement vulnérables, comme les aires de mise bas du troupeau de caribous du cap Churchill et les aires de regroupement estival de l’ours polaire. Cela nous aidera à veiller à ce que l’impact sur l’intégrité écologique du parc soit réduite au minimum si un pavillon est construit dans l’arrière-pays du parc.

Des consultations publiques ont été tenues au mois de février 2013 sur la mise en oeuvre d’un certain nombre de propositions de nouveaux droits au parc national Wapusk. Dans l’ensemble, un appui général a été accordé aux droits proposés, lesquels devraient entrer en vigueur plus tard au cours de 2013.

Parcs Canada a officialisé ses relations de travail avec divers partenaires par la signature de plusieurs protocoles d’entente, notamment avec le Centre d’études nordiques de Churchill, ArcticNet (Écoles sur la toundra) ainsi que Conservation Manitoba et Gestion des ressources hydriques Manitoba (à l’étude).

Frontiers North Adventures et Wat’chee Expeditions ont continué de guider les visiteurs dans le parc national Wapusk en 2012-2013. Un projet a été mis sur pied par Polar Bears International et explore.org à l’automne 2012 qui permettait aux internautes d’accéder à des vidéos en direct d’ours polaires du cap Churchill, dans le parc. Le projet devrait se poursuivre à l’avenir et pourrait être étendu afin d’inclure la possibilité d’observer le caribou.

Le CGW a passé en revue onze demandes de permis de recherche et de collecte à l’occasion d’une conférence téléphonique tenue en mars 2013. Deux projets continueront d’être privilégiés par le Conseil au cours des prochaines années. Le premier consiste à obtenir la participation des trappeurs en ce qui concerne la gestion du trappage dans le parc, notamment la possibilité d’établir éventuellement un secteur de piégeage enregistré, en fonction du soutien accordé à cette initiative. Le deuxième projet consiste à nommer approximativement 30 lacs, ruisseaux et autres caractéristiques géographiques du parc qui demeurent sans nom. Le public pourra participer et faire parvenir ses suggestions..

En quittant Churchill après six années, je me souviens qu’à mon dernier voyage au parc national Wapusk, j’ai pu observer un carcajou et une soixantaine de caribous à la mi-mars. Ce fut aussi mémorable qu’à mon premier voyage dans le parc en novembre 2006, alors que j’avais observé une quinzaine d’ours polaires. Pour conclure, j’espère que tous les Canadiens pourront visiter leur parc préféré, nouer des liens avec la nature et emmagasiner des souvenirs semblables à ceux que j’ai eu le privilège d’accumuler au cours de mes expériences au parc national Wapusk.