Parc national du Canada Wapusk

Vue aérienne des étangs et des marais de dégel Étangs et marais de décongélation
© Parcs Canada

Caractéristiques du paysage

Région physiographique du parc national Wapusk. Cliq à bourdonner.
Région physiographique du parc national Wapusk. Cliq à bourdonner.
© Parcs Canada

Le parc national Wapusk s’étend sur une superficie de 11 475 kilomètres carrés et se situe dans la région des basses-terres de la baie d’Hudson, qui constitue de vastes et basses plaines sur la rive ouest de la baie d’Hudson. Cette région subarctique est composée de pergélisol continu (sol gelé en permanence) et est recouverte par le manteau de tourbe le plus vaste en Amérique du Nord. De plus, des lacs, des tourbières, des marais, des ruisseaux et des rivières couvrent la moitié de la surface de la région.

En raison de l’emplacement du parc national Wapusk, qui est une zone de transition entre la forêt boréale et la toundra arctique, on y trouve une gamme diverse d’habitats. La région côtière est caractérisée par des marais salés, des dunes, des plages et une vaste zone intertidale qui s’étend sur près de 10 kilomètres entre les limites de marée haute et de marée basse. À l’ouest de cette région côtière se trouvent les grands espaces de la toundra, composés d’anciennes crêtes de plage, de cariçaies, de tourbières et d’étangs de toundra. Dans la région sud-ouest du parc, on trouve un paysage parsemé d’épinettes, de mélèzes laricins et de saules usés par le climat, qui forment les forêts nordiques de la taïga.

Du point de vue géologique, il s'agit d'un jeune paysage qui s'élève lentement à raison d'un mètre par siècle depuis la fonte des glaciers continentaux, il y a environ 9 000 ans. Les crêtes de plages anciennes qui bordent la baie d'Hudson et forment des lignes parallèles jusqu'à 100 km vers l'intérieur sont une caractéristique observable de ce phénomène géologique, nommé relèvement isostatique.