Parc national du Mont-Riding

Le retour de la loutre de rivière au parc national du Mont-Riding

Loutre de rivière (Lontra Canadensis)

La loutre est un exemple intéressant de la façon dont un geste (la diminution du piégeage des castors à l’extérieur du parc) peut avoir des répercussions sur une tout autre espèce. Voici l’explication : avant la création du parc national du Mont-Riding, la loutre risquait de disparaître de la région. Son récent retour est attribuable uniquement à un lien bizarre : la chute du prix des fourrures de castor. La loutre est un animal curieux, et il est donc facile de la capturer, même accidentellement. Il y a 20 ans, on piégeait régulièrement des loutres dans des pièges à castor autour du PNMR. Par conséquent, la loutre ne retournait pas au parc. Cependant, au cours des vingt dernières années, le prix des fourrures de castor s’est effondré, et les trappeurs piègent de moins en moins le castor. Cela a permis à la loutre venue d’autres régions de recoloniser le parc.

Le PNMR utilise des appareils photo actionnés par le mouvement pour surveiller le nombre de loutres et pour chercher des signes de reproduction réussie (cette vidéo présente une femelle et ses deux petits presque adultes). Surveillez les loutres le long des petites rivières et ruisseaux dans le PNMR. On ne sait jamais où la loutre montrera le bout de son nez!

Cinq faits intéressants sur la loutre :

  • Il y a deux espèces de loutres en Amérique du Nord : la loutre de rivière et la loutre de mer.
  • Le petit de la loutre apprend à nager lorsqu’il a environ deux mois.
  • Lorsqu’elle est sous l’eau, la loutre peut fermer ses narines et ses oreilles pour empêcher l’eau d’entrer.
  • La loutre a une alimentation variée : écrevisses, palourdes, poisson, insectes et amphibiens.
  • La loutre aime jouer et glisser sur la boue ou la neige des rives et des collines.