Parc national Mont-Revelstoke

La région naturelle de la Chaîne Columbia

Ensemble, le parc national du Mont-Revelstoke et le parc national des Glaciers représentent la région naturelle de la Chaîne Columbia dans le réseau des parcs nationaux du Canada. Les chaînes de montagnes qui la composent (Purcell, Selkirk, Cariboo, Monashee) constituent le premier obstacle topographique élevé, à l'est de la chaîne Côtière. Du point de vue de sa géologie et de son climat, la chaîne Columbia est différente des Rocheuses canadiennes, qui bordent le parc national des Glaciers, à l'est. Le parc national du Mont-Revelstoke se trouve entièrement dans la chaîne Selkirk de la chaîne Columbia.

Notre climat prend naissance au large de l'océan Pacifique. Des masses d'air doux et humide, en provenance de l'ouest, se heurtent au mur de la chaîne Columbia, déversant du coup d'abondantes précipitations, été comme hiver. Précipitations annuelles élevées, grosses accumulations de neige et températures hivernales plutôt douces comptent parmi les particularités qui caractérisent la chaîne Columbia et ses deux parcs nationaux, les parcs du Mont-Revelstoke et des Glaciers. (Pour obtenir de plus amples renseignements sur le climat et les saisons, veuillez consulter notre page Météo).

Le mont-Revelstoke, vu de l'autre côté de la fleuve Columbia
Forêt de la pluie - Forêt de la neige - Forêt disparu
© Parks Canada / Michael Morris

Le parc national du Mont-Revelstoke est composé de trois biozones distinctes, qui sont déterminées par l'altitude. Plus haut dans la montagne, il y a plus de précipitations, et elles se déversent sous forme de neige plutôt que de pluie. Les profondes couches de neige qui perdurent et les températures froides qui prévalent en altitude écourtent la saison de croissance, jusqu'à un point où les arbres ne peuvent pas pousser. Ces trois biozones se répartissent en trois catégories : la forêt pluviale, la forêt de neige et l'absence de forêt.

Tout en bas dans le parc, les précipitations annuelles de la région tombent surtout sous forme de pluie. Nous sommes dans la forêt pluviale de l'intérieur : la végétation est dense, et les gros arbres rappellent aux visiteurs le nord-ouest de la côte du Pacifique. Des thuyas géants, des pruches occidentales et des pins argentés dominent des arbustes, comme l'aralie épineuse, l'if occidental et le buis de montagne. Une riche diversité de fougères et de mousses recouvrent le tapis forestier. Les forestiers appellent cette zone la forêt de thuyas et de pruches de l'intérieur. La forêt, autrefois vaste, de la ceinture humide de l'intérieur de la Colombie-Britannique constitue la seule forêt pluviale tempérée intérieure au monde. Pour faire l'expérience de ce type de forêt des plus magnifiques, empruntez le sentier de nature des Cèdres-Géants. Pour obtenir de plus amples renseignements sur ce type de forêt, consultez notre fiche d'information sur la forêt pluviale tempérée d'arbres anciens.

Lorsque vous quittez la route Transcanadienne pour entreprendre l'ascension du mont Revelstoke, vous constaterez, aux environs du belvédère de la forêt de neige, que la forêt commence à changer en apparence et en composition. Vous êtes sur le point de pénétrer dans la biozone subalpine intérieure, que les forestiers appellent la zone d'épinettes d'Engelmann et de sapins subalpins. Dans la zone subalpine inférieure, les forêts subalpines sont dominées par des épinettes d'Engelmann, des sapins subalpins, des sapins et des pruches subalpines. La forêt commence à s'éclaircir à partir de la limite des arbres, soit la zone subalpine supérieure, ce qui donne naissance à des prés ouverts typiques d'un parc. Ces prés se parent de fleurs de toutes les couleurs en août, notamment le castilléja, l'erythrone à grandes fleurs, l'épilobe à feuilles étroites, le lupin et le mimule ponctué. Pour visiter les prés subalpins en été, vous n'avez qu'à parcourir la promenade des Prés-dans-le-Ciel jusqu'au lac Balsam, près du sommet du mont Revelstoke.

Puces des neiges dorées
Puces des neiges dorées
© Parks Canada

À 2 000 m d'altitude environ, la saison de croissance est si courte qu'il est impossible aux arbres de survivre. Au moins 50 % de la superficie du parc national du Mont-Revelstoke se trouve au-dessus de la limite des arbres, et elle est surtout composée de roc. Un secteur correspondant à près de 12 % du parc est recouvert en permanence de glace et de neige. La végétation de toundra est composée de prés de bruyères et de carex mais, à de nombreux endroits, seul le lichen, qui pousse sur les parois rocheuses, arrive à survivre. Les secteurs au-dessus de la limite forestière abritent des animaux toute l'année ou pendant certaines saisons, notamment le grizzli, la chèvre de montagne, le lagopède à queue blanche, la marmotte des Rocheuses, le spermophile à mante dorée, le caribou de montagne et le pika.

Lézard-alligator boréal Lézard-alligator boréal
© Parks Canada

Les couloirs d'avalanche et les terres humides constituent un habitat particulier dans le parc national du Mont-Revelstoke. Ces terres humides sont très rares dans les vallées étroites et profondes de la chaîne Selkirk. Vous pouvez explorer des terres humides plantées de roseaux des étangs, de carex, de cicutaires maculées et de choux puants le long de la rivière Illecillewaet, sur le sentier de nature des Choux-Puants. Des couloirs d'avalanche balaient la montagne, depuis la crête jusqu'au fond des vallées. Ils verdissent tôt au printemps et constituent des aires importantes d'alimentation en début de saison pour les grizzlis.


Pour en savoir davantage sur les divers aspects de l'écologie et de la faune de la chaîne Columbia :