Parc national du Mont-Revelstoke

Le camp d'internement, Mont-Revelstoke

Bâtiments, camp d'internement sur Mont-Revelstoke, 1915 Le camp d'internement de Mont-Revelstoke était en opération de septembre jusqu'au décembre, 1915
© Musée de la ville de Revelstoke Le camp d'internement de Mont-Revelstoke © Musée de la ville de Revelstoke

Au cours de la Première Guerre Mondiale, en vertu de la Loi sur les Mesures de Guerre (War Measures Act), 24 camps d'internement furent établis dans l'ensemble du pays. Plus de 5000 civils, pour la plupart Ukrainiens, ainsi que d'autres Européens, considérés comme ennemis étrangers, y furent détenus sans raison.Quatre de ces camps étaient situés dans les parcs nationaux de Banff, de Jasper, de Yoho et du Mont Revelstoke.

Des habitants de Revelstoke poussèrent le gouvernement fédéral à employer ces internés pour assurer l'achèvement de la nouvelle route conduisant au sommet du mont Revelstoke. Le Commissaire aux Parcs du Dominion de l'époque, J. B. Harkin, considéra également que ces derniers pouvaient constituer une main-d'oeuvre particulièrement utile à la mise en valeur des installations pour visiteurs.

Un camp d'internement fut construit près de ce site en 1915, et du 6 septembre au 20 décembre, 225 internés et 100 gardes habitaient des baraquements en rondins. En raison des conditions climatiques et du conflit avec les travailleurs, les hommes, contrairement aux prévisions, passèrent le plus clair de leur temps à déblayer la neige et à couper du bois de chauffage au lieu de travailler à la construction de la route. L'approvisionnement en eau s'avéra insuffisant au cours de l'hiver sur le site, et les internés furent déplacés au camp Otter dans le parc national Yoho. Le camp du Mont Revelstoke fut alors fermé.

Au cours de la Première Guerre Mondiale, en vertu de la Loi sur les Mesures de Guerre (War Measures Act), 24 camps d'internement furent établis dans l'ensemble du pays. Plus de 5000 civils, pour la plupart Ukrainiens, ainsi que d'autres Européens, considérés comme ennemis étrangers, y furent détenus sans raison

Quatre de ces camps étaient situés dans les parcs nationaux de Banff, de Jasper, de Yoho et du Mont Revelstoke. La Première Guerre Mondiale se termina le 11 novembre 1918, mais quelques prisonniers furent retenus dans d'autres camps jusqu'à la fin du printemps 1920. C'est alors que le Canada mit fin définitivement à sa politique d'internement national.