Réserve de parc national du Canada Pacific Rim

Un endroit fascinant

Les rayons du soleil percent la brume à la plage Combers
Une promenade aux premières heures du jour sur la plage Combers
©Parcs Canada / W. Lynch, 1985

Errez le long d'une plage sablonneuse, escaladez des promontoires, jetez un coup d'oeil dans les cubettes laissées par la marée, émerveillez-vous de trouver de la vie sous une roche, ou observez la violence avec laquelle la mer frappe les rochers. Partez à la découverte du rivage.

Le mot « intertidal » signifie simplement « entre les marées ». Il qualifie en fait tout l'espace ou le rivage qui est exposé à l'air à marée basse et que l'océan recouvre à marée haute.


Un écosystème des plus vivants

La réserve de parc national du Canada Pacific Rim protège une vie incroyablement abondante et diversifiée dans la zone intertidale.

Le grand nombre d'espèces différentes que compte la zone intertidale constitue l'une des raisons pour lesquelles cet endroit est si intéressant à explorer.Mais pourquoi y a-t-il autant d'organismes et autant de types différents d'organismes dans la zone intertidale de ce parc national? De nombreuses raisons expliquent ce phénomène :

  • Cette région connaît rarement des conditions de gel pouvant tuer les espèces végétales et animales de la zone intertidale;
  • Les courants remontants transportent de l'eau riche en éléments nutritifs dans les secteurs peu profonds, favorisant ainsi le bon développent du plancton et des plantes vivant au fond de la mer;
  • Il n'y a pas de glace à la dérive qui pourrait arracher la vie de la zone intertidale;
  • Il n'y a presque pas de poissons qui se nourrissent de plantes;
  • La roche qui recouvre une bonne partie du littoral de l'océan Pacifique est extrêmement stable, constituant un point d'ancrage solide pour bon nombre d'algues et d'invertébrés marins;

La région est également souvent brumeuse (et donc humide) durant l'été, ce qui permet aux créatures exposées à l'air de ne pas se déshydrater ni brûler.


Les marées, l 'heure et vous
Créatures des cuvettes de marée
De grandes anémones vertes en compagnie de bon nombre de créatures intéressantes.
©Parcs Canada / M. Hobson, 1987

Vous devez absolument penser à la marée lorsque vous êtes dans la zone intertidale. Ce que vous voyez et ce que vous faites dans cette zone varie selon la hauteur de la marée.

En général, ce parc national connaît deux marées hautes et deux marées basses par jour, l'intervalle entre la marée haute et la marée basse étant d'environ six heures. L'heure et la hauteur des marées hautes et basses varient légèrement d'un jour à l'autre en raison des déplacements relatifs du Soleil, de la Lune et de la Terre.

À marée basse, les plages sont plus larges et l'on peut voir un plus grand nombre de créatures intertidales. La marée haute facilite généralement la mise à l'eau des kayaks et offre un meilleur spectacle aux observateurs de tempêtes.

Lorsque vous explorez le rivage, il est extrêmement utile de savoir lire les tables de marées, puisque votre sécurité en dépend.


Regardez où vous mettez ces millions de pieds
La marée haute recouvre la plage d'eau
À marée haute, les billes qui flottent, se déplacent et roulent peuvent être dangereuses.
©Parcs Canada / W. McIntyre, 1976

Parmi les organismes que l'on trouve en très grand nombre dans notre zone intertidale, mentionnons l'Homo sapien. Chaque personne qui marche sur la plage, qui explore les cuvettes de marée, qui met son kayak à l'eau ou qui dresse sa tente sur les plages du sentier de la Côte-Ouest se trouve dans la zone intertidale.

Au nombre de 600 000 par année, les visiteurs de ce parc ont une incidence considérable sur la zone intertidale. Voici quelques conseils utiles qui vous aideront à réduire les effets de votre passage lorsque vous explorerez la zone intertidale :

La vie dans la zone intertidale est vulnérable au piétinement
L'activité humaine dans la zone intertidale peut causer des dommages considérables aux espèces végétales et animales qui y vivent.
©Parcs Canada / H. Holmes, 1992

Éviter d'écraser, de broyer et de trépigner : regardez où vous mettez les pieds; les roches sont recouvertes de vie;

  • Éviter de pousser, de secouer et de fouiller : explorez tout en douceur; respectez la vie que vous découvrez;
  • Évitez le syndrome de la poche, du sac et du seau remplis : quittez le parc national la tête pleine de souvenirs et utilisez un appareil-photo; il est illégal de rapporter des artefacts tels que des coquillages, des pierres, du bois flotté ou des étoiles de mer.

Rappelez-vous que les plantes et les animaux que vous voyez sur les roches sont vivants, quoique dormants, et qu'ils attendent le retour de la marée et de l'eau océanique. Respectez-les au même titre que tout ce qui vit.

Chacun de nos gestes compte; nous jouons tous un rôle dans la protection de nos parcs.