Réserve de parc national du Canada Pacific Rim

Une forêt pluviale au Canada! Où cela?

Forêt pluviale tempérée le long de la côte
En Amérique du Nord, la forêt pluviale tempérée est peuplée surtout de conifères.
©Parcs Canada / B. Campbell, K-8 / 1978

La côte sud-ouest du Canada reçoit des précipitations abondantes et possède une vie végétale des plus riches : c'est véritablement une forêt pluviale. Elle s'étend :

  • à l'ouest jusqu'à l'océan Pacifique;
  • au nord vers la forêt boréale, la toundra arctique et les zones humides;
  • au sud vers les forêts sèches et les steppes de la Californie;
  • à l'est vers les crêtes de la chaîne Côtière;
  • et le long des versants des montagnes jusqu'à la toundra alpine et les glaciers.

Les réserves de parc national Pacific Rim et Gwaii Haanas du Canada tentent de protéger des exemples de la forêt pluviale tempérée du Canada. Où que vous soyez dans le parc, si vos pieds ne trempent pas dans l'eau salée, c'est que vous êtes probablement dans la forêt pluviale. Que vous dressiez votre tente dans un terrain de camping, que vous fassiez une randonnée sur un sentier ou que vous conduisiez vers l'une des collectivités en dehors du parc, vous êtes dans la forêt pluviale.


La recette de la forêt pluviale
Des gouttes de pluie s'accrochent aux aiguilles d'un pin tordu Cette région reçoit environ 3 mètres de pluie chaque année.
©Parcs Canada / B. Campbell, Y / 1972
Ingrédients clés :
  • De la pluie, beaucoup de pluie (ou d'autres précipitations, c.-à-d. neige, bruine, brume, brouillard). La région doit recevoir au moins 250 cm (100 pouces) d'humidité par année. Notre climat maritime humide nous donne des précipitations annuelles d'environ 300 cm (120 pouces).
  • Une forêt (s'il n'y avait pas d'arbres nous aurions peut-être une prairie, mais pas une forêt pluviale).

À quoi la forêt pluviale ressemble-t-elle?
La tourbière constitue un élément de la forêt pluviale tempérée Un brouillard matinal flotte au-dessus de la tourbière.
©Parcs Canada / Osborne / K-9 / 1987

Imaginez :
Une forêt ouverte d'arbres tellement tordus et rabougris qu'ils ont l'air de brocoli, et qui se dresse dans une masse de mousse épaisse et humide, saturée de pluie qui forme des flaques.
Une forêt d'arbres si grands, épais et anciens que nous avons tous l'air de petits enfants à côté d'eux. Un monde composé de mousse d'un vert éclatant, de fougères en arabesque et d'une masse de plantes si épaisse qu'elle masque entièrement le sol.

Ces deux paysages font partie de la forêt pluviale. L'apparence de cette dernière dépend du sol, de la topographie, de la proximité de l'océan, de l'humidité du sol et de la période de temps pendant laquelle ce dernier n'a pas été perturbé.

Les forêts pluviales tempérées connaissent plusieurs étapes : mature, ancienne et sénile.

Voici les caractéristiques que vous êtes le plus susceptible de remarquer dans les forêts anciennes :

  • des arbres qui vont du stade de semis à plusieurs centaines d'années;
  • de nombreuses couches de couverture (couche de végétation supérieure de chaque arbre);
  • de grands chicots debout (arbres rompus, généralement morts);
  • de grandes branches sur le tapis forestier et dans les cours d'eau;une abondance de plantes qui poussent sur d'autres plantes (épiphytes et parasites);
  • un sous-étage dense de bosquet;et une abondance de vert, d'innombrables nuances, quelle que soit l'époque de l'année.

Forêts pluviales du monde
Forêt tropicale humide La récolte de noix de coco dans une forêt tropicale humide.
©Parcs Canada / B. Campbell, K / 1972

Les forêts pluviales sont parfois qualifiées de tropicales ou de tempérées, selon l'endroit où elles se trouvent. Si la forêt pluviale est proche de l'équateur, elle est considérée tropicale. Si elle est plus éloignée de l'équateur (entre le cercle polaire arctique et le tropique du cancer ou entre le cercle polaire antarctique et le tropique du capricorne), elle est alors considérée tempérée.

Étant donnée que les forêts pluviales du Canada se trouvent entre le cercle polaire arctique et le tropique du cancer, elles sont tempérées. Le Chili, la Nouvelle-Zélande et la Norvège possèdent également des forêts pluviales tempérées. Toutes les forêts pluviales tempérées ont des caractéristiques semblables, mais des plantes et des animaux différents.


C'est dans les feuilles
Arbres à feuilles caduques et conifères Les arbres à feuilles caduques perdent leurs feuilles tandis que le feuillage des conifères est persistent.
©Parcs Canada / B. Campbell, T-16 & F-10 / 1972
Un grand nombre de forêts pluviales tempérées du monde sont composées d'un mélange d'arbres à feuilles caduques et de conifères. La prédominance des conifères dans notre forêt pluviale constitue l'une des caractéristiques qui la distingue des autres forêts pluviales tempérées. Quelle que soit leur apparence, les forêts pluviales partout dans le monde sont extrêmement importantes pour la santé de la Terre car elles contribuent à la biodiversité.
 
Une matière qui est, était et sera vivante
Les arbres tombés deviennent des « arbres abris » Les « arbres abris » procurent un habitat précieux aux jeunes plants.
©Parcs Canada / C-37

Il existe une quantité énorme de biomasse (matière vivante) dans cette forêt. Une partie est vivante, une partie était vivante et une partie sera recyclée et formera une nouvelle vie. La simple masse de matière qui était vivante à un moment donné (matière organique) est renversante.

La taille et l'âge que les arbres peuvent atteindre, et tous les autres animaux et plantes que l'on trouve ici font de cet endroit l'une des communautés qui produit la plus grande quantité de biomasse sur la planète.

Il est intéressant de noter qu'il n'y a pas beaucoup de diversité. En d'autres mots, il existe de grandes quantités d'un nombre restreint d'espèces. On apprend vite à identifier les espèces clés qu'on voit et revoit partout.


Protégé sans l 'être
Un jeune plant cherche la lumière du soleil Une nouvelle génération croît à travers la mousse.
©Parcs Canada

L'établissement de ce parc national en 1970 a mis fin à certains activités dans le parc. L'exploitation forestière et la construction de résidences privées et de bâtiments commerciaux n'y sont plus autorisées.

D'autres activités qui exercent un stress sur la forêt pluviale se poursuivent néanmoins. Par exemple, la visite du parc nécessite des routes, des sentiers, des bâtiments et des terrains de camping. L'activité humaine fait concurrence sur le plan de l'espace précieux dans la forêt pluviale « surpeuplée ». Les employés de Parcs Canada s'efforcent de protéger la santé de l'environnement, ou l'intégrité écologique, tout en offrant aux Canadiens et autres visiteurs des occasions d'explorer les endroits bien particuliers de notre pays et de s'instruire à leur sujet.

Nous ne pouvons pas y parvenir seuls. Nous faisons en effet partie de l'écosystème plus vaste. La faune, l'air et l'eau vont et viennent dans le parc et à l'extérieur et tissent ensemble l'écosystème. Les aménagistes, les constructeurs de routes, les urbanistes, les résidents des collectivités locales et les visiteurs ont tous un rôle à jouer pour s'assurer que l'écosystème d'aujourd'hui sera sain pour ceux qui viendront demain.

Toutes ces incidences sont importantes lorsque nous faisons le compte. Par exemple, le parc accueille presque 600 000 visiteurs chaque année. Comment pouvons-nous assurer la survie d'un parc écologiquement sain si chacun d'entre nous n'en prend pas soin (on parle d'intendance)?

C'est pourquoi Parcs Canada donne des directives simples aux visiteurs :

  • Restez sur le sentier : les sentiers sont conçus pour permettre aux visiteurs de voir l'environnement tout en le protégeant des dommages dus au piétinement. Les promenades de bois protègent les racines des arbres et permettent aux gens de s'approcher sans perturber la vie végétale.
  • Gardez les animaux en laisse et les enfants près du groupe : les prédateurs tels que les ours noirs et les couguars vivent dans la forêt pluviale. Faites du bruit pour les avertir de votre présence. Restez en groupe et quittez les lieux si vous voyez un prédateur. Pour plus de renseignements, consulter Vous êtes au pays des ours.

Laissez toutes les ressources naturelles (coquillages, plantes et bois) telles que vous les trouvez; elles font partie du parc et des phénomènes naturels de la région.

Nous vous prions de ne pas étreindre les arbres; sur les sentiers très fréquentés les visiteurs usent lentement l'écorce des vieux cèdres - ce qui peut exposer les arbres à l'infection et les faire mourir.